Destitution de Donald Trump : ce qui se joue lors du procès

Destitution de Donald Trump : ce qui se joue lors du procès TRUMP - C'est à partir de ce mardi que les débats seront lancés et que le procès en destitution au Sénat de Donald Trump va réellement commencer.

Drôle de procès que celui en destitution de Donald Trump, véritable morceau d'histoire des Etats-Unis, mais dont l'issue est quasi connue à l'avance. Le 45e président américain est donc jugé par le Sénat - suite la procédure initiée par la Chambre des représentants - et est devenu officiellement depuis jeudi le troisième président américain à connaître pareil sort. Lors de ce procès, dont la durée n'est pas encore connue, c'est avant tout deux partis qui s'affrontent, républicains contre démocrates, tout cela à l'aube d'une année présidentielle outre-Atlantique. Un contexte qui n'a bien sûr pas échappé aux avocats du milliardaire new-yorkais, Jay Sekulow et Pat Cipollone, qui ont dénoncé conjointement "une dangereuse attaque contre le droit des Américains à choisir librement leur président".

Depuis décembre, les démocrates jugent officiellement Donald Trump coupable d'"abus de pouvoir" et "obstruction", trois mois après les révélations d'un lanceur d'alerte sur un coup de fil entre le milliardaire new-yorkais et son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky, à qui Trump aurait demandé une enquête sur son potentiel adversaire en 2020, Joe Biden, en échange d'une invitation à la Maison Blanche et d'une aide militaire contre des séparatistes prorusses.

"L'abus de pouvoir n'est pas un motif constitutionnel d'impeachment"

Des accusations à nouveau balayées par la défense de Donald Trump. "L'acte d'accusation est constitutionnellement irrecevable" et "ne comporte aucun crime ou violation de la loi", ont-il martelé, rejoints par le constitutionnaliste Alan Dershowitz, recruté par les équipes du chef d'Etat. "L'abus de pouvoir n'est pas un motif constitutionnel d'impeachment", a-t-il expliqué sur la chaîne ABC, jugeant donc que même si un tel deal avait été conclu entre Trump et Zelensky, cela ne constituait quoi qu'il arrive pas un crime et donc pas un motif de destitution. "C'est tellement vague que la moitié des présidents américains, d'Adams à Jefferson, de Lincoln à Roosevelt, ont été accusés par leurs ennemis politiques d'abuser de leur pouvoir", a ajouté Dershowitz, cité en France par l'AFP.

Les démocrates, eux, plaident pour l'intervention de témoins dans ce procès, comme le chef de cabinet de la Maison Blanche Mick Mulvaney et l'ex-conseiller à la sécurité nationale John Bolton. Adam Schiff, élu de l'opposition, a parlé d'"un simulacre de procès" si aucun témoin ni document n'intervenaient pendant les audiences, ce qui n'est pas vraiment l'ambition des républicains, plus enclins à en finir le plus vite possible avec cet épisode. Le chef des républicains au Sénat Mitch McConnell a dit vouloir un procès de deux semaines maximum, afin que, selon le sénateur conservateur Lindsey Graham, ce soit "le peuple des Etats-Unis [qui] choisisse le prochain président, pas un tribunal d'impeachment".

Les républicains ont bien évidemment en tête le discours sur l'état de l'Union de Donald Trump, traditionnel prise de parole du président américain en début d'année lors de laquelle il expose ses projets pour l'année à venir. Le discours de janvier 2020, qui doit être prononcé le 4 février, soit dans deux semaines, revêt bien entendu un caractère singulier en cette année de présidentielle. Ce mardi, à partir de 13 heures, c'est une première journée de formalités qui s'annonce au Sénat, puisqu'il sera simplement question du vote des règles qui doivent encadrer le procès de Donald Trump, qui n'a, du fait de la majorité républicaine, presque aucune chance d'être destitué.

La troisième procédure de destitution

Au Etats-Unis, L'article 2 de la Constitution des États-Unis, dispose dans sa section 4 : "Le président, le vice-président et tous les fonctionnaires civils des États-Unis seront destitués de leurs charges sur mise en accusation et condamnation pour trahison, corruption ou autres crimes et délits majeurs". C'est alors au Sénat, qui se transforme pour l'occasion en tribunal, de juger si les dirigeants mis en cause dans la procédure d'impeachment sont ou non coupables. Donald Trump est le troisième président américain à y faire face après Andrew Johnson et Bill Clinton (Richard Nixon, lui, avait préféré démissionner en 1974 en plein Watergate). L'actuel président américain est accusé d'avoir fait pression sur le président ukrainien pour qu'il lui transmette des informations compromettantes sur le fils de Joe Biden, son principal concurrent démocrate pour 2020 (voir plus bas). On fait le point en quatre questions sur le procès.

La procédure de destitution a-t-elle une chance d'aboutir ?

En réalité, il très peu probable que Donald Trump ne termine pas son mandat à la Maison-Blanche. Les mises en accusation ont donc été approuvées par une majorité à la Chambre des représentants. Mais c'est dans cette affaire au Sénat qu'il revient de trancher, en se prononçant sur les accusations qui visent le chef de l'Etat in fine. Donald Trump ne serait destitué que si les deux tiers des sénateurs se prononcent pour son "impeachement". Or, les Républicains sont majoritaires dans cette chambre. Si les 47 sénateurs démocrates se prononcent pour la destitution, il leur faudra convaincre 20 élus conservateurs de faire de même. Sauf nouvelles énormes révélations compromettantes pour Donald Trump, les républicains ne voteront pas pour démettre le président de leur camp de ses fonctions, à quelques mois des présidentielles...

Quelles sont les accusations portées contre Donald Trump ?

L'aile gauche du parti démocrate a finalement su convaincre Nancy Pelosi de lancer la procédure de destitution, parce que les accusations peuvent se présenter très clairement à l'opinion publique : Donald Trump est tout simplement soupçonné d'avoir recherché l'aide d'un gouvernement étranger pour écarter un rival aux élections présidentielles. "L'idée qu'un président en exercice utilise l'aide militaire des États-Unis pour faire pression et extorquer au président d'un autre pays des informations calomnieuses sur un adversaire politique est insupportable" avait appuyé la députée démocrate du Michigan, Elissa Slotkin, lors de l'enclenchement de la procédure, le 24 septembre 2019. Les élus de la Chambre des représentants , ont retenu deux chefs d'accusation contre le milliardaire républicain : "abus de pouvoir" et "entrave à la bonne marche du Congrès".

Le fils de Joe Biden, Hunter Biden, a été accusé de corruption lorsqu'il était membre du conseil d'administration d'une société gazière ukrainienne. Son père avait poussé à la démission d'un procureur ukrainien qui enquêtait sur le dossier, lorsqu'il était vice-président des Etats-Unis. Le départ de ce procureur, célèbre pour des faits de corruption et polémiques, est présenté par des défenseurs de Donald Trump comme une manière pour Joe Biden de couvrir son fils.

Biographie courte de Donald Trump 

Donald Trump est un magnat américain de renom. Il naît dans une famille aisée, d'un père d'ascendance allemande et d'une mère originaire d'Ecosse. A l'âge de 13 ans, il est enrôlé dans l'académie militaire de New York afin de canaliser son énergie débordante. Il sort de l'université de Pennsylvanie en 1968 avec un diplôme de sciences économiques et intègre la prospère entreprise de construction de son père.

En 1971, Donald Trump reprend le flambeau et transforme le nom de la compagnie en "Trump Organization". C'est le début d'une ascension hors du commun dans le domaine de la promotion immobilière. Trump possède à son actif la construction de centaines de tours, notamment le Trump World Tower, l'immeuble d'habitation le plus grand au monde. Avec la réussite vient la fortune, et Donald Trump est aujourd'hui l'un des hommes les plus riches des Etats-Unis. Il est également impliqué dans l'univers du show-business et participe depuis 1993 à l'émission de téléréalité "L'apprenti", dans laquelle les participants entrent en compétition pour obtenir un emploi dans la Trump Organization.

Donald Trump épouse Ivana Trump (une ancienne championne de ski originaire de Tchécoslovaquie) en 1977, puis convole en secondes noces avec Marla Maples. Il est aujourd'hui marié à Melania Knauss. De ses trois mariages sont nés cinq enfants. Républicain de conviction, Donald Trump ne cache pas ses ambitions politiques. Il remporte la course à la présidentielle des Etats-Unis en novembre 2016. Donald Trump devient ainsi le 45ème président américain.

Contemporain