Yom Kippour 2021 : il débute ce mercredi... Ses secrets

"Yom Kippour 2021 : il débute ce mercredi... Ses secrets"

Yom Kippour 2021 : il débute ce mercredi... Ses secrets Fête juive du "grand Pardon", Yom Kippour s'étale cette année du mercredi 15 septembre au soir au jeudi 16 septembre au soir. Les secrets de sa date, de son origine et de sa signification !

[Mis à jour le 15 septembre 2021 à 9h56] Yom Kippour, Roch Hachana, Soukkot... De nombreuses fêtes juives rythment le mois de septembre. Pour ceux qui ne sont pas de confession juive, il n'est pas toujours évident d'y voir clair et de ne pas les confondre. Yom Kippour a lieu du mercredi 15 septembre au soir au jeudi 16 septembre au soir cette année (plus de détails sur les horaires ici). En matière de catégorie de célébration, Yom Kippour est une fête dite "de la Torah". A ce titre, elle commémore un événement de la Bible, le "Pardon de Dieu" au peuple juif (voir ici). Comme Roch Hachana, Yom Kippour est par ailleurs une fête austère.

Avec Roch Hachana, Yom Kippour est rien moins que la fête la plus importante du calendrier hébraïque. L'événement a lieu tous les ans, à partir du 10e jour du mois Tichri (septembre ou octobre, selon les années), dès que le soleil se couche. La célébration ne donne pas lieu à un jour férié, mais chômé. Yom Kippour se déroule dix jours après Roch Hachana, communément appelée "Shana tova", le nouvel an juif. C'est à la tombée de la nuit, le lendemain, que se termine cette fête. Concernant la date et les horaires, ils changent tous les ans, selon la zone géographique. Il suffit de se renseigner auprès de la synagogue rattachée à son domicile pour les connaître. 

Que veut dire Yom Kippour en résumé ?     

Jour du "Grand Pardon" et de l'expiation des péchés, Yom Kippour marque pour les croyants la conclusion d'une phase de 40 jours de repentir, qui rappelle pour eux l'événement suivant : la pénitence des enfants d'Israël, quand Moïse a reçu les Tables de la loi. Les fidèles demandent le pardon de Dieu comme ils l'ont imploré après leur adoration interdite du Veau d'or. Yom Kippour est carrément le jour le plus saint du calendrier hébraïque. Appelé "le Shabbat des shabbats", il mixe jeûne total et recueillement. Une série de prières ponctue également la journée pour invoquer le pardon de Dieu ; journée qui s'achève par un repas XXL de rupture du jeûne.  

Quand a lieu Yom Kippour 2021 ?

En 2021, Yom Kippour est fixée au 15 septembre. La célébration débute le mercredi 15 septembre au soir, à 19h47 (heure de Paris). Yom Kippour et ses privations doivent ensuite s'achever le jeudi 16 septembre à 20h48 précises. La célébration religieuse a donc lieu en partie hors du weekend cette année, alors que le samedi et le dimanche sont un moment "plus pratique" pour les croyants du judaïsme qui travaillent. Yom Kippour a lieu plus de deux mois avant Hanouka, "fête des lumières" juive hivernale durant huit jours. Et environ deux mois après l'Aïd el-Kebir, temps fort du calendrier musulman cette fois.

Quelle est la date de cette fête juive ?

Les dates et horaires du jeûne changent en fait chaque année. Si Yom Kippour n'est pas célébré à la même date d'une année sur l'autre, c'est parce que celle-ci dépend du calendrier hébraïque, qui se réfère à la Genèse de la Bible. Il est composé de 12 mois ou de 13 mois lunaires selon les années, et de semaines de sept jours commençant le dimanche et se terminant le jour du chabbat, c'est à dire le samedi. Les mois lunaires sont plus courts que les mois du calendrier grégorien (alternativement 29 ou 30 jours) : c'est pour cette raison que le 10 du mois de Tichri est une date fluctuante si l'on se réfère au calendrier d'usage. En 2014, Yom Kippour et l'Aïd el-Kebir, deux plus importantes fêtes du judaïsme et de l'islam, s'étaient déroulées en même temps, pour la première fois en 33 ans.

La fête de Yom Kippour se célèbre en fait juste avant ou peu après Roch Hachana (alias Shana Tova), la fête marquant une nouvelle année civile dans le calendrier hébraïque : le jour du grand Pardon a lieu 10 jours après (voir pourquoi ici) et commence la veille au soir. Il s'agit d'une journée chômée mais non fériée, vue par les croyants comme célébration la plus sainte de l'année.

Comment souhaiter un "Joyeux Yom Kippour" ?

Il y a plusieurs manières de souhaiter Yom Kippour. On peut dire "Gmar H'atima tova" (en prononçant le "H" façon "j" espagnol), ou encore, et c'est bien plus facile à retenir, "Bon Kippour". Si vous voulez assurer un proche de confession juive de vos meilleurs voeux après Yom Kippour, soit après la sonnerie du Choffar, instrument à vent ancestral qu'on fait retentir pour rompre le jeûne, alors vous pouvez également dire "Hag Samea'h". Cette formule qu'échangent également les fidèles juifs entre eux désigne une fête appelée Souccot, et célébrée quelques jours plus tard. Terme hébraïque, "Souccot" se réfère à une fête de pèlerinage, dont la prescription figure dans la Torah, le livre sacré pour les juifs. C'est lors de Souccot qu'est célébré ce que les croyants considèrent comme un soutien divin durant "l'Exode des enfants d'Israël". Souccot se déroule pendant sept jours, rythmés par des rites commémoratifs.

Coucher de soleil sur le mur des Lamentations à Jérusalem. © Maria Dubova_123RF

Quels sont ses signification, rituels et interdits ?

Yom Kippour signifie "jour de l'expiation". Durant ce jour de ferveur, les juifs s'abstiennent de travailler et s'infligent le jeûne. La privation de nourriture et de boisson commence la veille de Yom Kippour, une demi-heure avant le coucher du soleil ("tossefet Yom Kippour") et s'achève après le coucher du soleil du lendemain. Le jeûne dure au total 25 heures, et il est obligatoire pour tout juif, pour les hommes dès l'âge de 13 ans et pour les femmes dès l'âge de 12 ans. Cependant, le jeûne n'est pas autorisé pour les personnes susceptibles d'en souffrir, comme les personnes malades, les personnes souffrant de diabète ou encore les femmes venant d'accoucher dans les trois derniers jours. De manière plus générale, cinq interdictions sont à observer pour se détacher du monde matériel :

  • l'interdiction de boire et de manger
  • l'interdiction d'avoir des relations conjugales
  • l'interdiction de se laver
  • l'interdiction de s'oindre le corps avec des huiles et des lotions (qui symbolisent les plaisirs superficiels)
  • l'interdiction de porter des chaussures en cuir (qui symbolisent les biens matériels et le confort)

Il est également interdit de travailler, les juifs devant se rendre longuement à la synagogue pour y prier et demander pardon à Dieu pour leurs fautes et celles de la communauté. Les croyants demandent pardon individuellement à toute personne qu'ils auraient pu blesser et s'excusent des offenses commises envers elle. Yom Kippour requiert cinq prières obligatoires tout au long de la journée. La célébration de Yom Kippour varie selon les communautés. Les séfarades se vêtissent par exemple de blanc afin d'affirmer leur volonté de se libérer de leurs pêchés.

La fin du jeûne est signifiée dans les synagogues par la sonnerie du shofar, un instrument de musique à vent fabriqué à partir d'une corne de bélier. Les croyants se réunissent alors en famille ou au sein de leur communauté pour "casser le jeûne". Les mets préparés pour célébrer la fin de la fête diffèrent selon les traditions : les séfarades ont pour habitude de manger des gâteaux secs accompagnés d'une citronnade alors que les ashkénazes préfèrent en général une boisson chaude et du fromage ou du poisson fumé. Après un repas léger, on sert un plat au poulet ou un bouillon.

D'où le "grand pardon" tire-t-il son origine ?

"Le jour du grand pardon" est une fête religieuse. Il commémore le jour où Dieu a pardonné au peuple juif pour la faute du Veau d'Or, relatée dans le livre biblique de l'Exode. Selon ces écrits, lorsque Moïse est monté sur le mont Sinaï pour recevoir les Tables de la Loi, les Hébreux ont créé une idole en forme de veau à partir des bijoux fondus des femmes et des enfants. Le prophète, découvrant l'adoration de l'idole, que le troisième Commandement interdit, aurait brisé alors les Tables de la Loi de colère. Moïse passa alors deux fois 40 jours au sommet de la montagne pour obtenir le pardon de son peuple auprès de Dieu. Le dixième jour du mois de Tichri, il fut accordé.

Yom Kippour constitue pour les juifs le dixième jour des dix jours de pénitence. Cette période allant de Roch Hachana à Yom Kippour, "Techouva", est consacrée à l'instropection et à la repentance. Durant ces dix jours, il est recommandé de faire son possible pour rectifier les torts commis envers les autres.

Qu'est-ce que la Achoura ?

L'Achoura est un jeûne effectué par de nombreux musulmans. Ils suivent ainsi, rappelle le site spécialisé Saphir News, une tradition prophétique enjoignant les croyants à s'abstenir de manger et de boire pendant les 9e et 10e jours du mois lunaire de Muharram (premier mois du calendrier musulman). "Ashura" ("dix" en arabe) est une fête islamique commémore différents épisodes prophétiques qui auraient eu lieu ce jour-là, selon les hadits auxquels on se réfère, précise Kamel Meziti, historien : "l'expiation d'Adam et Ève, après leur 'chute' sur Terre, (...) l'accostage de l'arche de Noé (Nûh) ; le salut d'Abraham (Ibrahim) sauvé du feu de Nemrod ou encore celui de Jonas (Yûnus) sauvé des entrailles de la baleine…" 

Pourquoi parler d'Achoura dans une page sur Yom Kippour ? Parce que cette célébration fait figure de trait d'union entre judaïsme et Islam. D'après la Sunna (tradition prophétique), en 622, le prophète Muhammad va ainsi à la rencontre des juifs de Médine le jour du Yom Kippour, pour rappel fête de l'expiation au cours de laquelle ils jeûnent. Muhammad leur demande pourquoi ils le font et ces derniers répondent qu'ils commémorent "le jour où Dieu donna la victoire à Moïse et aux fils d'Israël sur Pharaon et ses hommes". Muhammad rétorque alors qu'il est, lui, lié aux anciens prophètes bibliques, et qu'il est donc "plus en droit" de jeûner ce jour-là. A partir de là, le Prophète va ordonner aux croyants musulmans de jeûner ce jour-là, considérant Moïse comme "plus proche" d'eux, et incorporant par là même Achoura dans l'Islam. 

Dans la tradition islamique, un hadith réfère à la recommandation du jeûne d'Achoura : "Quant au jeûne du jour de 'Ashura', j'espère qu'Allah l'acceptera en tant qu'expiation pour l'année qui l'a précédé. " (Sahih Muslim)