Incendie rue Myrha : "c'était l'horreur", le témoignage des voisins

Incendie rue Myrha : "c'était l'horreur", le témoignage des voisins Huit personnes sont mortes dans un violent incendie d’un immeuble de la rue Myrha, dans le 18e arrondissement de Paris. Les témoins racontent la panique qui les a saisis.

[Mis à jour le 2 septembre 2015 à 9h32] Un violent incendie parisien a fait huit morts dans la nuit de mardi à mercredi dans le 18e arrondissement. Le feu s’est déclaré au rez-de-chaussée dans un immeuble d’habitation de la rue de Myrha. Parmi les victimes, deux enfants et deux personnes qui se sont défénestrées. Les pompiers ont indiqué avoir procédé à deux interventions, la première vers 2h30 et la seconde à 4h30. Des faits qui mettent les enquêteurs sur la piste criminelle. "On ne peut pas ignorer que ça peut être un acte de malveillance", a ainsi déclaré le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Pierre-Henry Brandet.

"J’ai été réveillé à 4h30 du matin à cause de cris effroyables des habitants qui étaient en train d’être asphyxiés", raconte à Francetvinfo Norman, un résident de la rue Myrha. "J’ai vu deux corps au sol par ma fenêtre. Ils se sont défenestrés". "Les pompiers sont arrivés à 5h20. Le bâtiment était en bon état, il n’y avait pas de travaux", a-t-il ajouté. Il a également rapporté avoir vu "un ado essayer de passer par une fenêtre pour atteindre l'immeuble d'à côté et taper à une fenêtre". Une voisine a elle aussi raconté avoir été réveillée par le bruit, rapporte une journaliste du Figaro sur place. "J’ai cru qu’il y avait du bordel dans la rue. C’ était l’horreur, la panique totale", se souvient-elle. "A peine sortie de chez moi, j’ai vu les deux personnes sauter par la fenêtre. Je n’oublierai jamais".

Un autre témoin, Noël, raconte sur LCI avoir découvert le sinistre lorsqu’il est sorti courir vers 6h du matin. "Il y avait plusieurs voitures de pompiers, des flics partout", explique-t-il. Un ami à lui, qui habite plus près de l’immeuble a incendié, a lui été réveillé et a aussi vu les personnes sauter par la fenêtre. François Hollande a exprimé sa "solidarité aux victimes de l'incendie" par un message sur Twitter. "Tout est mis en oeuvre pour faire la lumière sur ce drame", a-t-il affirmé. Manuel Valls a lui fait part de sa "compassion". 

Article le plus lu - Gilets jaunes : la suite du mouvement › Voir les actualités

Annonces Google