Attaque de Charlie Hebdo : ce qu'on sait sur les terroristes

Attaque de Charlie Hebdo : ce qu'on sait sur les terroristes [ATTENTAT] Des hommes cagoulés ont ouvert le feu à l'intérieur des locaux de la rédaction de Charlie Hebdo faisant 12 morts. L'hypothèse d'une attaque de terroristes islamistes est avancée.

[Mis à jour le 7 février à 20h20] Qui sont les assaillants qui ont attaqué la rédaction de Charlie Hebdo, faisant au moins 12 morts et 5 blessés ? Selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, trois hommes ont participé à l'attaque, dont deux tireurs, indique le procureur de Paris. Habillés en noir et cagoulés, ils se sont introduits dans le bâtiment de la rédaction du journal satirique. La dessinatrice Coco, présente sur les lieux a décrit les agresseurs à L'Humanité : "Ils parlaient parfaitement le français... Se revendiquaient d'Al Qaïda". Le sang-froid et l'armement des hommes laisse supposer que les hommes sont en tout cas très entraînés. Pour l'instant, aucun groupe ou individu n'a revendiqué l'attentat. Ce soir, le quotidien champenois L'Union affirme qu'un des assaillants serait originaire de Reims, soulignant que des perquisitions sont en cours.

Dans une vidéo de l'attaque, filmée depuis un toit voisin, on entend l'un des deux hommes cagoulés crier "Allah Akbar" (Dieu est le plus grand). France Info précise que ces deux hommes auraient également crié : "On va venger le prophète !", citant un autre témoin. Les auteurs de cette attaque ont réussi à prendre la fuite et demeurent introuvables. La Citröen noire qui a servi lors de l'attentat a été abandonnée porte de Pantin. La police scientifique travaille actuellement sur le véhicule. Selon un témoin cité par 20 minutes, les deux hommes auraient sommé le conducteur d'une Clio II de sortir de son véhicule avant de s'enfuir avec la voiture. "Vous direz aux médias que c'est Al-Qaïda au Yémen" auraient ensuite lancé les agresseurs aux passants.

Lourdement armés avec Kalachnikov et lance-roquettes, les tireurs pourraient avoir agi par représailles. Charlie Hebdo a subi de nombreuses menaces ces derniers mois, depuis l'affaire des caricatures du prophète Mahomet et la publication d'une bande-dessinée sur la vie du prophète. L'hypothèse d'une attaque terroriste réalisée par des fondamentalistes islamistes n'est pas à écarter selon de premiers témoignages, qui laissent présager un geste de fanatiques. Mais à cette heure, aucune revendication de cette attaque ni mobile n'ont encore été rendus publics.

Le président François Hollande s'est exprimé pour faire part de son émotion et de sa détermination à retrouver les auteurs de la fusillade. "Les policiers et les journalistes ont été lâchement assassinés. [...] C'est un attentat, ça ne fait aucun doute".
"Nous savions que nous étions menacés, parce que nous sommes un pays de liberté" a rajouté le chef de l'Etat sur place. Le ministère de l'Intérieur a ouvert un numéro vert ouvert à toute personne détenant des informations sur les trois terroristes : 0805 02 17 17.

Article le plus lu - Eric Zemmour : le clash avec Hapsatou Sy se durcit › Voir les actualités

Annonces Google