Rachida Dati : la liste de ses amants, l'arme fatale de Dominique Desseigne ?

Dominique Desseigne a été reconnu par la justice comme le père de Zohra, la fille de Rachida Dati, le 7 octobre 2014. Alors que l'homme d'affaires envisage de faire appel, il disposerait d'une arme explosive contre l'ancienne ministre.

[Mis à jour le 8 octobre 2014 à 16h34] Dominique Desseigne a été désigné comme le père biologique de Zohra Dati, la fille de Rachida Dati, par le tribunal de Grande instance de Versailles. La justice a estimé que le refus de l'homme d'affaires de se prêter à un test ADN pouvait être interprété comme un aveu de paternité. Rachida Dati avait entamé en octobre 2012 une procédure de reconnaissance de paternité visant le PDG du groupe Barrière. Elle vient d'obtenir le versement d'une pension alimentaire de 2 500 euros ce mardi 7 octobre 2014. Dominique Desseigne devrait faire appel de cette décision. En France, rien en effet n'interdit à un homme de refuser un test ADN, même si la justice l'ordonne.

Le tribunal civil de Versailles s'était déjà prononcé le 4 décembre 2012 sur la procédure de "reconnaissance de paternité" entamée par Rachida Dati à l'encontre de Dominique Desseigne. Les juges avaient alors ordonné une expertise génétique. Autrement-dit, ils avaient déjà donné raison à l'ancienne ministre de la Justice qui réclamait un "test de paternité", certaine que Dominique Desseigne était le père de sa fille Zohra. Pour l'avocate de ce dernier, Me Michèle Cahen, les conclusions des juges ne sont pas encore entièrement connues aujourd'hui et rien n'est encore définitif.

Dominique Desseigne : "pigeon", "perdreau de l'année"

Rachida Dati exigeait de Dominique Desseigne 6 000 euros par mois, au titre de la pension alimentaire pour élever sa fille Zohra, selon une demande formulée avant l'été 2013. Selon Me Michèle Cahen, l'avocate de l'homme d'affaires, "pour un enfant de cet âge", la somme correspondait à "du jamais vu". En revanche, celle-ci estimait que l'extravagance d'une telle demande tendait à prouver que Rachida Dati n'avait aucune lucidité sur cette affaire, d'autant que sa demande était "rétroactive". L'ancienne ministre exigeait un versement des mensualités depuis janvier 2009, date de naissance de Zohra. Elle aura finalement obtenu le versement de 2 500 euros par mois à compter de décembre 2013.

De son côté, Dominique Desseigne n'a jamais directement réagi aux accusations et aux exigences de Rachida Dati. Mais un proche, interrogé par VSD, s'était chargé de donner sa version de l'affaire. Selon lui, Desseigne aurait "la désagréable impression d'être pris pour un pigeon". L'homme d'affaires, invité renommé du Fouquet's après l'élection de Nicolas Sarkozy, avait d'ailleurs assuré "qu'il ne se laisserait pas plumer comme un perdreau de l'année" selon des confidences révélées peu après la médiatisation de l'affaire, fin 2012.

Une grande volonté d'en découdre

Dans "M", le magazine du Monde, un portrait de Dominique Desseigne, patron des casinos Barrière et du Fouquet's, était dressé début novembre 2012, juste avant son assignation devant la chambre civile du tribunal de grande instance de Versailles. Ascension professionnelle, calvaire familial avec la perte de son ex-épouse Diane, amitiés à droite et notamment avec Nicolas Sarkozy... De nombreuses confidences étaient révélées dans cet article de deux pages, manifestement bien informé.

Mais la principale information restait liée au tourbillon médiatique qui entourait déjà sa liaison avec Rachida Dati. Dominique Desseigne est-il le père de Zohra Dati, s'interrogeait en substance Le Monde ? S'il n'a pas donné de réponse explicite, le journal livrait en tout cas deux éléments clés, toujours d'actualité aujourd'hui : tout en reconnaissant une liaison avec Rachida Dati, Dominique Desseigne nierait catégoriquement être le père de sa fille et il semblerait prêt à tout pour avoir gain de cause devant la justice. Une volonté d'en découdre toujours très vive aujourd'hui si l'on en croit les récentes déclarations de ses avocates.

Rachida Dati "entrelaçait les liaisons" selon Desseigne

Selon, Dominique Desseigne, sa liaison avec l'ancienne garde des Sceaux ne serait qu'une "aventure". "Il a formellement dit à Rachida Dati qu'il ne voulait pas avoir d'enfant", écrivait le Monde en citant "un proche". C'est d'ailleurs pour cette raison que le couple aurait rompu. Surtout, Dominique Desseigne pourrait faire valoir que Rachida Dati "entrelaçait les liaisons". Autrement dit que la ministre aurait cumulé les amants entre 2007et 2008. Son avocate, Me Michèle Cahen, a déjà explicitement invoqué la multiplicité des relations de l'ancienne ministre. Me Florence Rault, une autre avocate de l'homme d'affaires, aurait affirmé dernièrement à l'audience que du 24 au 26 avril 2008, date proches de la conception supposée de Zohra Dati, la ministre de la Justice était à l'étranger, à Madrid puis au Qatar. Une manière de dire qu'elle était loin de Dominique Desseigne, mais aussi d'insinuer qu'elle pouvait être avec un autre homme lors de ces déplacements.

Dans son article de 2012, Le Monde listait en effet, hors citation, "huit" amours supposés : "un animateur télé", "un ministre", "un PDG", "l'un des frères de Nicolas Sarkozy", "l'héritier d'un empire de luxe", mais aussi "un Premier ministre espagnol" et "un procureur général qatari"... Parmi eux, on reconnaissait bien sûr Dominique Desseigne, mais aussi François Sarkozy, frère cadet de l'ancien chef de l'Etat. Lui aussi avait été visé par les "on-dit" dans les médias après la naissance de Zohra Dati en janvier 2009. Le patron d'EDF Henri Proglio, l'animateur Arthur et même l'ancien ministre des Sports Bernard Laporte avaient également été cités dans la presse, sans que rien ne soit jamais démontré.

L'ancien chef du gouvernement espagnol Jose Maria Aznar, avait quant à lui dû démentir la paternité de Zohra Dati, tant les bruits furent insistants. Mais le choix des avocates de Dominique Desseigne d'évoquer à l'audience les voyages officiels de Rachida Dati à Madrid et au Qatar ne semblent aujourd'hui pas totalement innocents au regard de ces rumeurs.

Si l'homme d'affaires faisait appel, la bataille entre Rachida Dati et Dominique Desseigne pourrait donc franchir un créneau supplémentaire dans la violence des coups en passant de simples allusions à la mention d'amants potentiels devant la cour. Le dirigeant d'entreprise serait bien décidé à ne pas se laisser "plumer". L'histoire est donc peut être loin d'avoir connu son épilogue.

EN VIDEO - En 2004, Dominique Desseigne revenait sur l'agonie et le décès de sa femme Diane Barrière, suite à un accident. Ce couple a eu deux enfants : Joy et Alexandre, âgés aujourd'hui de 18 et 21 ans.

Autour du même sujet

Dernière minute