Mis à jour le 

Cathédrale Notre-Dame de Rouen

Un voyage à : Cathédrale Notre-Dame de Rouen

Cathédrale Notre-Dame de Rouen sur nos forums
Située sur la place éponyme, la Cathédrale Notre-Dame de Rouen est l'un des plus beaux édifices gothiques français. Sa flèche, la plus haute de France, s'élève à 151 mètres et pèse 900 tonnes. À l'intérieur, vous pourrez parcourir avec délectation ses quelques 140 mètres de long…

Brève histoire…
Auparavant, l'endroit était occupé par une cathédrale romane, dont il ne reste que la crypte.
Un incendie détruisit en effet le monument, qui fut reconstruit dès le début du XIIIe siècle, sous la direction de Jean d'Andely. Jusqu'au XVIe siècle, elle fut embellie et agrandie.

Elle parvint tant bien que mal à conserver sa splendeur durant les guerres de Religion et la Révolution mais ne put résister bien longtemps aux ravages de la Seconde Guerre mondiale.
Touchée par les bombardements de 1944, la Cathédrale manqua de s'écrouler et la tour Saint-Romain fut dévastée par un incendie. Après plus de dix ans de travaux, elle fut rendue au culte. Aujourd'hui, la restauration complète du monument n'est pas encore achevée.

Admirez l'architecture extérieure… 
Arrivé sur la place, on ne peut qu'être ébahi devant le spectacle qu'offre la façade principale de la Cathédrale. Avec ses 60 mètres de large, elle se compose de trois portails finement sculptés, encadrés de deux tours à l'architecture différente. Au-dessus de ces portes se mêlent inlassablement fenestrages et clochetons.

Le portail central date du début du XVIe siècle et porte un tympan illustrant l'arbre de Jessé. Les deux autres datent du XIIe siècle et sont consacrés à Saint-Jean, à gauche, et à Saint-Étienne, à droite.

La tour de droite, appelée « tour de Beurre », fut construite à la fin du XVe siècle. Parfait modèle du gothique flamboyant, elle diffère de sa voisine, la tour Saint-Romain, conçue dans un gothique plus primitif.

Le transept du monument aboutit, au Sud, au portail de la Calende, tandis qu'il se clôt, au Nord, par le portail des Libraires. Ce dernier donne sur une cour, appelée « Cour des Libraires » et présente de splendides quadrilobes, dominés par une rosace de toute beauté.

À la croisée de ce transept s'élève la tour centrale, dite « tour-lanterne », dont la construction débuta au XIIIe siècle. Elle se prolonge aujourd'hui par une flèche de fonte remarquable, datant du XIXe siècle.
Il y a quelques années, elle était surmontée de  quatre clochetons en cuivre. Malheureusement, l'un d'eux n'a pas résisté à la tempête de 1999. De leur jolie couleur verte, les trois autres ajoutent toujours à la délicatesse de la tour.  Pour l'admirer pleinement, rendez-vous rue du Change, dans laquelle se trouve également le portail de la Calende.

À l'intérieur…
Une fois entré par les portes de la façade principale, vous pourrez parcourir avec plaisir la longue nef, dont les bas-côtés recèlent d'intéressantes chapelles. Prenez le temps de contempler les quatre niveaux de cette nef sobre et délicate, conçue dans un gothique primitif.

Poursuivez votre route vers le choeur, datant du XIIIe siècle, et qu'il ne faut, en aucun cas, manquer d'admirer. Vous finirez par atteindre la croisée du transept. À cet instant, dites-vous qu'une tour de 151 mètres de haut s'élève au-dessus de votre tête.

À droite, se situe le portail de la Calende (1281-1330). Avec ses fenestrages aveugles, sa rose, ses gâbles et ses quadrilobes, son revers présente tout autant d'intérêt que son extérieur. Dans le transept opposé, vous pourrez vous régaler du bel escalier de pierre qui, autrefois, menait à la librairie.

Toutes les chapelles qui composent la Cathédrale méritent votre attention mais si, malheureusement, le temps vous manque, ne ratez en aucun cas celle de la Vierge.
Pour vous y rendre, passez derrière le choeur, et profitez-en pour y contempler le Christ en plomb de Clodion, accompagné de deux anges originaires de l'église Saint-Vincent de Rouen. Vous marcherez le long du déambulatoire où se trouvent, entre autres, les gisants de Rollon et de Richard Coeur de Lion.

La chapelle abrite un autel et un retable en bois sculpté doré signé de la main de Jean Racine. La toile qui s'y trouve illustre l'Adoration des bergers, peinte par Philippe de Champaigne en 1629. Bien que légèrement dissimulés, les vitraux du début du XIVe siècle diffusent leur douce lumière sur les tombeaux Renaissance des cardinaux d'Amboise et de Louis de Brézé, sénéchal de Normandie.

Partir à : Cathédrale Notre-Dame de Rouen

Carte Cathédrale Notre-Dame de Rouen

Latitude : 49.44 - Longitude : 1.10

Réserver vos vacances

Recherche d'hôtel

Ville

Arrivée

Départ

Booking.com

classement lycée 2016

Retrouvez gratuitement et en intégralité le classement des lycées à ROUEN ou à proximité, mais aussi le classement des lycées en Seine-Maritime.

Magazine