Municipales à Paris : un sondage qui change tout ! C'est fini pour Griveaux ?

Municipales à Paris : un sondage qui change tout ! C'est fini pour Griveaux ? Sans retrait de Cédric Villani de la campagne des élections municipales 2020 à Paris, Benjamin Griveaux ne pourra sans doute pas l'emporter... Suivez en direct les dernières infos, avec les derniers sondages sur l'élection.

L'essentiel
  • Le 15 et 22 mars prochain, les Parisiens vont aux urnes pour les élections municipales 2020
  • Un sondage Ifop publié le 19 janvier par le JDD place au premier tour Anne Hidalgo en tête des intentions de vote (25%), devant Rachida Dati (19%). Benjamin Griveaux est crédité de 15% des suffrages, tandis que le candidat LREM dissident, Cédric Villani, est donné à 13% des intentions de vote, l'EELV David Belliard est donné à 14%.
  • Considéré comme grand rival d'Anne Hidalgo en septembre dernier, Benjamin Griveaux semble dans une impasse. Les sondages indiquent clairement que Rachida Dati rassemble de plus en plus les électeurs de droite (alors qu'ils avaient voté majoritairement pour LREM aux européennes) et que les électeurs de gauche penchent pour la maire sortante ou EELV. Sans le retrait de la candidature dissidente de Cédric Villani, le candidat LREM aura du mal à s'imposer. Si le mathématicien se maintient au second tour, cela paraît même inéluctable : compte tenu de la dispersion des voix macronistes, du ralliement possible de EELV à Anne Hidalgo (même si le candidat écolo tente un rapprochement avec Cédric Villani), la maire sortante devrait être réélue dans un fauteuil dans une quadrangulaire.
  • Cette campagne des élections municipales à Paris pourrait réserver d'énormes surprises et des rassemblements inédits capables de changer la donne... Suivez les dernières actualités dans notre grand direct.

Les dernières actus des municipales à Paris

Rachida Dati choisit d'écarter Philippe Goujon de sa liste dans le XVe et investit Agnès Evren tête de liste

L'actualité 3 du 22 janvier 2020 - Petit séisme au sein de la droite parisienne : Rachida Dati est parvenue à imposer Agnès Evren comme tête de liste dans le XVe arrondissement. La décision a été prise par la Commission nationale d'investiture, qui a manifestement été convaincue par la candidate LR à l'Hôtel de Ville. Philippe Goujon, qui refusait de garantir à Rachida son soutien au troisième tour, est désavoué. Le maire sortant du XVe pourrait toutefois se porter candidat sur une liste autonome, sans l'étiquette LR. L'élu, très implanté dans son arrondissement, considère qu'il est en mesure de se faire réélire. Si la droite se divise dans cet arrondissement, alors la dispersion des voix pourrait profiter à LREM.

Sur la sécurité à Paris, Anne Hidalgo charge le ministère de l'Intérieur et la préfecture de police

L'actualité 2 du 22 janvier 2020 - Interrogée ce matin sur France Inter sur les hausses des actes de malveillance, Anne Hidalgo a considéré que les solutions relevait "des pouvoirs de la police nationale". "J'ai voulu apporter une réponse qui est la police municipale. Pour l'instant elle n'est pas encore complètement déployée". Pour la maire de Paris, la manière dont ont été traités les manifestations de contestation sociale n'a pas été à la hauteur. "Ça fait plus d'un an à Paris que tous les samedis nous sommes confrontés à ces difficultés. (...) Toutes les semaines, nous réparons ces dégâts. "Il faudrait que le ministre de l'Intérieur regarde de plus près ce qui se passe à la préfecture de police. Je ne demande pas de sanction, je demande que l'on revienne à la doctrine Grimaud".

Dans Le Parisien, Isabelle Saporta répond aux rumeurs (et tacle Benjamin Griveaux)

L'actualité 1 du 22 janvier 2020 - La journaliste a accepté une interview du Parisien pour clarifier sa position sur les élections municipales à Paris. Va-t-elle rejoindre EELV ? " Je rencontrerai avec grand plaisir les Verts puisqu'on me le propose. Si je dois me présenter, ce sera dans le XIVe", dit-elle, ajoutant :" Moi, j'œuvre à ce que la 'coalition pour le climat' voit le jour. Je rencontre tout le monde. La question de savoir où j'atterris n'est pas ma préoccupation. Ce que je veux c'est que l'écologie soit au centre d'un programme commun et que la coalition se fasse avec tous les gens de bonne volonté". Quitte à renier son engagement auprès du candidat Gaspard Gantzer ? "Je pense que l'idée d'aller tous seuls au premier tour n'a pas de sens. A partir du moment où une histoire commune est possible, je voudrais de tout cœur que Gaspard rejoigne la 'coalition climat'", répond-elle. Et de préciser qu'elle a discuter avec de nombreux candidats. "J'ai même rencontré Benjamin Griveaux. Mais nous ne sommes pas sur la même longueur d'onde. Son assurance, son arrogance, cette façon toujours de savoir mieux que les autres et d'insulter tous ses adversaires, moi, vraiment je ne peux pas".

Isabelle Saporta finalement sur la liste EELV à Paris ?

L'actualité 3 du 21 janvier 2020 - Selon les informations du Monde, l'ex-journaliste de RTL, également compagne de Yannick Jadot, devrait rallier le candidat d'Europe Ecologie-Les Verts. David Belliard lui aurait même réservée une place sur leur liste dans le 14e arrondissement de la capitale. Un point presse doit être organisée ce samedi pour rendre public ce ralliement. La principale intéressée n'a rien confirmé. "Rien n'est décidé. Que David Belliard et Cédric Villani aient envie de me récupérer, c'est sûr. Même Benjamin Griveaux a demandé à me rencontrer. Mais où j'atterrirai ? Ce qui compte pour moi, c'est de faire avancer la cause écologique", a-t-elle pour indiqué au Monde.

Rachida Dati prête à investir un autre candidat que Philippe Goujon dans le XVe ?

L'actualité 2 du 21 janvier 2020 - Le conflit est toujours ouvert entre la candidate LR à l'Hôtel de Ville et le maire du XVe arrondissement. Ce dernier, sûr de s'imposer sur ses terres, refusent de donner des gages à Rachida dati : lui promettre de voter pour elle au 3e tour, lors du vote des élus parisiens pour désigner le maire. Philippe Goujon votera, il le martèle, pour le candidat le mieux placé pour battre Anne Hidalgo, quitte à voter LREM. Rachida Dati était dans son arrondissement le week-end dernier pour tracter et aller à la rencontre des électeurs. "Il y aura bien un candidat LR dans le XVème. Réfléchissez bien", a-t-elle lancé, rapporte RTL. Et si Philippe Goujon était finalement évincé ? "S'ils veulent se ridiculiser en lançant une liste LR contre le maire sortant LR... que le meilleur gagne. Mais on serait chez les fous", répond Philippe Goujon, qui assure qu'il sera candidat, même sans étiquette.

Cédric Villani, "un mur de glace", regrette l'équipe de campagne de Benjamin Griveaux

L'actualité 1 du 21 janvier 2020 - Le dernier sondage donnant Benjamin Griveaux derrière Rachida Dati donne quelques sueurs froides dans son camp. "Devant les chiffres, quelques estomacs se sont peut-être noués, mais cela s'est vite transformé en quelque chose de positif : on doit redoubler d'efforts", positive une référente LREM dans le 18e arrondissement auprès du Monde. Benjamin Griveaux lui-même croit encore en ses chances, mais considère que sa victoire ne peut passer qu'avec le ralliement de son rival dissident. "Le sondage le montre : le maintien de Cédric Villani nous fait perdre. Avec Cédric, on a peu de divergences sur le fond. Veut-il faire réélire Anne Hidalgo ? C'est une équation simple à résoudre. Il a toute sa place dans le collectif que je bâtis", confie-t-il au Monde. Mais aucune main tendue n'a été saisie, une proche du candidat fait même part de son désarroi : "En face de nous, on a un mur de glace".

Une tête de liste d'Anne Hidalgo rejoint finalement Cédric Villani

L'actualité 3 du 20 janvier 2020 - La campagne des élections municipales à Paris n'a pas fini de nous surprendre. Le parti radical de gauche, allié traditionnel d'Anne Hidalgo, a décidé de mettre fin à son alliance avec Anne Hidalgo pour soutenir Cédric Villani. La maire sortante avait investi comme tête de liste dans le 8e arrondissement Assia Meddah, membre du PRG. Elle fera finalement campagne comme tête de liste de Cédric Villani dans le 17e arrondissement de Paris. Comment expliquer ce revirement ? Pour la fédération locale du PRG, Anne Hidalgo n'a pas consacré assez de places sur ses listes aux candidats du PRG, qui seront bien plus nombreux sur des listes de Cédric Villani...

Cédric Villani considère que Benjamin Griveaux paye sa campagne "à droite"

L'actualité 2 du 20 janvier 2020 - Preuve que le mathématicien candidat n'est pas prêt à rejoindre son rival de LREM : cette nouvelle petite phrase lancée sur le plateau de France Info, au sujet des sondages assez mauvais pour Benjamin Griveaux : "Je vois une campagne LaREM officielle qui est passée de 21% d'intentions de vote en juillet à 15% d'intentions de vote maintenant, qui fait une campagne à droite et évidemment comme l'original est toujours préféré à la copie, perd des points au profit de Rachida Dati". Cédric Villani a notamment pointé une promesse de campagne de son rival : "Quand certains parlent d'armer subitement 5 000 policiers à Paris, avec des armes létales, je trouve cela quelque peu effrayant".

Un ralliement de Cédric Villani à Benjamin Griveaux, c'est toujours non !

L'actualité 1 du 20 janvier 2020 - Le député de l'Essonne, invité ce lundi 20 janvier sur France Info, a indiqué qu'une alliance entre lui et le candidat EELV était "encore envisageable". Un retrait du mathématicien au profit de Benjamin Griveaux semble de plus en plus improbable. D'autant que son équipe de campagne considère que le dernier sondage montre que le candidat LREM officiel est en grandes difficultés. "Griveaux plonge inéluctablement. Il n'a jamais été la solution, mais le problème dans cette élection. Le seul qui soit aujourd'hui encore capable de faire le pont entre les écologistes et les progressistes pour gagner, c'est Cédric", confie ainsi au Monde un proche du mathématicien.

Nouveau sondage : Anne Hidalgo loin devant Rachida Dati et Benjamin Griveaux

L'actualité du 2 au 19 janvier 2020 - Un sondage Ifop pour le JDD, publié dimanche 19 janvier, a révélé la tendance pour les élections municipales en mars 2020 à Paris. La maire sortante Anne Hidalgo (liste "Paris en commun") obtiendrait 25% des voix au premier tour. Elle serait suivie par Rachida Dati (liste "Engagés pour changer Paris"), ancienne garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy, avec 19% des voix. Christian Jacob a salué, dimanche 19 janvier, les progrès de la candidate sur Europe 1. "C'est une très belle campagne de Rachida Dati. On voit bien que la seule possibilité pour les Parisiens de créer une vraie alternance à Anne Hidalgo à Paris, c'est Rachida Dati", a-t-il estimé. Et de renchérir : "Je vous rappelle qu'au mois de septembre-octobre elle était créditée de 14% en quatrième position". Le candidat de la majorité (LREM) Benjamin Griveaux, soutenu par Pierre-Yves Bournazel, obtiendrait 15% des voix aux élections municipales à Paris devant Les Verts de David Belliard avec 14%, et le dissident LREM Cédric Villani avec 13% des voix. Benjamin Griveaux a perdu deux points au premier tour par rapport à un précédent sondage (15 contre 17), réalisé en décembre 2019. Rachida Dati gagne au contraire deux points (19 contre 17) et arriverait désormais deuxième au premier tour.

La course à la mairie de Paris repart de plus belle pour Benjamin Griveaux

L'actualité du 2 au 18 janvier 2020 - Le candidat LREM à la mairie de Paris Benjamin Griveaux a déploré un mois de décembre " complètement mort ", en raison de la mobilisation contre la réforme des retraites marquée par une grève dans les transports. " Il y a plein de choses qu'on avait prévu de dire, mais entre les grèves et les fêtes, c'était impossible d'imprimer ", explique-t-il au Parisien. L'ancien porte-parole du gouvernement a estimé que "C'est un moment important de cette campagne", avant de préciser ses intentions pour les élections municipales 2020 : " On va poursuivre l'élargissement ". Et pour cause : des arrivées ministérielles sont prévues, comme celle d'Agnès Buzyn (Santé) qui semble en bonne voie dans le XVe arrondissement. " Si elle vient, on pourra compter sur une femme engagée, de talent. Cela permet de dire aux habitants du XVe que cet arrondissement est important pour nous. À elle de trouver le moment pour le dire, je ne mets pas d'ultimatum à ceux qui nous rejoignent ", poursuit-il, espérant une officialisation sous quinze jours.

Benjamin Griveaux soutenu par Emmanuel Macron ?

L'actualité 2 du 17 janvier 2020 - Le président de la République aurait "ses préférences" entre le candidat officiel Benjamin Griveaux et son rival dissident Cédric Villani. Devant la presse, Emmanuel Macron est resté énigmatique au sujet des élections municipales parisiennes, s'exprimant ainsi : "À la fin, j'espère que l'intelligence collective et l'esprit de bienveillance l'emporteront". Ouest France aurait toutefois appris de sources concordantes que le président de la République enverrait bientôt "un signal" en faveur de Benjamin Griveaux. Concernant la candidature dissidente de Cédric Villani, un proche d'Emmanuel Macron révèle qu'"il y a eu des coups de fil pour sonder [Cédric Villani], qu'[Emmanuel Macron] n'a d'ailleurs pas passé lui-même, pour lui demander ses intentions et (...) s'il était sûr de vouloir y aller, mais sans lui dire d'arrêter." Quant au fait qu'Emmanuel Macron ne tranche pas publiquement entre les deux candidats LREM, un de ses proches aurait confié à Ouest France : "Je crois que ce n'est pas souhaitable car le président n'est pas un chef de parti. Personne ne comprendrait qu'il le fasse à Paris et pas à Bordeaux, Lyon, etc."

Agnès Buzyn tête de liste dans le 15e arrondissement ?

L'actualité 1 du 17 janvier 2020 - Ce sont les premières élections municipales du parti d'Emmanuel Macron. Un enjeu de taille pour LREM et son candidat investi Benjamin Griveaux. Celui-ci serait sur le point de choisir Agnès Buzyn pour être tête de liste du parti dans le 15e arrondissement de Paris. Un arrondissement dont les élections sont primordiales, puisqu'il s'agit du plus peuplé. C'est donc le vainqueur des élections dans cet arrondissement qui enverra le plus grand nombre d'élus au conseil municipal. Pour remporter le vote des habitants du 15e arrondissement, la stratégie LREM pourrait consister à miser sur la ministre de la Santé Agnès Buzyn, une figure importante du gouvernement.

Benjamin Griveaux se réjouit du soutien de Pierre-Yves Bournazel

L'actualité 2 du 16 janvier 2020 - Le candidat LREM a réagi à l'annonce du député Agir, qui se retire de la course pour le soutenir. "Nous avons longuement travaillé avec Pierre-Yves Bournazel pour faire émerger une majorité de projet au service des Parisiens. Je suis très heureux que nous puissions le défendre ensemble pour porter, en toute liberté, ce nouveau souffle pour Paris", écrit le député et candidat. Pour Benjamin Griveaux, ce renfort pourrait changer la donne, surtout s'il enregistre le soutien du MoDem dans les jours à venir. Le soutien de Pierre-Yves Bournazel au candidat LREM est aussi un coup dur pour le candidat dissident Cédric Villani.

Pierre-Yves Bournazel se retire et rallie Benjamin Griveaux

L'actualité 1 du 16 janvier 2020 - Le député Agir de Paris, dont le mouvement créé en 2017 avait pour objectif de rapprocher l'aile centriste de LR ver LREM, a décidé de retirer sa candidature. "A 60 jours du scrutin, il faut choisir l'intérêt de Paris. Et choisir, c'est parfois savoir renoncer. J'apporte aujourd'hui mon soutien à Benjamin Griveaux. Nous partageons le constat de l'échec de la maire sortante et une vision commune de l'avenir de Paris", explique-t-il dans un communiqué. Ce soutien est bienvenu pour le candidat LREM qui, Pierre-Yves Bournazel était crédité de 4% des intentions de vote au premier tour, si ses électeurs suivent, le match du 15 mars sera très serré. Il est vraisemblable que ce ralliement a été très sérieusement négocié, Il pourrait être tête de liste dans le XVIIIe arrondissement.

David Belliard (EELV) : alliance ou rupture ?

L'actualité 3 du 15 janvier 2020 - En décembre, David Belliard proposait une alliance avec Cédric Villani, estimant que les deux rivaux partageaient des objectifs en commun d'un point de vue écologiste. Dans une interview au Point, David Belliard s'est montré très enthousiaste en faisant le constat que les candidats de tous bords politiques proposent des mesures environnementales. A ses yeux, le fait que ces enjeux ne soient plus l'apanage des Verts représente une avancée. Si le candidat a exprimé son souhait de s'allier avec des personnes "clair[es] sur le projet et les valeurs", il n'est pas prêt à faire de concessions sur son programme pour autant. Anne Hidalgo veut interdire la voiture uniquement dans le centre de Paris ? Lui n'a pas l'intention de restreindre la piétonnisation à cette zone. Le candidat Vert argumente son propos ainsi : "Aujourd'hui, on assiste à l'accélération du dérèglement climatique, aux méga-feux en Australie, à la fonte des glaces, aux périodes de canicule de plus en plus fréquentes. On doit inventer quelque chose de nouveau, et cela se traduit, oui, par la fin de l'automaticité d'une alliance entre les socialistes et les Verts. À situation nouvelle il faut un projet nouveau et c'est sur cette base que les nouvelles alliances pour Paris sont à construire. J'entends parler de continuité quand, au contraire, il faut changer nos politiques de manière radicale. Nous avons besoin, je crois, d'une vraie rupture." Pas d'alliance possible avec "la candidate socialiste" donc, "si elle ne revient pas sur sa politique de construction de tours et de bétonisation". Quant à son rapprochement avec Cédric Villani, David Belliard précise : "J'ai donné les conditions, je ne les change pas. Nous ne ferons pas de coalition climat avec des gens qui se revendiquent d'une famille politique allant à l'encontre de l'écologie. C'est à chacune et à chacun de prendre ses responsabilités."

Les Républicains reportent leur décision sur la tête de liste du XVe arrondissement

L'actualité 2 du 15 janvier 2020 - La Commission nationale d'investiture s'est réunie ce mercredi 15 janvier, durant plus de deux heures, pour désigner la tête de liste du parti dans le XVe arrondissement. Mais aucune décision n'a été prise. Les instances du parti devaient en réalité officialiser l'investiture du maire sortant, Philippe Goujon, mais son soutien à Rachida Dati est apparu, manifestement, pas assez affirmé. L'édile n'aurait pas clairement indiqué qu'il choisirait quoi qu'il arrive la candidate LR au troisième tour, au Conseil de Paris. Pour autant, comme le rapporte Le Parisien, Philippe Goujon aurait accepté d'introduire sur sa liste la patronne de la fédération LR, Agnès Evren.

Anne Hidalgo promet des loyers "inférieurs d'au moins 20 % au marché" pour certains Parisiens

L'actualité 1 du 15 janvier 2020 - C'est clairement l'une des promesses de campagne les plus spectaculaires avancées jusque-là dans cette campagnes des élections municipales à Paris. Anne Hidalgo indique au Monde qu'elle créera, en cas de réélection, une société mixte qui achètera 30 000 logements, qui seront loués à de jeunes familles avec enfants. Ce dispositif, qui permettrait à certains Parisiens de bénéficier d'un loyer "inférieur d'au moins 20% au marché", doit mobiliser 20 milliards d'euros. "Le logement ne peut pas être laissé à un marché hyperspéculatif qui produit des désastres ", se justifie la maire de Paris. Le financement serait issu d'un partenariat public-privé. "La Ville de Paris pourrait apporter 1 milliard d'euros à cette nouvelle structure, les investisseurs publics tels que la Caisse des dépôts et consignations 2 milliards, et divers investisseurs privés 3 milliards", précise la maire sortante, qui assure qu'une telle mise de départ permettra d'atteindre 20 milliards d'euros sur le prochain mandat grâce à un emprunt.

Griveaux candidat dans le XVIIe arrondissement de Paris

L'actualité 4 du 15 janvier 2020 - Benjamin Griveaux sera tête de liste dans le 17e arrondissement, a-t-il déclaré au journal Le Monde. Un choix qui peut étonner puisque l'ancien porte-parole du gouvernement est élu député du 3e et 10e arrondissement de la capitale. Des rumeurs l'annonçaient aussi candidat dans le 12e arrondissement, où une confrontation avec Emmanuel Grégoire, le directeur de campagne d'Anne Hidalgo, était attendue. Le candidat LREM s'est justifié, en déclarant que ce secteur était l'un des plus sensibles. "C'est un arrondissement qui a beaucoup changé avec le nouveau palais de justice, le quartier Martin Luther King. Il n'échappe pas à certaines fractures sociales, entre le nord et le sud de l'arrondissement, des populations fragiles et d'autres plus aisées, avec des enjeux urbains et de circulation", a-t-il indiqué. Il fera donc face au maire LR sortant Geoffroy Boulard.

En savoir plus sur les municipales à Paris

Les prochaines élections municipales approchent, elles se tiennent en mars 2020 (les dimanches 15 et 22 mars). A Paris, la campagne est déjà lancée depuis longtemps. Il faut reconnaître que l'enjeu est considérable pour les partis et acteurs engagés dans ce scrutin si spécial, qui revêt une dimension nationale. Prendre Paris, pour n'importe quelle formation politique, c'est une démonstration de force. Pour le candidat qui remporte une telle élection, au-delà de l'ampleur des responsabilités, c'est aussi accéder à des fonctions parmi les plus prestigieuses du pays. Retrouvez ci-dessous toutes les informations pratiques sur l'élection municipale à Paris, et les dernières actualités majeures de ce scrutin dans la capitale.

Municipales à Paris : candidats

Voici les principales formations politiques engagées dans les élections municipales à Paris, avec le candidat tête de liste de chaque mouvement :

Parti socialiste et alliés - Anne Hidalgo

La maire sortante a officialisé sa candidature à sa succession début janvier. La socialiste entend défendre son bilan à la tête de la capitale ces 6 dernières années et lancer les projets que la majorité à la municipalité a déjà dessinés pour les 6 prochaines.

La République en Marche - Benjamin Griveaux

Le député de la cinquième circonscription parisienne Benjamin Griveaux a été désigné candidat par la commission d'investiture de LREM le 10 juillet 2019. Il briguait l'investiture face à Hugues Renson et Cédric Villani. Pour l'heure, Benjamin Griveaux n'a pas le soutien du MoDem, autre parti de la majorité présidentiel. François Bayrou a fait savoir publiquement qu'il n'était pas satisfait de la candidature de l'ancien porte-parole du gouvernement à Paris. Dans une interview accordée au Parisien, la médiatique secrétaire d'Etat a confirmé début janvier qu'elle était "candidate à Paris, dans le XIVe arrondissement, pour soutenir Benjamin Griveaux". Marlène Schiappa ne sera pas tête de liste et restera au gouvernement, "avec l'accord plein et entier du président et du Premier ministre".

Candidature dissidente de Cédric Villani

Le député LREM de l'Essonne considère que l'investiture de Benjamin Griveaux par son parti ne s'est pas fait dans un cadre juste, équitable et approprié. Il a donc décidé de faire campagne pour devenir maire de Paris. Cette candidature dissidente fait évidemment des remous au parti de la majorité. Emmanuel Macron, insatisfait des deux candidatures de son camp, pourrait arbitrer entre les deux candidats LREM très bientôt.

Début janvier, le député LREM Hugues Renson a indiqué qu'il soutenait officiellement la candidature de Cédric Villani. "Eloigné des logiques partisanes, il est en train de bâtir un collectif pour changer Paris, en refusant les accords d'arrière-boutiques négociés en catimini", s'est-il justifié dans un communiqué.

Le cas Villani commence à préoccuper les instances de La République en Marche et même jusqu'à l'Elysée, si l'on en croit les indiscrétions parues dans Le Figaro. "Le président est dans une phase où il se rend compte que Villani doit se retirer", souffle un proche d'Emmanuel Macron au journal. Lors du dernier bureau exécutif du parti macroniste, une sortie de crise a été évoquée : dans les prochains jours, LREM aimerait concrétiser un rapprochement entre Benjamin Griveaux et Cédric Villani, qui prendrait la forme d'une "conciliation" sous l'égide du premier des macronistes, Richard Ferrand. Cela devrait permettre de dégager un accord "pour faire en sorte qu'ils s'engagent à soutenir celui des deux qui sera le mieux placé au soir du premier tour", précise un cadre de La République en Marche. Pas sûr cependant que Cédric Villani, donné derrière son rival dans les sondages, accepte, tant les tensions sont manifestes entre les deux camps. "C'est la panique pour sauver le soldat Griveaux", s'amuse d'ailleurs un proche du mathématicien dans Le Parisien. Et d'ajouter : "Ils prennent le risque de nationaliser l'enjeu et de faire rejaillir un éventuel échec sur le gouvernement. Il ne se couchera jamais devant Griveaux : il est insensible à la pression".

EELV - David Belliard

Le parti écologiste a investi David Belliard, actuel président du groupe Europe Ecologie-Les Verts au Conseil de Paris, et journaliste au magazine Alternatives économiques. Il compte peser dans cette élection municipale en prenant "la tête d'une coalition écologiste et de gauche", en instaurant un rapport de forces avec Anne Hidalgo en vue du premier tour.

Une alliance David Belliard / Cédric Villani ?

Le 17 décembre, David Belliard, candidat EELV aux municipales à Paris, a esquissé un rapprochement avec Cédric Villani, candidat dissident LREM, dans une interview accordée au Parisien. Quelques jours plus tard, dans le même média, Villani a donné sa réponse, enthousiaste. "Cette coalition, faisons-la !", s'est-il exclamé, avant de poursuivre en saluant "le courage de David Belliard, son indépendance d'esprit, à l'encontre des logiques d'appareils". Le mathématicien ne semble pas envisager de quitter le parti présidentiel et a déclaré qu'il allait tenir les engagements pris comme député en 2017 au sein de la majorité, réaffirmant en parallèle sa "liberté de parole" et son "indépendance". Entre lui et le candidat écolo, il décrit des positions qui ne sont pas "décalquables", mais "suffisamment proches pour converger." David Belliard avait de son côté noté des évolutions dans le discours de Cédric Villani, avec le projet de "libérer" Paris de la voiture notamment. Cette coalition pour les élections municipales à Paris serait-elle le contre-exemple de l'adage "diviser pour mieux régner" ? "Si on reste à sa place, il ne se passera rien et c'est ce que David Belliard a très bien compris," estime en tout cas le candidat dissident.

Les Républicains - Rachida Dati

La grande formation politique de la droite républicaine a investi officiellement la maire du VIIe arrondissement, Rachida Dati. Elle avait indiqué en juillet sur BFMTV qu'elle se présenterait aux municipales "quoi qu'il arrive" et a assuré qu'elle avait le soutien de Nicolas Sarkozy. Rachida Dati a chois de nommer conseiller politique le député et ancien maire du XVIe arrondissement Claude Goasguen, l'un de ses grands détracteurs ces dernières années.

La France insoumise - Danielle Simonnet

C'est la conseillère de Paris Danielle Simonnet qui porte la candidature de formation de Jean-Luc Mélenchon aux municipales, même si La France Insoumise n'a pas encore validé les investitures. L'élue parisienne réclame déjà l'annulation des Jeux Olympiques de 2024.

Parti communiste - Ian Brossat

Actuellement adjoint à la maire de Paris en charge du Logement, Ian Brossat a été investi par son parti pour mener la campagne des municipales parisiennes. Après une campagne très réussie pour les européennes, le quarantenaire espère imposer dans la campagne ses deux propositions fortes : la gratuité transports en commun pour les mineurs et un référendum pour interdire Airbnb dans Paris.

"Aimer Paris" et Rassemblement national - Serge Federbusch

Ce magistrat de formation se présente hors des partis traditionnels, même s'il se revendique d'une droite libérale qui tend la main au Rassemblement national. C'est d'ailleurs à lui que s'est rallié, dans un premier temps, Wallerand de Saint-Just, trésorier du RN. Selon Le Figaro, Serge Federbusch tenterait de convaincre Nicolas Dupont-Aignan de lui apporter le soutien de son parti. Jean Messiha avait décidé de se porter candidat RN, mais les instances du parti d'extrême droite ont choisi Serge Federbusch.

"Agir" - Pierre-Yves Bournazel

Il briguait la candidature de l'UMP il y a 6 ans, face à Nathalie Kosciusko-Morizet, il s'est lancé cette année comme candidat de la liste "Agir", formation de centre-droit créée par des transfuges de LR souhaitant se rapprocher de LREM. Il a annoncé se retirer en ralliant Benjamin Griveaux le 16 février 2020.

"Parisiennes, parisiens" - Gaspard Gantzer

L'ancien conseiller communication de François Hollande à l'Elysée a officialisé sa candidature aux municipales 2020 le 12 mars dernier. Il propose notamment de rendre gratuites les crèches municipales et souhaite ouvrir une réflexion sur la suppression du périphérique parisien.

"Libérons Paris" - Marcel Campion

Le forain le plus célèbre de France a décidé de présenter ses listes dans la capitale. L'homme d'affaires, que l'on sait très remonté contre Anne Hidalgo - qui l'a contraint notamment à désinstaller sa grande roue - a rendu publique sa candidature en août 2018.

Programmes des candidats aux municipales ?

Il faut attendre début février pour disposer des programmes complets des candidats, mais des propositions fortes pour Paris ont déjà émergé. Anne Hidalgo a déjà formulé quelques promesses de campagne, comme la mobilisation de 20 milliards pour louer des logements à prix modérés ou le réaménagement de la porte de la Chapelle. D'autres engagements sont sur la table, comme l'armement des policiers municipaux ou la suspension des travaux promis par Benjamin Griveaux. Cédric Villani promet des menus 100% bios dans les cantines et maisons de retraite. EELV promet de son côté de créer des pistes cyclables dans toutes les rues de la ville et supprimer 50% des places de stationnement en surface. Le candidat du RN veut lui créer des "rondes citoyennes" pour impliquer les habitants dans la sécurité des quartiers.

Municipales à Paris : sondages

Prudence sur l'interprétation des études sur les intentions de vote et les projections de second tour. A Paris, il n'y a pas une, mais 20 élections, les Parisiens élisent en réalité les conseillers municipaux de leur arrondissement, qui composent le futur conseil municipal, qui élit in fine le maire de Paris. C'est le nombre de sièges attribués par arrondissement qui compte, davantage que le nombre de voix portées aux listes d'une formation politique sur la capitale !

Evolution des sondages

 
  • Un sondage Ifop publié par le Journal du dimanche le 19 janvier donne les intentions de vote suivantes pour le premier tour : Anne Hidalgo (PS et alliés) : 25% ; Rachida Dati (LR) : 19% ; Benjamin Griveaux (LREM) : 17% ; David Belliard (EELV) : 14% ; Cédric Villani : 13% ; Serge Federbusch (FN) : 5% ; Danielle Simonnet (LFI) : 5% ; Gaspard Gantzer : 1% ; Extrême gauche : 1% ; Marcel Campion : 0,5%.
  • ​​​​​​Un sondage Ifop, commandé par Anne Hidalgo, a été publié par Le Point le 10 décembre. Les intentions de vote sont les suivantes : Anne Hidalgo 22,5% ; Rachida Dati 17% ; Benjamin Griveaux 17%, Cédric Villani 14% ; David Belliard : 12,5%.
  • Un sondage Ifop, commandé par Cédric Villani début novembre n'a pas été publié par ce dernier, compte tenu des mauvais résultats pour le candidat LREM dissident. L'Opinion l'a rendu public le 29 novembre. Voici les intentions de vote : Anne Hidalgo : 22% ; Benjamin Griveaux et Rachida Dati 16% ; David Belliard 15,5% ; Cédric Villani 12% ; Danielle Simonnet (LFI) et Serge Federbusch (soutenu par le RN) : 5,5% ; Pierre-Yves Bournazel (Agir) 4% ; Gaspard Gantzer (divers gauche) : 1% ; Marcel Campion : 1%.
  • Un sondage OpinionWay commandé par les équipes de campagne de Benjamin Griveaux, publié le 15 novembre donne Anne Hidalgo en tête du premier tour, avec 19%. En deuxième position, Benjamin Griveaux, à la tête d'une liste LREM, Modem et Mouvement Radical, totaliserait 18%. Rachida Dati serait troisième, avec 16% des intentions de voix. On retrouverait ensuite David Belliard (liste EELV) avec 13% et Cédric Villani (liste "Vivons Paris") avec 12%. LFI et le RN sont donnés ex aequo avec 7% des voix. Viennent ensuite : la liste Agir de Pierre-Yves Bournazel (4%), Gaspard Gantzer (2%) et Marcel Campion (2%).
  • Un sondage Ipsos Sopra Steria publié le 23 septembre pour Le Figaro et LCI donne les intentions de vote suivantes : Anne Hidalgo 24% ; Benjamin Griveaux 19% ; Cédric Villani 15% ; Rachida Dati 13% ; David Belliard 11% ; Danielle Simonnet 6% ; Serge Federbusch 5% ; Pierre-Yves Bournazel 4% ; Gaspard Gantzer 1% ; Extrême gauche 1% ; Marcel Campion 1%.
  • Un sondage Ifop, publié le 15 septembre pour le JDD et Sud-Radio, donnait au premier tour Anne Hidalgo en tête (24%) devant Benjamin Griveaux (17%) et Cédric Villani (15%). Les deux candidats LREM sont dans cette étude "dans la marge d'erreur inhérente à tout sondage ", précisait l'Ifop dans le JDD.
  • L'institut de sondage Ifop a réalisé pour le JDD et Sud Radio une enquête du 9 au 12 septembre. Les intentions de vote au premier tour des municipales à Paris sont les suivantes : Anne Hidalgo (PS, RG et PC) : 24% ; Benjamain Griveaux (LREM) : 17% ; Cédric Villani (LREM - 'Vivons Paris') : 15% ; Rachida Dati (LR) : 14% ; David Belliard (EELV) : 13% ; Pierre-Yves Bournazel (Agir) : 5% ; Danielle Simonnet (LFI) : 5% ; Serge Federbusch (RN - Aimer Paris) : 4% ; Gaspard Gantzer (Parisiennes, Parisiens) : 1% ; une liste d'extrême gauche : 0,5% ; Marcel Campion : 0% ; une autre liste : 1,5%.
  • L'institut de sondage BVA a réalisé pour RTL, "La Tribune", Orange, et LCI un sondage sur les intentions de vote des Parisiens, effectué auprès de 1294 personnes du 6 au 11 juin. Deux hypothèses sont testées : que ce soit Cédric Villani ou Benjamin Griveaux qui porte la candidature macroniste, LREM obtient le même score. Le sondage donne les résultats suivants : Benjamin Griveaux ou Cédric Villani (LREM) : 25% ; Anne Hidalgo (PS et alliés) : 21% ; David Belliard (EELV) : 13% ; Rachida Dati (LR) : 15% ; Danielle Simonnet (LFI) : 5% ; Pierre-Yves Bournazel (Agir) : 5% ; Walleyrand de Saint-Just (RN) : 5% ; Gaspard Gantzer (Parisiennes, Parisiens) : 3% ; Extrême gauche : 1,5% ; Marcel Campion : 1% ; Autres : 5,5%.
  • Un sondage effectué par Ifop et commandé par Cédric Villani début juillet 2019 (avant l'investiture LREM de Benjamin Griveaux) donnait un résultat flatteur pour le député de l'Essonne. A la question : "Si dimanche prochain devait se dérouler le second tour des élections municipales à Paris, pour laquelle des listes suivantes auriez-vous le plus de chances de voter", 51% des sondés choisissaient la liste Villani face à la liste Hidalgo. Mais si le deuxième tour opposait la maire de Paris à Benjamin Griveaux, celui-ci était donné perdant (avec 49% des voix contre 51% pour Anne Hidalgo).
  • Un autre sondage commandé à l'Ifop par Cédric Villani, réalisé après l'investiture de Benjamin Griveaux, à la mi-juillet, donnait la "popularité" des impétrants. Et Cédric Villani recueillait 51% d'opinions favorables, contre Anne Hidalgo (41%) et Benjamin Griveaux (38%).

Municipales 2020 à Paris : fonctionnement

A Paris, chaque arrondissement constitue un "secteur électoral". Attention, il y a donc en réalité 17 scrutins différents dans la capitale, 1 par "secteur". Les électeurs de chaque arrondissement (les 4 premiers sont fusionnés dans "Paris Centre) désignent par leur vote les conseillers municipaux et les conseillers d'arrondissements (qui désignent le maire d'arrondissement). A l'issue du vote, le camp qui dispose de la majorité absolue des sièges au conseil municipal désigne le maire de la capitale. Il faut donc une majorité ou un accord liant au moins 82 élus. Dans les faits, donc, un maire de Paris peut être élu sans être majoritaire en nombre de voix sur la capitale.