Ecole et Covid : masques, recrutements... le point sur les nouvelles annonces

"Ecole et Covid : masques, recrutements... le point sur les nouvelles annonces"

Ecole et Covid : masques, recrutements... le point sur les nouvelles annonces ECOLE ET COVID. Le ministre de l'Education a annoncé plusieurs mesures à l'issue de la journée de grève enseignante massive du 13 janvier. Evaluations de mi-CP, recrutement de renforts, distribution de masques FFP2... Linternaute.com fait le point pour vous.

[Mis à jour le 14 janvier 2022 à 9h30] A l'issue de la journée de grève enseignante massive du 13 janvier au sein de l'Education nationale (38,5% de grévistes d'après le ministère ; 75% selon le premier syndicat du primaire) a eu lieu une réunion entre syndicats, Premier ministre et ministre de la Santé. Et c'est au terme de quatre heures d'échange que Jean-Michel Blanquer a fait de nouvelles annonces concernant la lutte contre le Covid à l'école. Recrutement de remplaçants et de personnel en renfort, masques FFP2, évaluations de mi-CP... Voici le récapitulatif des principales nouvelles mesures officialisées :  

  • Des recrutements supplémentaires : plus de 8 000 renforts dans l'Education nationale ont été annoncés "pour les prochains jours et les prochaines semaines" afin de faire face à la crise sanitaire, a rappelé Jean-Michel Blanquer le 14 janvier. Ils doivent officier, pour le moment, jusqu'à la fin de l'année scolaire. Dans le premier degré, 3 300 enseignants contractuels supplémentaires vont être réquisitionnés jusqu'à la fin de l'année scolaire, a-t-il annoncé. Dans le premier degré, il sera également fait appel aux listes complémentaires (ceux qui ont réussi le concours de professeurs sans être recrutés) à raison de "plusieurs centaines de personnes". Dans le second degré, le recrutement de 1500 assistants d'éducation (surveillants) est également prévu jusqu'à la fin de l'année. Dans les circonscriptions du second degré, ce sont aussi 1500 vacataires administratifs de plus qui doivent venir en appui des inspecteurs de l'Education nationale, eux-même en soutien des directeurs d'établissements scolaires dans la gestion du coronavirus. Environ 1500 médiateurs de lutte anti Covid supplémentaires ont aussi été mentionnés par le ministre de l'Education, invité de franceinfo le 14 janvier. 
  • Une distribution de masques FFP2 : la mesure n'était "pas forcément souhaitable" selon le Haut Conseil de la santé publique, a tenu à souligner le ministre de l'Education sur franceinfo le 14 janvier, notamment parce qu'il est plus difficile d'enseigner avec ce type de masques. 5 millions de masques FFP2 doivent toutefois être distribués, en priorité aux enseignants en écoles maternelles (les petits écoliers n'y portent pas de masques), aux AESH (accompagnants d'élèves en situation de handicap) et aux professeurs auprès d'enfants en situation de handicap. La distribution doit commencer "la semaine du 17 janvier et être effective à la "fin du mois", détaillait Jean-Michel Blanquer le 14 janvier sur franceinfo. Deux masques chirurgicaux par jour doivent également être fournis aux enseignants en général. 
  • Les évaluations de mi-CP reportées : les évaluations de milieu d'année en CP devaient démarrer la semaine 17 janvier. Elles sont finalement reportées "à un délai qui reste à définir avec les syndicats". 
  • Le report des épreuves du bac, étudié : le ministère de l'Education va étudier la possibilité d'un report des épreuves d'enseignement de spécialité du bac, qui ont normalement lieu au mois de mars. C'est l'éventualité de les reporter en juin qui doit être étudiée, en concertation avec les "organisations représentatives" et le "conseil de la vie lycéenne". 
Et ce qui ne change pas ?

Le protocole des trois autotests en cinq jours pour les élèves, lui, ne change pas, "en tous les cas à court terme", "vu les caractéristiques du variant", a explicité Jean-Michel Blanquer sur franceinfo le 14 janvier. Les parents vont chercher les autotests à la pharmacie avec un bon fourni par l'école, dès lors que leur enfant est cas contact. Jean-Michel Blanquer a également rappelé que les autotests salivaires ne sont pas homologués. 

Concernant les purificateurs d'air, alias capteurs de CO2 à installer dans les classes, le ministre a pointé une "règle constitutionnelle" en évoquant que la distribution des masques était faite par l'Etat car il est l'employeur, mais que celle des capteurs de CO2 est "de la compétence des collectivités territoriales". Le fond de 20 millions d'euros remis précédemment par l'Etat "n'est pas encore consommé pleinement", a mis en avant Jean-Michel Blanquer. "Notre but, c'est en tout cas la généralisation des capteurs, et l'Etat est en soutien des collectivités pour cela", a affirmé le ministre de l'Education. 

Quel est le niveau de circulation du Covid à l'école en France ? Voici les taux d'incidence (nombre de cas pour 100 000) mesurés sur la dernière semaine glissante par niveau scolaire. Les chiffres ci-dessous sont établis par Santé publique France et extraits du site Data.gouv. Si le dépistage automatique désormais en vigueur à l'école augmente évidemment l'ampleur des chiffres, ces derniers établissent toutefois que le virus circule largement dans les écoles, au moins autant qu'en population générale :

Garder les écoles ouvertes reste le credo du gouvernement

L'école est aujourd'hui au cœur de la gestion de la crise sanitaire. Le gouvernement se tient à un principe auquel il ne veut pas déroger : il faut tout faire pour ne pas fermer les établissements scolaires, malgré la circulation très active de l'épidémie de coronavirus. Et l'exécutif a pris la mesure du mécontentement des parents, face à un protocole sanitaire exigeant. Quelles sont les nouvelles règles d'isolement à l'oeuvre dans les écoles (elles ont été modifiées plusieurs fois depuis la rentrée de janvier) ? Quelle est la circulation du Covid à l'école en France ? Où en sont les fermetures de classe ? Et le protocole sanitaire à l'école au global ? Linternaute.com vous récapitule les réponses dans cette page spéciale.   

Combien de classes sont-elles fermées en France pour Covid ?  

La question a largement été débattue durant les fêtes. Elle se pose désormais. Comment l'école va-t-elle pouvoir faire face à l'épidémie de coronavirus qui la touche ? Le ministère de l'Éducation nationale a dévoilé, le 6 janvier, les chiffres qui intéressent les établissements scolaires et les élèves. Depuis la rentrée scolaire, quatre jours avant cette communication du gouvernement, 25 000 élèves ont été testés positifs, ainsi que 4 000 enseignants ou personnels de l'Education nationale, selon les chiffres du ministère. D'après les données communiquées, ce sont 75 000 enfants qui étaient placés à l'isolement le 6 janvier, ainsi que 3 000 adultes. Voilà qui donne le tournis, d'autant que le gouvernement entend tout faire pour maintenir les écoles ouvertes, et conserver les cours pour tous les enfants en présentiel. Le ministère de l'Education nationale a également fait savoir qu'au 6 janvier, 10 800 classes étaient fermées, sur les 530 000 que compte le territoire. Le gouvernement avait pourtant modifié les règles début janvier concernant les fermetures d'établissements. Auparavant, une classe était fermée dès que trois cas de Covid étaient identifiés ; à la rentrée de janvier, le principe général est devenu que les classes ne ferment pas et que les enfants soient testés dès lors qu'un cas de Covid est identifié dans la classe. Mais force est de constater que les classes ferment... Les fermetures interviennent en réalité "en fonction de la situation". "En présence par exemple d'un très grand nombre de cas", ont précisé les services du ministère. A noter que le protocole sanitaire de fermeture des classes a de nouveau été modifié depuis, comme officialisé par le ministère de l'Education le 6 janvier au soir.   

Quelles sont les nouvelles règles d'isolement ?

Jean Castex a assoupli le protocole sanitaire à l'école deux fois depuis la rentrée de janvier. Il faut, depuis le 11 janvier, retenir les règles suivantes : 

  • Lorsque qu'un cas de contamination est identifié dans la classe, les enfants doivent tous se faire tester. Ils doivent effectuer trois autotests, à J-0, J+2 et J+4.
  • Les parents peuvent attendre la fin de la journée de cours pour récupérer leur enfant et effectuer le premier test.
  • Les parents doivent remettre à l'établissement scolaire une seule attestation sur l'honneur assurant que leur enfant n'est pas positif pour qu'il rentre en classe (ils n'ont pas à fournir d'attestation sur l'honneur pour les fois suivantes où leur enfant revient en classe).
  • Si un cas nouveau cas positif est identifié dans une classe dans un délai inférieur à 7 jours, les élèves cas contact n'ont plus à répéter le parcours des 3 tests en 4 jours. Détail important : ce cycle de dépistage ne se relancera que si le deuxième cas confirmé de la classe a été en contact avec les autres élèves après un délai de J+7 suivant l'identification du premier cas de la classe. 

A l'école, considérée par les scientifiques comme un haut lieu de la transmission du virus, les mesures habituelles du protocole sanitaire restent également de mise : conserver le masque, les distances, continuer à se laver les mains. Du côté des enseignants, les réunions parents-prof doivent désormais se tenir à distance, en ligne. La prise de café debout en salle des profs est également proscrite.

La marche à suivre si l'élève est cas contact au sein de la sphère familiale

Quelle est la marche à suivre si l'élève est cas contact d'un cas confirmé au sein de sa sphère familiale ? C'est alors une quarantaine de sept jours (à compter du jour de confirmation du cas Covid) qui doit être respectée. Un autotest doit être pratiqué à l'issue des sept jours, sauf si l'élève a moins de 12 ans ou possède un schéma vaccinal complet. Dans ce cas-là, l'élève réalise immédiatement un autotest, puis des autotests à J+2 et J+4, et poursuit les apprentissages en présentiel si les résultats sont négatifs. 

En savoir plus

Quels sont les protocoles sanitaires anti-Covid à l'école ? 

Le 6 décembre dernier, afin de renforcer la lutte contre le Covid-19 en France, le protocole sanitaire de l'école maternelle au CM2 est passé du niveau 2 au niveau 3. Toujours à l'échelle nationale, les collèges et les lycées sont eux restés en niveau 2. Principales nouveautés pour lutter contre le Covid à l'école primaire, depuis le 9 décembre : les élèves et le personnel des écoles primaires doivent porter le masque non seulement en intérieur, mais aussi en extérieur. Quant aux classes, elles ne ferment plus si un ou plusieurs cas de Covid sont constatés : l'enseignement en présentiel continue, avec la pratique de nombreux tests de dépistage sur les élèves cas contact. Il faut également de nouveau limiter les brassages par niveau et par classe pendant la restauration. Pour les activités sportives, seules celles de basse intensité, compatibles avec le port du masque et les règles de distanciation, sont autorisées en intérieur.

LIRE AUSSI | Consultez notre page spéciale sur le protocole sanitaire anti-Covid à l'école

Coronavirus