Un père "bourru", une mère exigeante

Un père "bourru", une mère exigeante © SIPA
"Mon père, propriétaire agricole issu d'un milieu modeste, était bourru, complexé, taciturne. Je parle peu de mon père parce que lui-même parlait peu de lui. J'ai eu avec mon père une relation solide et silencieuse", disait Alain Juppé dans le JDD, en 2008. "Alain n'a vraiment compris son père qu'en l'accompagnant jusqu'à la mort. Ils se sont reconnectés lors de la maladie Robert, parce que son père s'était calmé, parce qu'il était devenu un autre", confie aujourd'hui son ex-femme. Lui-même dresse souvent un portrait flatteur, mais avec quelques jugements sur cet homme "qui allait jouait aux cartes au bistrot et était d'une fidélité relative"*.
"La Tsarine"
Au JDD, Alain Juppé s'est aussi livré sur sa mère. "Elle avait une personnalité forte. On l'appelait La Tsarine. J'ai eu avec elle une relation pleine de passion et de dureté. Elle avait décidé que j'étais le meilleur et que, si ça ne se traduisait pas par des notes, c'est que je ne le voulais pas. Elle pouvait me frapper parce que j'étais seulement deuxième en classe mais elle a, en même temps, accepté tous mes choix de vie". Commentaire d'Isabelle, sa seconde femme : "Elle a tout de suite vu qu'il était brillant, alors elle lui a fait tout arrêter, pour se consacrer à ses études. La gymnastique et le reste. Du coup, depuis l'enfance, il a conscience d'être différent".
* Témoignage recueilli par Gaël Tchakaloff, publié dans "Lapins et Merveilles" (Flammarion)
Suggestions de contenus