Cabu, Charb : mort de Jean Cabut et Stéphane Charbonnier tués de sang froid

Cabu, Charb : mort de Jean Cabut et Stéphane Charbonnier tués de sang froid Jean Cabut (Cabu), Stéphane Charbonnier (Charb), comme Tignous et Wolinski, ont été assassinés par des terroristes ce 7 janvier 2015. Trois individus étaient venus dans l'intention ferme et délibérée de les tuer.

[Mis à jour le 7 janvier à 20h31] Stéphane Charbonnier, dit Charb, directeur de la publication de Charlie Hebdo, Cabu, Tignous et Wolinski ont trouvé la mort ce mercredi 7 janvier 2015, dans l'attaque terroriste du journal Charlie Hebdo. L'information a été confirmée par l'avocat de l'hebdomadaire satirique. Les terroristes étaient venus dans l'intention claire de les assassiner, affirme la dessinatrice Coco au journal l'Humanité. "Ils ont tiré sur Wolinski, Cabu... Ça a duré cinq minutes... Je m'étais réfugiée sous un bureau... Ils parlaient parfaitement le français... Se revendiquaient d'Al Qaïda" explique-t-elle. Les terroristes se sont introduits dans les locaux alors que les journalistes étaient en pleine conférence de rédaction.

Les premiers témoignages recueillis laissent à penser que les assassinats ont tourné au massacre. Des victimes ont été comptabilisées dans toutes les pièces. Lorsque les terroristes sont sortis de l'immeuble, ils se sont retrouvés face à une patrouille de police et de nouveaux échanges de coups de feu s'en sont suivis, selon les premiers éléments de l'enquête. Un policier a alors été tué à bout portant sur le trottoir. Les trois assaillants sont parvenus à s'enfuir à bord d'une Citroën et à rejoindre le 19e arrondissement de Paris, où ils ont quitté et abandonné leur véhicule. 

Cabu, Charb, mais aussi "Oncle Bernard"

Parmi les 12 victimes décédées figure également Bernard Maris. Sa mort a été confirmée par plusieurs médias, notamment Radio France, où celui-ci travaillait également. D'après les premiers éléments factuels rapportés, la fusillade aurait duré plusieurs minutes dans toutes les salles de la rédaction. Deux policiers ont trouvé la mort dans l'assaut manifestement bien préparé. Les assaillants se sont rendus sur place armés de kalachnikov et d'un lance-roquette.

Pour autant, la tuerie perpétrée dans les locaux de Charlie Hebdo a été précédée d'une erreur des terroristes, qui se sont d'abord rendus à une mauvaise adresse. Emmanuel Quemener, policier du syndicat Alliance, a fait part au Figaro de son étonnement : les agresseurs, qui possédaient des "armes de première catégorie" sont entrés un instant au 6 rue Nicolas Appert avant de se rendre à la bonne adresse, au 10 de la même rue. Cela pourrait cependant correspondre à une tentative d'entrer dans le bâtiment en évitant les services de protection, affectés au journal depuis des années.

Des terroristes "déterminés"

Selon une journaliste de France 2, l'un des policiers tués était chargé de la sécurité de Charb. Un policier sur place, interrogé par les journalistes du Figaro, est encore sous le choc : "Il n'a rien eu le temps de faire. Dans ces cas là on tue d abord celui qui est là pour protéger ! [...] Si on met un gars devant la porte du journal, pour des gens aussi déterminés qu'eux, ça fait juste un mort de plus".

Le parquet de Paris a saisi la section antiterroriste de la brigade criminelle de Paris, la direction centrale de la police judiciaire et la direction générale de la sécurité intérieure.

L'attentat pourrait avoir été commis par des fanatiques islamistes, mais aucune revendication n'a été pour l'heure rendu publique.

Trois terroristes toujours en fuite

Les trois assassins sont toujours en fuite. Selon plusieurs témoins citées par des sources policières, ces individus auraient plusieurs fois lancé haut et fort des références aux revendications de fanatiques islamiques. L'hypothèse selon laquelle l'attentat a été perpétré par des islamiques fondamentalistes est avancée. "Nous avons vengé le prophète !" aurait déclaré l'un d'eux en prenant la fuite.

cabu mort
Cabu était un pilier de Charlie Hebdo, un immense caricaturiste © DESSONS/JDD/SIPA

Charb, directeur de la publication, avait publié il y a plusieurs mois une bande dessinée retraçant la vie du prophète Mahomet. Mis sous surveillance, régulièrement menacé pour ses dessins corrosifs et blasphématoires, il affirmait au Monde il y a encore deux ans : "Je préfère mourir debout plutôt que vivre à genoux".

Article le plus lu - Renaud a demandé à être hospitalisé › Voir les actualités

Annonces Google