Restaurant et Covid : pas d'ouverture selon Véran, une date butoir en avril ?

Chargement de votre vidéo
"Restaurant et Covid : pas d'ouverture selon Véran, une date butoir en avril ?"

Restaurant et Covid : pas d'ouverture selon Véran, une date butoir en avril ? RESTAURANT ET COVID - Si le ministre de la Santé a écarté, ce jeudi 21 janvier 2021, toute ouverture des bars et restaurants, le gouvernement envisagerait de laisser les restaurants fermés jusqu'au 6 avril 2021 a minima, juste après le week-end de Pâques, selon le Point.

[Mis à jour le 21 janvier 2021 à 20h54] Ce jeudi 21 janvier 2021, le ministre de la Santé Olivier Véran a pris la parole au JT de 20 heures en écartant toute possibilité de réouverture des restaurants et bars pour le moment. "Malgré toute la bonne volonté des restaurateurs, ce sont les endroits où les contaminations sont nombreuses", a-t-il annoncé. "Quand on enlève son masque et qu'on partage son repas à plusieurs dans des lieux clos, il y a des risques de clusters", a-t-il précisé. 

Mais le mardi 6 avril 2021 pourrait être la nouvelle date de réouverture hypothétique des restaurants décidée par le gouvernement, au vu de la hausse des contaminations à la Covid-19 et de la crainte d'un pic du variant anglais au mois de mars en France. Une information dévoilée mercredi par nos confrères du Point, qui leur a été communiquée "selon plusieurs sources proches du dossier en contact direct avec l'Élysée, Matignon et Bercy". Concernant les bars et les cafés, le décalage serait d'un mois, avec une ouverture prévue au début du mois de juin. 

Vendredi dernier, le président des Toques Blanches Lyonnaises Christophe Marguin avait communiqué la même date sur BFM Lyon, tenant l'information des syndicats de la profession "qui travaillent avec l'État". "On nous a fait comprendre que les autorités voulaient bloquer les vacances de février", et éviter de rouvrir durant le week-end de Pâques, avait-il avancé au micro.

Pourtant, Matignon, contacté par Ouest-France ce mercredi, a démenti l'information, assurant qu'"une telle date n'a jamais été avancée par le gouvernement" et apportant des précisions : " Je nous vois mal nous enfermer à nouveau dans un système de date qui créerait forcément de la déception si elle ne pouvait pas être tenue". Le cabinet de Gabriel Attal évoquerait quant à lui "une annonce bien trop prématurée". Et d'ajouter que le recours à une réouverture des restaurants et bars par seuil de référence pourrait être privilégiée : "Une réouverture en fonction de l'évolution réelle de la pandémie consisterait à autoriser la reprise des activités dès que la circulation du virus, par exemple, sera repassée en dessous d'un certain seuil", a avancé Matignon. 

Le Premier ministre Jean Castex a assuré que "les dispositifs de soutien seraient maintenus aussi longtemps que nécessaire", et le ministre de l'économie Bruno Le Maire, ainsi que la ministre du travail Elisabeth Borne, ont annoncé un renforcement des aides déjà existantes, ainsi qu'une nouvelle aide pour la vente à emporter et la livraison à domicile dans le secteur de la restauration :

Quelles aides financières pour les professionnels de la restauration ?

L'Etat continue d'aider financièrement les professionnels de la restauration, comme d'autres secteurs, lourdement touchés par la crise, en prolongeant le fonds de solidarité et le chômage partiel, et en annonçant de nouvelles mesures de compensations financières :

  • Fonds de solidarité : "un nouveau formulaire pour les aides de décembre sera disponible dès le 15 janvier 2021" a annoncé le ministre de l'Économie. Les versements seront possibles dès lundi 18 janvier. Le produit de la vente à emporter et de la livraison à domicile ne doit pas intégré au calcul du chiffre d'affaire de référence. Il ne sera ainsi pas déductible du fonds de solidarité. "Cette facilité vaudra à partir du mois de décembre 2020 et restera la règle", a expliqué Bruno Le Maire.
  • Chômage partiel : la ministre du Travail Elisabeth Borne a annoncé que pour les entreprises totalement fermées comme les restaurants, ou partiellement, comme les commerces pendant le couvre-feu, l'Etat continue à prendre en charge 100% de la rémunération versée aux salariés. Elisabeth Borne avait également annoncé à une précédente conférence de presse une aide exceptionnelle de 900 euros par mois jusqu'en février 2021, pour les saisonniers, les contrats-courts comme les extras dans la restauration, et certains intérimaires pénalisés par la fermeture des bars et restaurants.
  • Les fournisseurs de la restauration et des cafés ont droit, dès lors qu'ils perdent 70% de leur chiffre d'affaire, à une aide dans la limite de 20% de leur chiffre d'affaire pour un montant pouvant aller jusqu'à 200 000 euros, sans limite du nombre de salariés, pour le mois de décembre 2020.
  • Coûts fixes : l'Etat prend désormais en charge les coût fixes pour les entreprises générant plus d'un million de chiffres d'affaires par mois, a annoncé Bruno Le Maire jeudi 14 janvier. "Cette aide exceptionnelle" est "plafonnée à 3 millions d'euros pour la période de janvier à juin 2021", a précisé le ministre de l'Economie. 
  • Exonérations des charges sociales : "l'objectif est de zéro charge sociale pour les entreprises lourdement pénalisées dans la culture, le sport, l'événementiel, la restauration, l'hôtellerie", a expliqué Bruno Le Maire.

A quelles dates les restaurants et bars peuvent-il espérer rouvrir ?

La date de réouverture est pour le moment repoussée à plusieurs semaines à compter de ce mercredi 20 janvier, où un point devrait être fixé, "afin d'examiner alors, en fonction de la situation sanitaire, s'il est possible de confirmer la possibilité et les conditions d'une reprise de l'activité à partir de mi-février". D'après les dernières informations du Point, le gouvernement table sur une réouverture au 6 avril 2021 minimum.

La réouverture des restaurants pourra être conditionnée au téléchargement de l'application TousAntiCovid, selon les suggestions de Jean-François Delfraissy, infectiologue et président du conseil scientifique dans une interview donnée au Monde : "le conseil scientifique recommande d'utiliser plus largement cette application. On peut aussi imaginer que certains lieux soient accessibles à condition de l'avoir activée. La réouverture, par exemple, d'endroits comme les restaurants début 2021 pourrait être accompagnée par cet outil numérique".

Fin 2020, le Premier ministre s'était montré rassurant pour cette nouvelle année : "2021 sera l'année de la gastronomie française". Plaidant pour "valoriser le savoir-faire de nos bars et restaurants" ou pour "les aider à moderniser leur outil de travail", le Premier ministre avait fait mention d'"une personnalité qualifiée pour préparer ce grand chantier en lien étroit avec les professionnels".

Restaurant et fermetures : le secteur de la restauration à l'agonie

Pour rappel, les restaurants et bars ont été fermés pendant 3 mois au printemps 2020 lors du premier épisode du confinement, puis ont dû faire face au couvre-feu à 21 heures cet automne et se retrouvent désormais fermés jusqu'à mi-février 2021 minimum... Les restaurants, bistrots, brasseries, bars et cafés vont-ils survivre, malgré les aides financières évoquées par le gouvernement ?

Les prévisions pour l'année 2021 sont catastrophiques. Le sénateur LR de l'Indre-et-Loire Serge Barbary, relayé par Publicsenat.fr, estime que 40 % des bars et restaurants pourraient ne pas rouvrir en 2021 : "la situation de ces établissements va devenir dramatique à partir de maintenant. La période difficile ça va être février-mars, quand ces entreprises auront épuisé leurs trésoreries".

D'après un sondage réalisé en novembre par quatre organisations professionnelles représentatives du secteur (GNC, GNI, Umih, SNRTC), la crise du coronavirus pourrait entraîner la fermeture de 2 établissements sur 3 dans le secteur de l'hôtellerie-restauration. 30 % des entreprises du secteur de la restauration envisageraient de déposer le bilan en 2021, parfois au premier trimestre. 

Les restaurants restent ouverts à la vente à emporter pendant le couvre-feu

Les restaurants assurant la livraison de repas à emporter ou en livraison à domicile restent ouverts pour préparer les commandes et assurer le retrait des commandes par les clients (autrement dit, le click & collect) jusqu'à 18 heures du soir, en raison du couvre-feu.