Aïd el-Kébir : pourquoi la fête du sacrifice indigne tant Brigitte Bardot ?

Aïd el-Kébir : pourquoi la fête du sacrifice indigne tant Brigitte Bardot ? AïD EL KEBIR – C'est le jour-J pour les musulmans du monde entier qui célèbrent ce mardi 21 août l'un des jours les plus importants de l'Islam, l'Aïd el Kébir. A cette occasion, un animal est sacrifié pour servir de repas de fête.

[Mis à jour le 21 août 2018 à 14h09] L'actrice française Brigitte Bardot fait part de sa colère concernant la mise à mort des ovins à l'occasion de la grande fête de l'Aïd el Kebir, un événement placé pour les les croyants sous le signe du partage et de la fraternité. C'est autour d'un grand repas que les musulmans du monde célèbrent aujourd'hui la fête de l'Aïd el-Kebir dont la pièce maîtresse est un animal sacrifié (généralement un mouton ou une chèvre). La militante de la cause animale s'est fendue d'un communiqué, rédigé et mis en ligne hier, pour exprimer son désarroi et sa colère, parlant d'une "atroce fête". "Partout en France, une dérogation inacceptable autorise cette sanglante et primitive offrande", écrit-elle, parlant même d'"extermination". Brigitte Bardot rajoute que l'Aïd el Kebir est pour elle "un jour de deuil, de peine, de révolte et de larmes".

La fondation Brigitte Bardot est intervenue ce matin dans un abattoir non agréé situé dans les Bouches-du-Rhône, avec les forces de police. "Déjà 400 moutons placés sous la protection de la fondation", se félicite l'association sur Twitter.

Pour le délégué général du CFCM (Conseil Français du Culte Musulman) Abdallah Zekri, "le sacrifice de l'Aïd est une fête de partage". Invité de France Info ce mardi 21 août, Abdallah Zakri a rappelé également que des abattoirs temporaires ont est mis en place en France afin de procéder au sacrifice des ovins dans de bonnes conditions d'hygiène. La Grande Mosquée de Paris a posté un message sur son compte officiel, expliquant que cette année, la prière solennelle de l'Aïd a connu une grande affluence.

En France, plus de 100 000 moutons sont abattus à l'occasion de l'Aïd el-Kebir. Mais attention, l'abattage se fait selon des règles très strictes. Le ministère de l'Agriculture encadre chaque année la mise à mort des animaux. Brigitte Bardot a raison sur un point : durant l'Aïd el Kébir, l'abattage rituel "constitue une dérogation aux pratiques classiques de l'abattage, qui imposent un étourdissement préalable des animaux avant leur saignée". Les autorités publiques justifient cette dérogation dans le but de "garantir le libre exercice des pratiques religieuses", mais précisent bien que doit être assuré "le respect des dispositions réglementaires relatives à la protection animale, l'hygiène alimentaire et la protection de l'environnement". Le ministère de l'Agriculture, malgré la dérogation, insiste sur une mesure : "Les animaux doivent être immobilisés avant leur saignée par des matériels de contention conformes, les bovins, les ovins et les caprins devant être immobilisés par un procédé mécanique" (voir ici les consignes précises pour la saignée, destinées à faire respecter "le bien-être animal").

L'abattage de l'Aïd el Kébir, un rituel encadré par la loi

Selon le guide pratique émis pour l'occasion par le ministère de l'Agriculture, l'abattage des animaux doit être effectué dans des abattoirs agrées par l'Etat. Tout abattage d'animaux en dehors de ces abattoirs est "interdit" et "constitue un délit". Par ailleurs, au vu de la demande toujours croissante, des abattoirs "temporaires" ont été créés et mis à disposition pendant la durée de la fête. Ainsi, d'après les informations du ministère, c'est "environ soixante abattoirs de ce type qui sont agrées pour la fête de l'Aïd el-Kebir". Il faut en outre savoir que pour être abattu, l'animal doit répondre à des conditions "liées à l'âge et à l'intégrité physique". L'animal choisi doit ainsi avoir "plus de deux ans pour les bovins et moins de six mois pour les ovins".

Chaque année, c'est environ 180 abattoirs qui sont mobilisés sur l'ensemble du territoire national. Des abattoirs qui subissent des contrôles permanents par les services d'inspection vétérinaires afin de vérifier que toutes les normes imposées (respect de l'animal et intérêt du consommateur) sont respectées. Voici un bref résumé de la réglementation encadrant l'Aïd el-Adha : les détenteurs d'animaux doivent être déclarés, les animaux doivent être identifiés pour permettre la traçabilité de la chaîne alimentaire (ex : un mouton doit posséder deux boucles : une électronique dans l'oreille gauche, et une conventionnelle dans l'oreille droite), il est obligatoire de posséder une autorisation pour transporter des animaux vivants, il faut justifier les conditions d'hébergement des animaux. Enfin, une hygiène irréprochable doit être respectée dans les abattoirs. En France, une liste des abattoirs temporaires agréés pour la durée de la fête de l'Aïd el-Kébir a été publiée au Journal officiel le 11 août dernier. À noter par ailleurs que l'animal sacrifié n'est pas nécessairement un mouton. Il peut s'agir d'une vache ou encore d'une chèvre, voire même d'un dromadaire. Tout dépend de la préférence des croyants, de leur richesse, et de la disponibilité du bétail. Le mouton correspond généralement à un foyer (mari, femme et enfant(s)) quand la vache et le dromadaire s'assimilent pour les fidèles à sept foyers.

Quelles sont les traditions de l'Aïd el-Adha ? 

L'Aïd el-Kebir symbolise un véritable moment de partage et de fraternité entre les croyants, l'occasion de mettre de côté tous les conflits familiaux. Et comme pour l'Aïd el-Fitr, la tradition de l'Aïd el-Adha veut que les musulmans portent leur plus beaux habits en ce jour spécial. L'Aïd el-Kebir, qui a lieu le dernier mois du calendrier musulman, constitue la plus importantes des fêtes islamiques. Toujours selon la tradition, il est fortement recommandé de multiplier les aumônes et les cadeaux le jour de l'Aïd. Par ailleurs, il serait également bénéfique pour les croyants de jeûner le jour précédant l'Aïd el-Kebir, à savoir le jour "d'Arafat" (9e jour du mois de dhou al-hijja) car, selon la tradition prophétique, les péchés commis entre l'année écoulée et ceux de l'année à venir seraient expiés. En effet, c'est lors du jour d'Arafat, que le dernier verset du Coran aurait été révélé depuis le mont Arafat, dans la province de la Mecque en Arabie Saoudite.

Le premier rituel à accomplir le jour de l'Aïd el-Adha est la prière. En effet, les musulmans sont appelés à prier dès le matin lors de la prière solennelle organisée dans les mosquées pour l'occasion. Chaque fidèle est ensuite invité à se rendre dans les abattoirs agréés pour procéder au sacrifice de l'animal selon le rite. Et concernant l'organisation de ce jour spécial, les rituels diffèrent selon les pays. En Jordanie par exemple, l'Aïd el-Kebir est célébré par la préparation de pâtisseries spéciales, alors qu'au Koweït, la fête s'étale sur une semaine. Une semaine où toute les sucreries sont bannies. Au Pakistan, les festivités de l'Aïd el-Adha durent un mois entier et au cours duquel les croyants jeûnent les 10 premiers jours.

La "fête du sacrifice" comme on l'appelle, est synonyme de partage. Dans de nombreux pays musulmans, l'animal sacrifié est partagé en "trois tiers" : un tiers est consommé par son propriétaire, un autre tiers est offert en cadeau à de la famille ou des amis, et le dernier tiers est quant à lui distribué aux pauvres en guise d'aumône. En ce jour de célébration, il serait fortement recommandé de multiplier les cadeaux et les aumônes. 

Les fêtes de l'Aïd el-Kebir et l'Aïd el-Fitr ont en commun la même prière, et seul le moment où elles ont lieu les différencie. En effet, la prière de l'Aïd el-Adha est célébrée plus tôt que celle de l'Aïd el-Fitr. Par ailleurs la formule de vœux "Aïd Moubarak" reste la même pour ces deux fêtes du calendrier musulman.

Date Aïd el-Kébir (Aïd el-Adha) 2018

En France, la date de l'Aïd el-Kébir 2018 doit correspondre au mardi 21 août 2018 prochain, selon sa programmation par le calendrier astronomique (pour la "précédente édition", c'était le vendredi 1er septembre, à quelques jours à peine de la rentrée scolaire). Une date indiquée par la Grande mosquée de Paris bien avant sa survenue, en se basant sur le calcul astronomique. Et qui ne satisfait pas tous les musulmans pratiquants de l'Hexagone. Certains lui reprochent en effet de mettre en retrait la traditionnelle observation du croissant de lune lors de la nuit du doute / de l'annonce. 

C'est sur son compte Twitter que la Mosquée de Paris a tenu à souhaiter une bonne fête de l'Aïd à tous les musulmans de France "A l'occasion de la fête solennelle Aid al-Adha, la Mosquée de Paris présente ses meilleurs vœux à tous les musulmans en cette heureuse journée, de remercier Allah pour ses bienfaits et sa miséricorde pour nous et la nation française toute entière", peut-on lire sur  Twitter. Rappelons que c'est la Mosquée de Paris qui a annoncé dans un communiqué que la fête de l'Aïd el-Kebir sera célébrée ce mardi 21 août en France. La prière solennelle de l'Aïd el-Adha aura lieu à 9 heures précises à la Grande Mosquée de Paris.

La date de l'Aïd el-Kébir peut varier d'un pays à l'autre comme lors du ramadan, mais également d'un pratiquant à l'autre. En cause : la géographie, la politique adoptée, les référents en place, mais aussi la manière dont elle est instaurée. Fête la plus importante de l'islam, si l'Aïd el-Kébir voit sa date évoluer dans notre calendrier grégorien, elle survient chaque année le 10 du mois de dhou al-hijja, soit le dernier mois du calendrier musulman, qui est un calendrier lunaire. Lundi 21 août 2017, par exemple, "29 du mois de dhou al qi'da", la Cour suprême de l'Arabie saoudite a annoncé que le croissant lunaire déterminant le début du nouveau mois lunaire de dhou al-hijja n'avait pas été vu dans le ciel. Par conséquent, les 30 jours du mois dhou al qi'da ont été complétés ; le 1er du mois de dhou al-hijja a eu lieu le mercredi 23 septembre et l'Aïd el-Adha (ou Aïd el-Kébir) a donc été célébrée, toujours selon les observations de l'Arabie saoudite, ce fameux vendredi 1er septembre.

La période de célébration de l'Aïd el-Kébir débute le 10 du mois de dhou al-hijja, le dernier du calendrier musulman. La fête dure quatre jours et le sacrifice doit avoir lieu avant le coucher du soleil du treizième jour du mois. Une incertitude demeure chaque année sur la date de début de l'Aïd, liée à l'observation de la lune. En effet, les mois du calendrier musulman correspondent aux phases de notre satellite, chaque nouveau mois démarrant avec l'observation visuelle d'un croissant de lune à la tombée de la nuit.

De ce fait, la date de l’Aïd el-Kébir, comme celle du début ou de la fin du ramadan, "recule" de onze jours environ chaque année dans le calendrier civil. Pour les tenants de la méthode dite "traditionnelle", qui considèrent que le début du mois ne peut être fixé qu'après la "nuit du doute", la date de l'Aïd el-Kébir ne peut être précisément établie que quelques jours à l’avance. Mais certains musulmans considèrent qu'un calendrier pourrait être établi plus en avance, au moyen de l'astrologie.

Aïd el-Kébir ou Aïd al-Adha ?

Le nom le plus connu est Aïd el-Kébir ("la grande fête" en arabe). L’expression est principalement utilisée au Maghreb. Cependant, de nombreux pays, notamment au Moyen-Orient, utilisent plus volontiers le nom Aïd al-Adha ("fête du sacrifice"). En Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, c’est le terme Tabaski qui est retenu. Il convient de distinguer l’Aïd el-Kebir de l’Aïd el-Fitr ("petite fête"), qui marque la rupture du jeûne du ramadan par un repas partagé.

La signification de l'Aïd el-Kébir

Dans la tradition musulmane, l’Aïd el-Kébir commémore la soumission d’Ibrahim à son Dieu (Abraham dans la Bible), qui doit servir de modèle à tous les croyants. Selon le Coran, ce prophète - qui correspond à Abraham dans la Bible – a reçu dans ses rêves l’ordre divin de sacrifier son fils, Ismaël. Celui-ci, élevé dans la foi, accepte d’être immolé par son père. Le Diable s’interpose et essaie de convaincre les protagonistes de ne pas pratiquer le sacrifice, mais Ibrahim jette sept cailloux sur Satan. Le père se saisit d’un couteau et le pose sur la gorge d’Ismaël. Mais il ne parvient pas à l’enfoncer. Lorsqu’il parvient enfin à couper le cou, il constate que l’ange Jibril (Gabriel) a disposé un mouton à la place de son fils et que celui-ci se tient debout, indemne, à côté de lui.

Pour les musulmans, la foi d’Ibrahim, mise à l’épreuve par Dieu, a été récompensée par la survie de son fils. L’Aïd el-Kébir demeure une fête célébrant la foi et la miséricorde. Cet épisode du Coran correspond à un récit de la Bible : celui du sacrifice par Abraham de son fils Isaac. Celui-ci est interrompu par l’arrivée d’un ange qui lui annonce que Dieu est satisfait de sa foi. Un bélier est sacrifié à la place du jeune homme.

L'Aïd, endeuillée il y a trois ans par une bousculade ayant fait plus de 2000 morts à La Mecque, est l'une des célébrations les plus importantes de l'islam, avec le ramadan. Sa date est donc l'objet de toutes les attentions chaque année... Dans l'Islam, l'Aïd clôture pour des millions de croyants le Hajj, la période des pèlerinages qui a commencé deux jours plus tôt. Chaque année, les musulmans se rendent sur les lieux saints de leur religion à La Mecque, en Arabie Saoudite. Marqueur de la date de fin du Hajj, il s'agit de l'un des cinq piliers de l'Islam. L’Aïd el-Kébir célèbre l'achèvement de ces pèlerinages et est un moment fort de la vie spirituelle et sociale.

Aïd el-Kébir et abattoirs

Mouton, vache, chèvre... Comment pratiquer leur sacrifice dans des conditions dignes et hygiénique quand les moyens viennent à manquer pour le faire, sur fond, notamment, de pénurie des abattoirs agréés ? C'est le casse-tête auquel sont encore confrontés de nombreux musulmans pour l'Aïd el-Kébir. Le cas du nord de la France est criant. Si quatre abattoirs agréés sont bien présents sur le territoire régional, il n'y en a pas un seul dans la métropole lilloise. Une répartition problématique que connaissent d'autres départements, comme le Gard. Or l'abattage hors-structure officielle est 100% interdit dans l'Hexagone, et passible de 15 000 euros d'amende et six mois d'emprisonnement. La liste des abattoirs publiée par le Journal officiel est à retrouver ici.

ZOOM - L'abattage d'un animal, une obligation ?

L’Aïd el-Kébir est considéré par les musulmans comme une célébration de leur foi. De nombreuses traditions accompagnent cette période qui s’étale sur trois jours. Les musulmans partagent prières et repas. La plus célèbre tradition de l’Aïd el-Kébir est le sacrifice d’un animal en souvenir de celui d’Ibrahim. Il s’agit en général d’un mouton, d’une chèvre ou d’un veau. Les animaux doivent être âgés d’au moins un à deux ans. La tradition commande au chef de famille de tuer l’animal en le vidant de son sang, sans l’assommer et en utilisant un couteau bien aiguisé : les souffrances de l'animal doivent être minimisées.

Le sacrifice d'un mouton est le rituel majeur de l'Aïd el-Kébir  © jjspring - Fotolia

De nombreuses familles font le choix de sacrifier un mouton dans un abattoir spécialisé ou de commander la viande d’une bête tuée selon le rite. Il est ensuite d’usage de partager la viande en trois parties égales. La première revient à la famille, la seconde aux voisins, amis, collègues et connaissances, la troisième aux pauvres et aux indigents. Les plus pauvres ne sont pas tenus de pratiquer ce sacrifice.

La question de la substitution de ce rite continue de diviser les musulmans. Pour certains responsables musulmans, le sacrifice de l'animal est une recommandation - devenue par la force des habitudes familiales et culturelles, un rite qui semble obligatoire - mais qui peut très bien être remplacé par un don fait aux nécessiteux, si celui-ci correspond à son équivalent financier. D'aucuns considèrent que le message de l'islam en la matière est de nourrir les pauvres du monde.

Aïd el-Kébir en France

Des musulmans du monde entier célèbrent l'aïd el-Kébir mais comment se déroule-t-il en France ? Les pratiquants sont conviés dans les mosquées au matin pour venir prier. Cette phase de prières solennelles doit commencer tôt, à 8h30 ou 9h. Ensuite, les fidèles se rendront à l'abattoir afin de procéder à l'égorgement rituel du mouton. Nouveauté de 2016 : les fonds rassemblés à l'occasion de la fête de l'Aïd el-Kébir peuvent être réutilisés dans l'aide aux migrants. Une initiative du CFCM (Conseil français du culte musulman).

Aïd el-Kébir et Hajj

L’Aïd el-Kébir marque la fin d’une autre tradition essentielle pour les croyants : celle du pèlerinage aux lieux saints de La Mecque, ou Hajj. Ce rituel a lieu entre le 8 et le 13 du mois de dhou al-hijja du calendrier islamique. Le Hajj constitue l’un des cinq piliers de l’Islam, avec la profession de foi, les prières quotidiennes, l’aumône et le ramadan.

Le pèlerinage à La Mecque attire chaque année des millions de fidèles © Jasmin Merdan - Fotolia

Certains rituels effectués lors des pèlerinages à La Mecque rappellent l’épisode du sacrifice d’Ibrahim. Ainsi, il est d’usage de se rendre à Mina – lieu situé près de la ville sacrée et lieu supposé où ce prophète emmena son fils - afin de jeter des pierres sur des piliers. Cet acte symbolise la foi et le rejet de la tentation du diable, à l’image d’Ibrahim dans le Coran.

Aïd el-Kébir 2019

A titre indicatif, voici les dates les plus probables de début de l’Aïd el-Kébir des prochaines années jusqu’en 2020, selon les calculs de l’Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides de l’Observatoire de Paris :

Dates probables du début de l'Aïd el-Kébir
Année civile Année du calendrier musulman Date de début de l'Aïd el-Kébir
2019 1440 12 août 2019
2020 1441 31 juillet 2020

Article le plus lu - Aïd el-Kébir : les larmes de Brigitte Bardot › Voir les actualités

Annonces Google