Affaire Sadek : Bassem Braiki raconte son agression

Affaire Sadek : Bassem Braiki raconte son agression Le rappeur Sadek, écroué, a expliqué aux enquêteurs que le blogueur Bassem Braiki l'avait harcelé. Ce dernier lui, a raconté à la police l'agression qu'il aurait subie.

[Mis à jour le 20 février 2020 à 10h59] Plus d'une semaine après le passage à tabac de Bassem Braiki par Sadek et plusieurs complices, l'heure est aux auditions des deux protagonistes de cette sordide affaire. Dans la nuit du lundi au mardi 11 février, le blogueur controversé originaire de Vénissieux a donc été tabassé devant son domicile. Une agression violente filmée, et diffusée en masse sur les réseaux sociaux et qui a coûté au youtubeur 10 jours d'ITT. Après son hospitalisation, Bassem Braiki a raconté sa version des faits aux enquêteurs de la sûreté départementale du Rhône, en charge de l'affaire.

"Quand j'ai reçu le premier coup de barre sur la tête, je me suis retourné, j'étais au sol (...) Je me suis protégé la tête avec les mains, je ne peux pas dire combien de temps l'agression a duré", a-t-il raconté lors de son audition, comme le rapporte Le Parisien. "L'un des assaillants dégaine une arme de poing et tire en direction de la victime sans la toucher. Le quatuor, guilleret, reprend ensuite la route vers Paris. Dans une vidéo, on voit Sadek exhiber ses mains ensanglantées. Et on entend des voix chanter 'Eh-oh, on rentre du boulot'", est-il ajouté dans le journal. De son côté, le rappeur lui explique ce qui l'a poussé à commettre une telle expédition punitive à Vénissieux, expliquant avoir été cyberharcelé par le youtubeur controversé, qui s'en serait pris à ses proches et surtout, à sa femme sur les réseaux sociaux.

"La situation allait beaucoup trop loin. Essayer de détériorer ma situation financière, c'est s'en prendre directement à ma famille", a expliqué Sadek aux enquêteurs, comme le rapporte toujours Le Parisien. Et au rapport de police de résumer les différents des deux hommes : "Le rappeur, qui bénéficie d'une forte notoriété, prône une mixité sociale et raciale depuis ses débuts. Cela à l'inverse du Youtubeur, qui souhaite un repli communautaire du monde arabe." Sadek lui, a déclaré lors de sa garde à vue qu'il "regrettait que tout cela se soit terminé dans la violence". Et de conclure : "je sais que ma carrière musicale est définitivement finie". Quant à l'enquête elle, elle ne devrait pas s'arrêter ici.

Sadek vs Bassem, l'histoire d'un clash

Entre les deux hommes, l'altercation aurait débuté le week-end dernier. Bassem Braiki aurait causé l'annulation d'un showcase de Sadek, prévu samedi 8 février à Saint-Priest, près de Lyon, en appelant à un rassemblement pour perturber la soirée. Par crainte de débordements, le showcase de Sadek aurait été annulé, rapporte Le Progrès. "Il y a eu des polémiques sur Sadek, relayées sur Snapchat. Il y a toujours des clashs dans ce milieu. Mais comme ça parlait d'attroupement potentiel, on a préféré ne courir aucun risque, par prudence ", explique la direction du restaurant au journal. Une annulation qui a suscité la fureur du rappeur et, semble-t-il, fait déraper un clash qui restait jusqu'à présent, cantonné à des insultes et provocations sur les réseaux sociaux.

Depuis ce passage à tabac, Sadek est toujours actif sur les réseaux sociaux. Mardi midi, il répondait même au commentaire de Nicolas Dupont-Aignan, qui déplorait "l'ensauvagement de notre pays". "Si nous ne réagissons pas, voilà un aperçu de la société dans laquelle vivront nos enfants", ajoutait le président de Debout la France, qualifiant au passage, à tort, Bassem Braiki de rappeur (il est Youtubeur). "C'est la faiblesse et le manque de réactivité de votre système judiciaire qui rends les gens fous , des mois que j'envoie des appels à l'aide ma famille et moi sommes harcelés personne ne fait RIEN, j'ai honte de cette situation", a répondu Sadek. Dupont-Aignan vs Sadek, encore un "clash" que l'on n'avait pas vu venir...

Qui est le rappeur Sadek ?

Sadek Bourguiba, alias Sadek, est né le 25 mai 1991 à Neuilly-Plaisance, en Seine-Saint-Denis. Son père est tunisien et sa mère est russe. L'artiste a sorti huit albums et a collaboré avec de grands noms de la scène rap française, notamment Gradur, Seth Gueko, Ninho, Dosseh, Lacrim, SCH, Niro ou Soprano, mais aussi américaine, avec des duos avec Jae Millz ou Meek Mill. Rappeur confirmé, Sadek s'est également essayé au cinéma : en 2016, il partage l'affiche avec le monstre du cinéma français, Gérard Depardieu, dans le film "Tour de France". Leur deux personnages, un jeune rappeur contraint de quitter sa cité et un peintre anti-islam, se lient d'une amitié. Depuis, Sadek est apparu dans "Fleuve Noir" ou dans "Le bureau des légendes" en 2018.

Bassem Braiki, controversé sur YouTube

A 37 ans, Bassem Braiki est connu pour ses vidéos postées sur sa chaîne YouTube, mais surtout à cause (ou grâce ?) aux nombreuses polémiques qu'elles ont suscité. En 2016, son nom avait été évoqué dans l'annulation d'un concert d'un autre rappeur, Booba, à Dardilly, toujours près de Lyon. Un incident qui avait terminé en bagarre. En 2018, nouvelle polémique. Sur son compte Snapchat, Bassem Braiki appelait des jeunes à monter une équipe pour déloger des Roms d'un pavillon de Garges-lès-Gonesse, dans le Val-d'Oise. La même année, trois associations LGBT ont porté plainte contre lui pour "incitation à la haine et à la violence envers un groupe de personnes en raison de leur orientation sexuelle" après une vidéo dans laquelle il conseillait aux homosexuels de se soigner en mélangeant de l'Efferalgan avec du cyanure. Raciste, misogyne, homophobe, violent... Les adjectifs employés pour définir cet homme sont nombreux dans les médias et sur les réseaux sociaux.