L'indemnisation chômage des députés, un privilège ?

"A l'Assemblée, j'avais atteint des sommets. Mais l'atterrissage risque d'être un peu plus difficile..." © andrewgenn, Fotolia

Le chômage rode autour des députés et plus particulièrement ceux issus du secteur privé. Forcés d'abandonner leur poste dès leur entrée à l'Assemblée, ils peinent parfois à retrouver une activité quand ils ont été battus aux législatives. Les députés perdant leurs mandats sont jugés par Barbara Pompili, députée EELV de la Somme, comme étant "complètement abandonnés". Le hic : l'indemnité chômage s'élève à 5 514 euros au premier semestre, soit bien au dessus de la moyenne (980 euros brut en moyenne). Reste que ces versements sont dégressifs et terminent à 1 102 euros au sixième semestre. Et les députés peuvent percevoir le chômage durant trois ans maximum. Mme Pompili propose ainsi la création d'un statut de député et une réforme de l'assurance-chômage qui leur offrirait plus de droits.

Suggestions de contenus