Chanson douce : l'effroyable histoire vraie derrière le film et le livre En salles ce mercredi 27 novembre, Chanson douce est l'adaptation du livre de Leïla Slimani récompensé au Goncourt en 2016. Le scénario s'inspire d'un sordide fait divers.

[Mis à jour le 27 novembre 2019 à 10h41] Chanson douce ne risque pas de rassurer les jeunes parents. En salles ce mercredi 27 novembre, ce film dramatique réalisé par Lucie Borleteau est l'adaptation directe du roman de Leïla Slimani. Publié en 2016, cet ouvrage glaçant avait obtenu quelques mois plus tard le prix Goncourt. Surtout, le scénario de ce drame angoissant s'attaque à un sujet tabou dans notre société : l'infanticide. Pour écrire son roman, Leïla Slimani s'était inspirée d'une terrible histoire vraie qui s'est déroulé en 2012 aux Etats-Unis pour décrypter les rapports de classes et le rapport complexe qu'entretient une mère avec la nounou de ses enfants.

L'effroyable fait divers qui a inspiré Chanson douce a défrayé la chronique il y a huit ans : il s'agit de l'affaire Yoselyn Ortega, aussi surnommée par les médias américains comme "la nanny tueuse". Cette dernière a en effet été condamnée pour l'assassinat de deux enfants qu'elle gardait, Lucia, 6 ans, et de Leo, âgé de 2 ans. Les parents des deux enfants, Kevin Krim et Marina Krim, avaient sollicité ses services en 2010 afin d'aider Marina, alors enceinte de son troisième enfant Leo (ils ont une autre petite fille, Nessie, qui est toujours vivante). Selon les journaux de l'époque, les débuts de la "nounou" se déroulent sans encombres, jusqu'à ce que sa vie personnelle bascule : nourrice est virée de l'appartement qu'elle partage avec sa sœur et se retrouve à vivre dans le Bronx avec son fils.

D'après des témoignages rapportés dans les médias au moment de l'affaire, l'état mental de Yoselyn Ortega se désagrège, et la nourrice fait face dans le même temps à d'importantes difficultés financières. A tel point que selon les forces de l'ordre, la "nanny" aurait développé de la rancœur envers le couple qui l'emploie, qui vit dans le très luxueux quartier de l'Upper West Side à New-York. Le 25 octobre 2012, Marina Krim découvre dans son appartement Leo et Lucia dans la baignoire, tués après avoir reçus de nombreux coups de couteau. Yoselyn Ortega a fait une tentative de suicide, mais survit. Les motivations de la nourrice restent aujourd'hui encore floues. Elle a été condamnée en 2018 à la prison à perpétuité par le tribunal de New-York, sans possibilité de libération conditionnelle.

En savoir plus

Synopsis - Paul et Myriam ont deux enfants en bas âge. Ils engagent Louise, une nounou expérimentée, pour que Myriam puisse reprendre le travail. Louise se montre dévouée, consciencieuse, volontaire, au point que sa présence occupe une place centrale dans la famille. Mais très vite les réactions de Louise deviennent inquiétantes.

Que disent les critiques sur Chanson douce ?

Globalement, les critiques restent convaincus de la qualité du film Chanson douce, bien que les louanges ne soient pas unanimes. "Lucie Borleteau adapte avec un gant de velours le Goncourt de Leila Slimani", note le Figaro, qui souligne la performance d'actrice de Karin Viard. Pour Télé Loisirs, c'est une véritable réussite, puisque "la réalisatrice signe un thriller psychologique glaçant". Le Parisien se laisse également séduire par cette "chronique d'un drame annoncé" jugée "terriblement fascinante". Toutefois, Chanson Douce n'a pas fait l'unanimité et a laissé certains critiques de marbre. La Voix du Nord est déçu par cette adaptation du roman : "malgré l'engagement de Karin Viard, le film peine à émouvoir, horrifier ou édifier" déplore le média régional. Un avis partagé par Le Monde, qui regrette une "simplification simplification qui a pour effet d'appauvrir le récit, de nous tenir à l'écart de sa compréhension et d'affaiblir sa tension dramatique. Au point de nous laisser indifférents à l'histoire qu'il nous raconte, et insensible à son dénouement pourtant tragique et sanglant".

Chanson douce - sortie cinéma le 27 novembre 2019

Photos