Franck Riester : "homo revendiqué", "constructif"... Qui est le nouveau ministre de la Culture ?

Franck Riester : "homo revendiqué", "constructif"... Qui est le nouveau ministre de la Culture ? FRANCK RIESTER - Qui est le nouveau ministre de la Culture ? Franck Riester a un profil singulier. Cet élu de droite a un parcours atypique, qui l'a progressivement amené à se rapprocher de la macronie.

[Mis à jour le 16 octobre 2018 à 17h04] C'est pour beaucoup la surprise du remaniement opéré par Emmanuel Macron et Edouard Philippe ce mardi 16 octobre : Franck Riester a été nommé ministre de la Culture. Cet ancien membre de l'UMP et de LR, passé chez les "constructifs" après l'élection d'Emmanuel Macron à l'Elysée, s'est rapproché ces derniers mois des macronistes. En fondant le parti "Agir" et en devenant co-président du groupe parlementaire UDI, le député avait rompu avec son ancien parti incarné désormais par Laurent Wauquiez.

Titulaire d'un Master de gestion des collectivités territoriales, Franck Riester a été élu pour la première fois en 1995, à seulement 21 ans, conseiller municipal de la ville de Coulommiers. Sous les couleurs de l'UMP, il est élu en juin 2007 député de la 5e circonscription de Seine-et-Marne, et devient un an plus tard maire de Coulommiers avec 54,81 % des suffrages. Au cours de son mandat de député, il a notamment été le rapporteur de la loi 'Création et Internet' ou loi "Hadopi". En 2009, Franck Riester est nommé directeur de campagne de l'UMP pour les élections européennes de 2009, fonction qu'il occupera à nouveau pour les élections régionales de 2010. "Premier député homosexuel revendiqué" à droite selon Libération, il est l'un des seuls députés UMP à se déclarer ouvertement favorable au mariage des couples homosexuels. Sur Linternaute.com, il se dira aussi favorable à l'évolution de la loi sur la PMA, en vue d'autoriser la procréation médicalement assistée pour toutes les femmes (voir la vidéo ci-dessus).

Franck Riester favorable à la PMA pour toutes

En décalage total avec Les Républicains sur cette question, Franck Riester vante alors, en 2013, "la démarche qu'a eu Valéry Giscard-d'Estaing sur l'IVG". Estimant que sur les questions sociétales, et en particulier sur l'homoparentalité, "les lignes bougent beaucoup" et que "la société est différente de ce qu'elle était il y a 10, 20 ou 30 ans", il regrettera que dans sa famille politique, "il n'y a pas encore suffisamment cette prise en compte de cette France réelle".

Le 14 janvier 2013, Franck Riester est élu Président de la Communauté des Communes du Pays de Coulommiers. Il est reconduit dans ses fonctions le 14 avril 2014. Quelques semaines auparavant, le 23 mars il est réélu maire de Coulommiers dès le premier tour avec 66,98% des voix. Pendant la campagne de la présidentielle de 2017, il fait partie de ces élus de droite qu'on dit "Macron-compatibles". Proche de Jean-François Copé à l'origine, il soutient d'abord Alain Juppé lors de la primaire de la droite, puis finira par quitter Les Républicains après la débâcle de François Fillon. Franck Riester sera finalement réélu député lors des élections législatives de 2017, et adhérera au groupe des "Républicains constructifs, UDI et indépendants", dont il devient l'un des co-présidents.

Ministre de la Culture, une nomination politique

Le nombre de postulants, impétrants et pressentis au ministère de la Culture était conséquent avant le remaniement ministériel. Franck Riester est sans doute celui qui semble le plus éloigné du monde de la Culture. Il n'est pas président d'une grande institution, n'a pas de réseaux dans le monde du cinéma ou de la peinture... Franck Riester est un politique pur et dur. Certes, il est un fin connaisseur des dossiers relatifs à Internet et à l'audiovisuel public, mais sa nomination est avant tout politique. Emmanuel Macron a semble-t-il accepté de faire entrer au gouvernement un proche de son Premier ministre, alors que le remaniement ministériel est perçu comme un élargissement de la macronie dans l'exécutif. Franck Riester connaît bien les rouages de l'Assemblée, il en aura besoin pour la réforme de l'audiovisuel que le président appelle de ses voeux. Faire entrer le président d'Agir est aussi un moyen d'absorber le mouvement et d'étendre la macronie aux centristes, alors que les élections municipales se profilent.