Valéry Giscard d'Estaing : il coûte 2,5 millions d'euros par an à l'Etat

Valéry Giscard d'Estaing : il coûte 2,5 millions d'euros par an à l'Etat Le député René Dosière révèle que VGE est l'ancien président coûtant le plus cher à l'Etat. Chaque année, ses frais s'élèvent à 2,5 millions d'euros. Suivent Nicolas Sarkozy (2,2 millions) et Jacques Chirac (1,5 million).

Le régime de faveur des ex-présidents pointé du doigt. Dans un rapport publié ce mardi soir sur son blog, le député PS René Dosière dénonce le coût annuel des anciens locataires de l'Elysée. "L'ex" le plus dispendieux se trouve être Valéry Giscard d'Estaing, à la tête du pays entre 1974 et 1981. Selon René Rosière, VGE coûterait au total 2,5 millions d'euros par an à l'Etat, Nicolas Sarkozy, 2,2 millions et Jacques Chirac 1,5 million. A quoi correspondent ces chiffres ? De par leur fonction, tous les anciens présidents peuvent en fait bénéficier de conséquents avantages matériels. Une lettre datée de 1985 et émanant de Matignon détaille tous ces privilèges : un appartement meublé et équipé, une voiture de fonction avec deux chauffeurs, sept collaborateurs permanents, deux fonctionnaires de police pour la sécurité, et deux personnels de maison... A noter que cette fameuse lettre ne fixe aucun plafond de dépenses.

"Au total, les anciens présidents disposent de 13 personnes en permanence", s'insurge le député. Le premier poste de dépenses se situe dans la rémunération de tout ce personnel. Selon le député, elle se chiffrerait à 1,2 millions d'euros pour Nicolas Sarkozy (récemment, Mediapart avançait plutôt un chiffre de 1,6 million d'euros), à 1,1 million pour VGE, et à 0,9 million pour Jacques Chirac. L'équipe de VGE se compose de dix personnes, auxquelles il convient d'ajouter trois maîtres d'hôtel. Comme le rappelle Challenge, il faut également garder à l'esprit que, depuis un décret de 2004, les collaborateurs des anciens présidents bénéficient, comme les conseillers ministériels, d' "indemnités de sujétion particulières". Au total, ces primes se sont élevées, l'an passé, à 579 000 euros dont 300 000 euros pour la seule équipe de Nicolas Sarkozy.

Une protection qui coûte cher
 

L'autre énorme poste de dépenses se trouve dans la protection des résidences des anciens présidents. Et à ce petit jeu, c'est VGE qui gagne haut la main. Ses frais de protection s'élèveraient, selon les calculs du député, à 1,1 million d'euros par an, contre 400 000 euros pour Jacques Chirac et 700 000 euros pour Nicolas Sarkozy. Officiellement, ils disposent chacun de deux officiers de police ou de gendarmerie. Dans les faits, ils seraient beaucoup plus nombreux.  Pas moins de quinze gendarmes seraient par exemple en faction autour de la maison de VGE, dans le Loir-et-Cher, d'après un rapport parlementaire de 2009 sur lequel s'appuie René Dosière.

Dernier poste de dépenses : les frais de fonctionnement. Là encore, VGE est le plus dépensier. La faute à ses luxueux bureaux du boulevard Saint-Germain, à Paris, qui coûteraient près de 227 000 euros par an à l'Etat. Nicolas Sarkozy n'est pas loin derrière avec son onze pièces de la rue Miromesnil (226 000 euros). Jacques Chirac ferme la marche, son appartement de fonction rue de Lille ne coûtant "que" 193 000 euros par année. Des chiffres, comme le précise le député, qui n'incluent pas les frais de déplacement. Car les anciens président voyagent gratuitement, en première classe, via la SNCF et Air France. Ils n'englobent pas non plus les dotations versées à vie aux anciens chefs d'Etat (6 000 euros par mois), tout comme les pensions de retraite liées à leurs autres mandats nationaux et locaux.

En vidéo - Fin octobre, dans une tribune, Valéry Giscard d'Estaing portait un regard critique sur la situation économique de la France.

Article le plus lu - Ecoutez l'album de Johnny Hallyday › Voir les actualités

Annonces Google