DIRECT. Coronavirus en France : le virus est-il devenu plus virulent ? Dernières infos

DIRECT. Coronavirus en France : le virus est-il devenu plus virulent ? Dernières infos COVID-19. Des questions se posent sur le coronavirus qui tue une personne toutes les 5 minutes environ dans le pays désormais. Des médecins alertent par ailleurs sur la chloroquine qui aurait provoqué des hospitalisations voire des décès ces derniers jours...

Le coronavirus est-il devenu plus virulent ?

Le coronavirus est peut-être devenu plus agressif depuis les premiers cas recensés en Chine entre décembre 2019 et janvier 2020. C'est en tout cas l'hypothèse soulevée par l'émission Sept à Huit ce dimanche mais aussi par plusieurs médecins ce lundi 30 mars sur la chaîne LCI qui a consacré plusieurs reportages et interviews à cette question. Le virus semble attaquer de plus en plus souvent "de façon très virulente" les poumons de patients pourtant en pleine-forme. Agnès Ricard-Hibon, la présidente de la Société française de médecine d'urgence, alerte sur l'augmentation des "formes graves" du virus, qui "atteignent la population fragile mais également des patients plus jeunes". Début mars, une étude publiée dans la revue National Science Review par une équipe de chercheurs chinois indiquait que le coronavirus se partageait en deux types, L et S. Ces deux formes de Covid-19 se distinguent par leurs "récepteurs de surface", autrement dit par leur capacité à s'accrocher et à pénétrer dans l'organisme. Et l'étude supposait que le type S, d'abord majoritaire au début de l'épidémie, a été supplanté par le type L, plus contagieux mais aussi plus virulent. En s'adaptent à l'espèce humaine, il représentait 70% selon les chercheurs, qui soulignaient néanmoins que le type L état plus difficile à détecter, car provoquant "des symptômes moins sévères" donc moins visibles.

Il y a quelques jours, Sylvie van der Werf, la responsable du centre national de référence des virus respiratoires de l'Institut Pasteur, expliquait à Emmanuel Macron, en visite sur place, sa surprise face à "la quantité de virus dans certains prélèvements qui est vraiment très élevée". "Ca n'a rien à voir avec ce que l'on voit classiquement pour la grippe et d'autres virus respiratoires ou même ce que j'avais pu voir pour le MERS ou le Sars-Cov1", assurait la scientifique au chef de l'Etat. Des propos qui semblent confirmer que le virus a pu s'adapter à l'homme. Sur LCI ce lundi, le Professeur Jean-Daniel Chiche, chef adjoint du service de réanimation à l’hôpital Cochin, nuance néanmoins : "Il est difficile de dire qu'il y a une modification dans la virulence du pathogène. Nous n'avons pas les données pour l'affirmer."

Quelles sont les dernières avancées sur la chloroquine ?

Le Point alerte ce lundi 30 mars sur des complications voire des décès qui seraient survenus après la prise d'hydroxychloroquine par des patients atteints du coronavirus dans plusieurs hôpitaux en France. L'hebdomadaire cite le "pharmacien d'un grand CHU français, correspondant du Centre de pharmacovigilance de sa région" sans livrer de cas précis. L'Agence régionale de Santé de Nouvelle-Aquitaine alertait aussi dimanche sur l'usage de chloroquine, via la consommation de Plaquenil, sans prescription médicale. L'ARS rapportait alors "plusieurs cas de toxicité cardiaque" ayant parfois nécessité et rappelait que la prise de chloroquine ou de ses dérivés doit faire l'objet "d'une surveillance et d'une prescription médicales adaptées pour éviter la survenue d’événements indésirables graves mais aussi des hospitalisations en réanimation qui sont actuellement précieuses". Ces alertes surviennent alors que le professeur Didier Raoult a diffusé vendredi les résultats d'une nouvelle étude portant sur l'administration de l'hydroxychloroquine et d'un antibiotique à 80 de ses patients atteints du Covid-19. Un traitement que l'infectiologue juge toujours "pertinent" (lire ici). La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal, a indiqué de son côté sur Franceinfo que l'essai européen Discovery, qui porte en partie seulement sur la chloroquine, devrait livrer ses premiers résultats en fin de semaine. "Nous pensons avoir un premier retour en fin de cette semaine sur l'efficacité des molécules qui sont en cours de test de façon à pouvoir prolonger ces essais, arrêter certaines molécules, en rajouter d'autres."

Quelles sont les infos à retenir ce lundi 30 mars ?

  • Voici les autres informations clés de ce lundi 30 mars concernant l'épidémie de coronavirus en France :
  • Retour en classe. Sur Europe 1 ce lundi 30 mars, Jean-Michel Blanquer est revenu sur son estimation de la semaine dernière, annonçant une reprise des cours le 4 mai. "C'est une possibilité. Cela dépend de l’évolution de l’épidémie", a indiqué le ministre de l'Education. "J'espère qu'on sera en mesure de rentrer le 4 mai, je continue à l’espérer", a-t-il ajouté.
  • Le bac. Toujours sur Europe 1, le ministre a indiqué qu'il étudiait toutes les options sur une nouvelle formule du bac en parlant notamment du contrôle continu : "Il y aura forcément une dose de contrôle continu, la question est jusqu'à quel point."
  • Pas de pénurie alimentaire. Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, a assuré sur l'antenne de BFM TV qu'il n'y avait "pas de pénurie alimentaire" et qu'il préviendrait les Français s'il devait y en avoir une. 
  • Livraison de masques. Un avion-cargo en provenance de Chine et transportant 5,5 millions de masques médicaux, a atterri hier à l'aéroport de Roissy. Il transportait au total 100 tonnes de matériel médical. Parmi les 5,5 millions de masques, se trouvaient les "2,5 millions commandés par LVMH pour l'Etat" a indiqué le groupe de luxe.
  • Evacuations. Après plusieurs dizaines de transferts de malades du coronavirus ce week-end, la France accélère encore lundi les évacuations depuis le Grand Est, particulièrement touché. Dimanche, des hélicoptères de l'armée française et un avion militaire allemand avaient acheminé des malades de cette région vers le sud-ouest de l'Allemagne, et des TGV médicalisés avaient évacué des patients vers la Nouvelle-Aquitaine. Au total, ce sont 250 patients qui ont bénéficié de transferts pour désengorger les hôpitaux saturés selon le Directeur général de la Santé Jérôme Salomon.
  • Violences conjugales. La secrétaire d’État à l’Égalité femmes-hommes Marlène Schiappa a annoncé la mise en place d’un nouveau plan d’urgence, avec notamment 20 000 nuitées financées pour mettre fin aux cohabitations dangereuses, alors que le confinement oblige plusieurs femmes à rester à la maison avec un conjoint violent.

Quel est le dernier bilan du coronavirus en France ?

Le coronavirus en France fait de plus en plus de victimes, avec un nombre de nouveaux malades qui continue à suivre la même tendance depuis plusieurs jours et un nombre de cas qui double tous les trois à quatre jours. Le dernier bilan du coronavirus en France a été communiqué ce dimanche 29 mars dans la soirée. Voici les chiffres clés :    

  • 40 174 cas confirmés par les tests de dépistage, soit 2599 cas supplémentaires en 24 heures.
  • 19 311 hospitalisations, soit 1691 de plus en 24 heures.
  • 4592 personnes en réanimation dans un état grave soit 359 de plus en 24 heures.
  • 2606 décès, soit 292 de plus en 24 heures.
  • 7131 personnes guéries ou considérées comme tel, soit 507 de plus qu'il y a 24 heures.
  • En Ile-de-France : 12 108 cas au total soit 176  de plus en 24 heures. 128 décès de plus en 24 heures.

Le Directeur général de la Santé Jérôme Salomon, qui a pris la parole ce dimanche soir, a évoqué "une épidémie sévère et meurtrière, avec une diffusion rapide". "Il y a une augmentation de 10% de malades entrants depuis hier (samedi), reflet de contaminations survenues il y a environ deux semaines, avant les mesures de confinement", a-t-il souligné. Il estime qu'il faut se focaliser sur les 359 patients graves entrés en réanimation en 24 heures. "C'est l'élément le plus important à surveiller car il reflète la dynamique de l’épidémie. C'est cet indicateur que nous allons analyser pour voir les effets des mesures de confinement d’ici la fin de cette semaine", indique-t-il. "Si les mesures de confinement et gestes barrières ont été respectés, nous devrions observer une réduction du nombre de personnes entrant en réanimation d’ici la fin de semaine". Parmi les victimes, l'ancien ministre Patrick Devedjian dont le décès a été annoncé dimanche matin, ou le chanteur Christophe qui est quant à lui en réanimation.

Quelles régions sont les plus touchées par le coronavirus ? (carte)

A lire aussi...
En direct

13:05 - Un fort taux de participation des donneurs de sang

Bonne nouvelle ! Après une sensible baisse des donneurs de sang à cause de la pandémie du coronavirus, l’Établissement français du sang enregistre désormais un fort taux de participation, jusqu’à trois fois plus de monde qu’habituellement, par jour, dans certains centres rapporte Ouest France.

12:59 - La France a-t-elle laissé l'épidémie "suivre son cours" (2/2) ?

La France aurait voulu s'inspirer au départ, sans le dire, de la stratégie de l'Allemagne où Angela Merkel a indiqué explicitement qu'elle tablait sur un taux de contamination de 60 à 70% de sa population. L'espoir d'une telle stratégie était d'atteindre, dans quelques mois, une "immunité de groupe", permettant au virus de décliner et de disparaître définitivement. Une stratégie risquée selon le Figaro mi-mars, la stratégie française est tout aussi risquée : elle pourrait aboutir à "des millions de personnes infectées, des centaines de milliers de cas graves, et des dizaines de milliers de morts potentiels". La stratégie inverse, qui vise un endiguement total de l'épidémie et à laquelle les autorités françaises se sont finalement résolues, fait craindre de son côté un "rebond" du Covid-19 dans plusieurs mois, une fois que les confinements seront levés, la population n'ayant pas réellement et massivement "rencontré" le virus.

12:52 - La France a-t-elle laissé l'épidémie "suivre son cours" (1/2) ?

La stratégie de la France face à l'épidémie de coronavirus interroge depuis début mars, alors que des mesures drastiques de confinement ont depuis été annoncées et que le nombre de cas a doublé en 72 heures. Un article du journal Le Monde mais aussi un article du Figaro, publiés le samedi 14 mars, indiquent que le gouvernement a d'abord décidé délibérément de laisser l'épidémie "suivre son cours", allant à l'encontre des préconisations de l'OMS et refusant de copier le modèle de réponse chinois face à la pandémie. A défaut de stopper brutalement l'épidémie avec un confinement total, comme en Chine, l'objectif des mesures graduées mises en place depuis le début de la crise par le gouvernement était de ralentir la propagation du virus pour éviter l'engorgement des services d’urgence. Il s'agissait donc non pas de stopper la progression du coronavirus, jugée inéluctable, mais "d’aplanir" la courbe épidémique comme l'a montré le ministre de la Santé Olivier Véran à la télévision.

12:45 - Six patients d'Alsace transférés vers la Suisse et l'Allemagne

Six patients atteints du coronavirus ont été transférés lundi par trois hélicoptères de l'armée de terre depuis Strasbourg vers la Suisse et l'Allemagne, selon la préfète du Grand Est.

12:40 - Le conseil départemental de l’Orne offre 30 000 masques

Le président du conseil départemental de l’Orne Christophe de Balorre indique dans un communiqué que la collectivité a "offert 30 000 masques pour les personnels de santé, de service d’aide à domicile et les pompiers."

12:32 - Un nouvel arrivage de masques chinois attendu

Un nouveau convoi est attendu avec du matériel médical dont des masques lundi à Vatry, dans la Marne, en région Grand Est. Cette livraison fait suite à la première cargaison de 5,5 millions de masques médicaux livrée ce dimanche.

12:26 - Combien de personnes en réanimation en lle-de-France ?

Selon l'ARS Île-de-France, près de 1600 personnes étaient en réanimation dimanche soir, alors que la région dispose initialement de 1500 lits en réanimation. "Plusieurs centaines de lits complémentaires" ont néanmoins été dégagés dans la région selon Jérôme Salomon. Sur BFMTV, le professeur Olivier Bouchaud, du service des maladies infectieuses de l'hôpital d'Avicenne, à Bobigny, a néanmoins indiqué dès samedi que sur une centaine de lits ouverts dans son établissement, tous étaient déjà pris d'assaut.

12:19 - Edouard Philippe remercie les acteurs économiques

À l'issue de la vidéo-conférence du gouvernement avec les acteurs économiques, Edouard Philippe remercie ces derniers pour leur "forte mobilisation" dans un tweet.

12:15 - L'île-de-France sous tension à cause du coronavirus, le point

La région Île-de-France est en train de devenir la région la plus violemment frappée par le coronavirus après le Grand-Est. Ce dimanche soir, la région comptait 12 108 cas au total soit 176 de plus en 24 heures. 128 décès étaient aussi comptabilisés en 24 heures. Autre point d’inquiétude majeur : environ 250 Ehpad sont aussi touchés. Après Martin Hirsch, président de l'AP-HP, qui s'est montré très alarmiste ces derniers jours, c'est le directeur de l’Agence régionale de santé (ARS), Aurélien Rousseau, qui a donné la mesure que ce qui attend la capitale et les départements franciliens cette semaine. Invité sur RTL ce vendredi, il a évoqué des chiffre de contaminations et de cas sévères qui sont désormais "vertigineux". "La vague est là", a poursuivi Aurélien Rousseau, assurant qu'augmenter les capacités d’accueil était une priorité pour l'ARS, notamment dans les services de réanimation. "Nous continuons à monter des digues pour être plus hauts que cette vague en espérant que cette vague s’amenuise dans les jours qui viennent, notamment avec les mesures de confinement", a-t-il indiqué.

12:10 - Gérard Larcher réclame le rassemblement

Dans une interview pour le Parisien, Gérard Larcher président du Sénat réclame le rassemblement face à la crise du coronavirus en France : "La priorité c'est d'être rassemblés, la désunion nationale serait la pire des choses. Face à cette crise sanitaire, je suis aux côtés du président de la République et du premier ministre. L'heure n'est pas à la polémique. Elle est à l'action."

12:02 - L’offre de TGV réduite à son minimum

Elisabeth Borne a indiqué sur BFM TV que l'offre de TGV a été réduite à son minimum : "Nous avons réduit l’offre de TGV au minimum. Elle doit être de 6% aujourd’hui. Et franchement, je le dis aux Français, c’est pas le moment de faire des trajets de longues distances (...) Si on veut permettre à nos soignants d’avoir un afflux maîtrisé dans les services d’urgence, il faut que chacun continue de respecter le confinement”.

11:57 - Des salariés de Carrefour exercent leur droit de retrait

À Vitrolles dans les Bouches-du-Rhône, des employés d'un hypermarché Carrefour ont exercé leur droit de retrait, exigeant la mise en place de "mesures d'hygiène et de protection" selon Fati Poucel, représentante CGT après la contamination de deux salariés.

11:51 - Le Conseil d’État déboute des syndicats de soignants

Le Conseil d’Etat a débouté deux syndicats de soignants qui l’avaient saisi en référé pour réclamer notamment des masques, des "moyens de dépistage massif" du coronavirus et l’autorisation pour les médecins et hôpitaux de prescrire de la chloroquine "aux patients à risque". Les "premières livraisons" de masques commandés par l’exécutif sont "attendues prochainement" justifie le Conseil d'Etat.

11:44 - Report de l'impôt sur le revenu ?

Solidaires, le premier syndicat représentatif au sein des finances publiques demande le report de la campagne de l'impôt sur le revenu : "Le report de cette campagne déclarative (de l'impôt sur le revenu) constitue une exigence responsable et de bon sens au regard de la situation d'urgence sanitaire." Il s'agirait également "d'une prise de risque pour la santé des agentes et des agents des finances publiques, mais aussi pour celle des contribuables."

11:38 - 5000 places d'hôtel supplémentaires ouvertes pour les sans-abri

Plus de 5000 places supplémentaires sont désormais disponibles dans les hôtels pour héberger les sans-abri pendant l'épidémie de coronavirus, et 40 sites de confinement comptant 1300 places sont actuellement prêts à accueillir des SDF malades du Covid-19, a annoncé ce dimanche le ministère du Logement dans un communiqué.

11:30 - Marine Le Pen veut que les médecins de ville puissent prescrire la chloroquine

"Je pense qu’il faut tout de suite donner la possibilité à tous les médecins de ville qui savent ce qu’ils font et connaissent les effets secondaires possibles de ce médicament, la capacité de le prescrire à ceux qui sont contaminés avec des symptômes peu graves" explique Marine Le Pen au micro de Franceinfo ce matin avant d'ajouter "Si on peut éviter l’aggravation des cas, si on peut éviter ne serait-ce que 10 % de baisse des cas graves, cela voudra dire qu’on ne sera pas obligé de trier les gens à la sortie, qu’on ne laissera pas sur le côté, sans respirateur, sans aide, des personnes âgées parce qu’on n’a pas les moyens matériels de les soigner."

11:25 - Une attestation pour les étrangers ou les personnes en situation de handicap

Face au coronavirus, le confinement est de rigueur et vous devez vous munir d'une attestation. Une nouvelle vient de sortir, plus simplifiée, pour permettre aux étrangers et aux personnes en situation de handicap de sortir plus facilement. Le lien juste ici.

11:14 - Les petits entrepreneurs éligibles au fonds de solidarité en avril à partir de 50% de perte

Bruno Le Maire a indiqué sur RMC que les petits entrepreneurs seront éligibles au fonds de solidarité en avril à partir de 50% de perte de chiffre d'affaires, contre 70% en mars "Les restaurants, les théâtres, les cafés, les cinémas, tout ceux-là, c'est forfaitaire, 1.500 euros quand leur activité est fermée, ils peuvent le toucher".

11:06 - Un site pour aider les Français dans leurs démarches numériques

Le site Internet solidarite-numerique.fr et le numéro de téléphone 01 70 772 372 ont été lancés dimanche pour aider les personnes en délicatesse avec Internet à utiliser au mieux les outils numériques pour leurs démarches administratives. "à peu près 13 millions de Français aujourd'hui, un Français sur cinq, (ne) se sent sans aucune capacité numérique, non pas qu'il n'a pas accès à Internet chez lui ou au travail, mais parce qu'il ne sait pas se servir d'Internet et qu'il ne sait pas faire les démarches de base comme se déclarer sur pôle emploi, déclarer ses impôts" explique le secrétariat d'Etat chargé du numérique.

11:01 - Vision-conférence pour le gouvernement

Des représentants du monde économique sont actuellement en train d'échanger avec le gouvernement pour assurer "la bonne continuité de l'approvisionnement en biens et services essentiels" durant cette pandémie du coronavirus en France. Le Premier ministre est accompagné d'Olivier Véran (Santé), Bruno Le Maire (Economie), Muriel Pénicaud (Travail), Gérald Darmanin (Action et Comptes publics), Didier Guillaume (Agriculture), Sibeth Ndiaye (Porte-parole), Jean-Baptiste Djebbbari (Transports) et Agnès Pannier-Runacher (Industrie) sont présents.

LIRE PLUS
Toutes les infos