DIRECT. Coronavirus en France : plus de 29 000 morts, la seconde vague encore redoutée

DIRECT. Coronavirus en France : plus de 29 000 morts, la seconde vague encore redoutée CORONAVIRUS FRANCE. L'épidémie de coronavirus continue de freiner en France, notamment dans les services de réanimation. Toutefois, quatre scénarios sur l'évolution future de la pandémie sont envisagés par le Conseil scientifique. Dans le pire des cas, une deuxième phase de confinement serait recommandée.

Combien de cas et de morts du coronavirus en France ? Dernier bilan

La Direction générale de la Santé et son agence Santé publique France ont dévoilé le dernier bilan du coronavirus ce vendredi 5 juin 2020. Dans les hôpitaux, la situation continue de s'améliorer avec moins de patients pris en charge et moins de malades du coronavirus dans les services de réanimation. Voici les principaux chiffres :

  • 153 055 personnes testées positives au coronavirus
  • 29 111 décès, soit 46 de plus en 24 heures, dont 18 761 décès à l'hôpital
  • 12 696 hospitalisations en cours, soit 405 de moins en 24 heures 
  • 1 094 personnes actuellement en réanimation, soit 69 de moins en 24 heures
  • 70 504 personnes sorties de l'hôpital

NB : ces données ne prennent pas en compte les décès en Ehpad depuis mardi 2 juin.

Quels sont les quatre scénarios envisagés par le Conseil scientifique ?

Le dernier avis du Conseil scientifique a été rendu et ses membres ont élaborés quatre différents scénarios, classés du plus optimiste au plus pessimiste, pour anticiper le futur proche du coronavirus en France. Pour l'heure, le pays réussit à se sortir de la crise sanitaire, mais il le Conseil ne souhaite pas exclure le pire, même s'il est aujourd'hui peu probable que le 4e scénario advienne. Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, a évoqué ces différents scénarios ce vendredi sur l'antenne de France Inter. "Nous pensons que c’est le scénario numéro 1, celui d’un contrôle de l’épidémie, qui est le plus probable. Le scénario 4, le plus grave, c’est celui qu’on ne veut pas voir : faisons tout pour ne pas y arriver. Il serait extrêmement difficile d’avoir un nouveau confinement généralisé", a-t-il expliqué. Voici les quatre scénarios du Conseil scientifique :

  • Le premier correspond au maintien de la situation actuelle, à savoir une épidémie maîtrisée avec l'apparition de foyers épidémique que l'on parvient à garder sous contrôle, notamment grâce aux tests et au maintien des mesures sanitaires, à l'image des gestes barrières.
  • La deuxième situation serait similaire à la première, mais avec des foyers épidémiques plus intenses, pouvant laisser envisager la perte du contrôle des chaînes de transmission. Le coronavirus serait alors localement moins maîtrisé par les autorités sanitaires.
  • Le troisième scénario correspond au retour progressif de l'épidémie sur la France, avec de nouvelles chaînes de contamination non-contrôlées et des indicateurs allant en se dégradant. Des mesures au niveau national pourraient être envisagées.
  • Enfin, quatrième possibilité : la perte de contrôle de l'épidémie avec une dégradation critique des indicateurs et le choix entre un reconfinement de la population pour minimiser la mortalité directe ou un maintien de l'activité sociale et économique, mais accompagné d'une mortalité direct importante.

La chloroquine n'aurait "pas d'effet bénéfique" d'après l'étude Discovery

La controverse autour de la chloroquine s'intensifie alors que les responsables de l'essai clinique britannique Recovery ont annoncé ce vendredi que la molécule n'aurait "pas d'effet bénéfique" pour les malades infectés par le coronavirus. Ils ont par ailleurs décidé l'arrêt "immédiat" de l'intégration de nouveaux patients dans leur essai. L'étude Recovery a testé d'autres traitements dont les conclusions sont encore attendues. Les scientifiques s'intéressent de près au Tocilizumab, un anti-inflammatoire qui peut aider à freiner l'emballement immunitaire responsable des complications respiratoires du Covid-19. De son côté, le docteur Mandeep R. Mehrale, coordinateur de l’essai sur l’hydroxychloroquine publié par The Lancet, a reconnu des failles dans l’étude. "Je n’ai pas fait assez pour m’assurer que la source de données était appropriée. Pour cela, et pour toutes les perturbations – directes et indirectes –, je suis vraiment désolé", a-t-il déclaré. Les premières conclusions de cet essai avançaient que la molécule était inefficace voire dangereuse pour les patients infectés par le coronavirus. 

Lire aussi

23:45 - Depuis le début de la phase 2 du déconfinement, la situation sanitaire s'améliore

[Fin du direct] D'après le rapport publié le 3 juin par Santé Publique France, les données clés présentées le 28 mai pour la phase 2 du déconfinement se sont améliorées depuis :

  • Incidence : 5,25 tests positifs pour 100 000 habitants en semaine 22 contre 6,14 à l’époque en semaine 21
  • Positivité des tests : 1,49 contre 1,9%.
  • R0 : 0,76 contre 0,77

23:24 - 150 clusters identifiés en France (2/2)

Parmi les 150 clusters recensés en France, "66 % ont plus de cinq cas. Ils concernent notamment des personnes en situation de précarité et de vulnérabilité (17 % en établissements d’hébergement social et d’insertion, et 6% en communautés vulnérables), des établissements de santé (27%) et plus largement des entreprises (17% en entreprises privées et publiques hors établissements de santé)", explique Santé publique France. 

23:10 - Le point sur la situation sanitaire en Normandie

En Normandie, le bilan sanitaire du vendredi 5 juin fait état de 421 victimes du coronavirus et ne recense aucun décès en 24 heures dans les hôpitaux. 310 personnes sont encore hospitalisées (- 8 en 24 heures) dont 19 admises en réanimation d'après les derniers bilans complets du ministère de la Santé. Par ailleurs, 1 509 personnes ont pu sortir guéries de l'hôpital (+7 en 24 heures). La Seine-Maritime est le département le plus endeuillé avec 177 décès recensés à dans les établissements hospitaliers. 

22:55 - Le point sur la situation sanitaire dans le monde

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 392 878 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon les bilans officiels de ce vendredi 5 juin.

  • Plus de 6 696 690 cas d'infection ont été officiellement recensés dans 196 pays et territoires depuis le début de l'épidémie, dont au moins 2 886 800 sont aujourd'hui considérés comme guéris.
  • 5 497 nouveaux décès et 128 151 nouveaux cas ont été recensés dans le monde.
  • Les pays qui ont enregistré le plus de nouvelles victimes sont le Brésil avec 1 473 nouveaux décès, les Etats-Unis (1 023) et le Mexique (816).

22:41 - 150 clusters en France : seulement 23% des foyers maîtrisés

Santé Publique France précise dans son rapport publié le 3 juin 2020 que la majorité des 150 clusters recensés en France étaient en cours d’investigation (62%). Par ailleurs, 23 % ont été maitrisés, et 15 % sont clôturés compte tenu de "l'absence de nouveaux cas 14 jours après la date de début des signes du dernier cas et la fin de la quatorzaine de tous les contacts". 

22:23 - Coronavirus en Hauts-de-France : le nombre de patients hospitalisés diminue

Huit personnes sont mortes du coronavirus dans les établissements hospitaliers de la région des Hauts-de-France au cours des dernières 24 heures, selon les données communiquées ce vendredi 5 juin par Santé publique France. 1 334 personnes sont encore hospitalisées (- 44 en 24 heures), dont 113 en réanimation (+ 3 en 24 heures). Au total, 1 764 patients sont décédés des suites du Covid-19 dans les hôpitaux depuis le début de l'épidémie (+ 10 en 24 heures). 

22:09 - 150 clusters identifiés en France (1/2)

D'après les données de Santé publique France, "au 03 juin 2020, un total de 150 clusters (hors Ehpad et milieu familial restreint)" ont été identifiés : 142 clusters en France métropolitaine et 8 dans les départements régions d’outre-mer. "On note une augmentation du nombre de clusters détectés et investigués", précise le rapport. 

21:49 - Le point sur la situation sanitaire en Ile-de-France

L'Ile-de-France dénombre 7 194 victimes du coronavirus (+ 12 en 24 heures). 5 755 personnes sont encore hospitalisées (- 112 en 24 heures) dont 523 admises en réanimation (- 17 en 24 heures) d'après les derniers bilans complets du ministère de la Santé publiés vendredi 5 juin. Par ailleurs, 25 349 personnes ont pu sortir guéries de l'hôpital (+ 163 en 24 heures). Paris reste le département le plus endeuillé avec 1 699 victimes de l'épidémie. 

21:33 - Auvergne-Rhône-Alpes : 1 694 victimes de l'épidémie

D'après le dernier communiqué complet du ministère de la Santé, publié le vendredi 5 juin, 1 694 personnes sont décédées du coronavirus (+ 2 en 24 heures) dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. 998 personnes sont encore hospitalisées (- 72 en 24 heures), dont 94 admises en réanimation (- 6 en 24 heures). 7 195 personnes ont pu sortir de l'hôpital guéries (+ 80 en 24 heures). Le Rhône est le département le plus touché avec 616 décès recensés et 634 patients encore hospitalisés. 

21:12 - Grand-Est : 3 461 morts du coronavirus depuis le début de l'épidémie

Au vendredi 5 juin, le coronavirus a tué 3 461 personnes (+ 8 en 24 heures) tandis que 1 863 patients sont encore hospitalisés (- 50 en 24 heures), dont 138 en réanimation (- 10 en 24 heures). Bonne nouvelle : 11 127 personnes ont pu sortir de l'hôpital (+ 61 en 24 heures). Le Moselle dénombre le plus grand nombre de victimes avec 811 décès recensés pour une infection au Covid-19. 

20:54 - Les suspicions de coronavirus représentent 1% des passages aux urgence

Enfin, d'après les dernières données du ministère de la Santé, les suspicions de Covid-19 représentent 1% des passages aux urgences et 3% des interventions de SOS Médecins. Pour rappel, 611 cas confirmés du Covid-19 ont été enregistrés en 24 heures. C'est moins qu'hier (767) mais davantage qu'il y a deux jours (352), et un peu plus que vendredi dernier (597).

20:44 - Assouplissement des visites dans les Ehpad : une situation disparate selon les établissements (2/2)

Les autorités ont annoncé un assouplissement des visites dans les Ehpad. Mais sur le terrain, cette nouvelle mesure implique des complications pour certains établissements. A l'Ehpad de Saint-Bris-le-Vineux, les visites seront limitées à deux personnes maximum et toujours limitées dans le temps. Depuis, la directrice de l'Ehpad de Saint-Bris-le-Vineux explique qu'elle doit gérer les appels et parfois l'incompréhension des familles : "j'ai eu des familles au téléphone qui m'ont posé la question de savoir quand on allait rouvrir? Mais je leur dis bien que ce n'est pas une réouverture, c'est un assouplissement des visites qui se fait en fonction des territoires et en fonction des situations de l'établissement."

20:28 - L'épidémie de coronavirus est-elle vraiment sous contrôle ? (2/2)

D'après Franck Chauvin, membre du Conseil scientifique, "il faut se préparer à la suite" dans l'éventualité d'une seconde vague du coronavirus. "Il faut que si jamais ça redémarre (…), à ce moment-là qu’on puisse actionner des mesures qui sont prêtes, acceptées par la population et faciles à mettre en œuvre", explique-t-il.

20:09 - Assouplissement des visites dans les Ehpad : une situation disparate selon les établissements (1/2)

Les conditions de visite dans les Ehpad sont assouplies à partir de ce vendredi 5 juin La mesure n'est pas appliquée dans tous les établissements : c'est à la direction de décider d'un allègement des protocoles ou non. Par ailleurs, dans certains Ehpad, ces annonces sont très difficiles à mettre en place sur le terrain. "Les règles concernant les visites restent lourde : prise de rendez-vous, limitation de la durée des visites, sens de circulation dans l'établissement", rapporte France bleu.

19:59 - L'épidémie de coronavirus est-elle vraiment sous contrôle ? (1/2)

Alors que l'épidémie de coronavirus semble "contrôlée" en France, une seconde vague à l'automne est un scénario "probable" et qui "sera plus difficile repérer", d'après Franck Chauvin, membre du Conseil scientifique sur franceinfo. "Il faudra prendre des mesures extrêmement efficaces tout de suite, même si elles peuvent être limitées à certains groupes", a-t-il expliqué. D'après lui, il y a plusieurs scénarii possibles concernant l'évolution du virus. "On sait qu'on va rentrer dans le scénario 1. On n’y est pas tout à fait, puisqu'il faut attendre que tous les indicateurs se stabilisent. Si on regarde les nouvelles hospitalisations en réanimation, elles sont très faibles, les nouvelles hospitalisations, elles sont faibles aussi et les nouveaux cas aussi. Donc, vraisemblablement, on rentre dans ce scénario 1. Je ne sais pas si c'est le meilleur des mondes, mais dans tous les cas, au point de vue épidémique, l'épidémie est maîtrisée", développe le scientifique.

19:45 - Personnes vulnérables : l'OMS recommande le port du masque

Alors que l'Organisation mondiale de la santé a recommandé le port du masque en cas de transmission généralisée du coronavirus et lorsqu'il est difficile de respecter la distanciation physique, l'institution a aussi rappelé l'importance de son usage pour les personnes âgées malades. "Dans les zones de transmission communautaire, nous recommandons que les personnes âgées de 60 ans ou plus ou ceux qui souffrent d'affections médicales préexistantes portent un masque médical dans les situations où la distanciation physique n'est pas possible", a-t-il dit.

19:28 - Tocilizumab : quel est ce traitement testé par l'étude Recovery contre le coronavirus ?

Médicament utilisé dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, le tocilizumab intéresse les scientifiques pour traiter les infections du coronavirus à plus d'un titre. Ce traitement pourrait réduire le recours en réanimation et à la respiration artificielle des patients infectés par le coronavirus. Dès mars 2020, plusieurs équipes internationales ont encouragé l'analyse des médicaments immunosuppresseurs et/ou immuno-modulateurs comme le tocilizumab afin de traiter des formes sévères de la maladie. Le tocilizumab parviendrait à freiner l'emballement immunitaire responsable des complications respiratoires du Covid-19.

19:13 - Le bilan de l'épidémie de coronavirus en France

Le bilan de l'épidémie de coronavirus a été communiqué ce vendredi 5 juin 2020 par le ministère de la Santé. D'après ses données, la situation sanitaire en France est la suivante  : 

  • 153 055 personnes testées positives au coronavirus
  • 29 111 décès, soit 46 de plus en 24 heures, dont 18 761 décès à l'hôpital
  • 12 696 hospitalisations en cours, soit 405 de moins en 24 heures 
  • 1 094 personnes actuellement en réanimation, soit 69 de moins en 24 heures
  • 70 504 personnes sorties de l'hôpital

NB : ces données ne prennent pas en compte les décès en Ehpad depuis mardi 2 juin. 

19:11 - Les Etats-Unis ont "largement surmonté" l'épidémie d'après Trump

Selon le président Donald Trump, les Etats-Unis ont "largement surmonté" la pandémie de coronavirus. Pourtant, le virus circule encore et la maladie continue de faire près d'un millier de morts chaque jour dans le pays. On déplore plus de 108 000 victimes et près de 1,9 millions de cas d'infections.

18:51 - Etude Recovery : d'autres traitements testés en attente des résultats

Les responsables de l'essai clinique britannique Recovery ont annoncé ce vendredi que la chloroquine ne montrait "pas d'effet bénéfique" pour les malades du Covid-19 et ont décidé l'arrêt "immédiat" de l'inclusion de nouveaux patients pour ce traitement. Par ailleurs, l'étude Recovery a testé les traitements suivants : le Lopinavir-Ritonavir (un traitement utilisé contre le VIH), l'Azithromycin, le Tocilizumab (un anti-inflammatoire), le Dexamethasone à faible dose et l'injection de plasma provenant de personnes guéries et présentant des anticorps. Les conclusions et les résultats de ces examens ne sont pour le moment pas complets.

LIRE PLUS