Anne Gravoin : 8 ans de paillettes, de couacs et de polémiques

ANNE GRAVOIN - Anne Gravoin et Manuel Valls sont séparés. L'épilogue de 8 années pendant lesquelles le couple a attiré sur lui la lumière, mais aussi les polémiques...

[Mis à jour le 20 avril 2018 à 15h32] Mariés depuis 2010, Anne Gravoin et Manuel Valls ont donc décidé de se séparer. C'est l'ancien Premier ministre qui l'a annoncé à Paris Match ce mercredi, anticipant la parution de photos de lui et de sa nouvelle compagne, la députée LREM Olivia Grégoire, dans la presse people. Anne Gravoin et Manuel Valls ont gravi ensemble les échelons du pouvoir, jusqu'au sommet, à Matignon, puis ont raté la dernière marche, celle de l'Elysée, au printemps dernier. Anne Gravoin sera l'un des personnages centraux de toute cette ascension, mais aussi de la chute de son mari, qui s'est littéralement écrasé contre la vague Benoît Hamon à gauche et surtout contre le mur Emmanuel Macron. Jusqu'à la fin, Anne Gravoin sera présente. Mais cette fois, alors qu'une nouvelle page s'ouvre pour Manuel Valls, avec, dit-on, la mairie de Barcelone en ligne, la musicienne a décidé de jouer une autre partition. Usée, peut-être, par plus de 8 ans d'une vie politique et sentimentale très mouvementée.

Anne Gravoin, relookeuse et intermédiaire people

Longtemps, Anne Gravoin sera considérée non seulement comme la femme, mais aussi comme une partenaire essentielle à la carrière de son mari. Musicienne française de 52 ans (soit 3 ans de moins que Manuel Valls), Anne Gravoin s'est d'abord fait connaître dans le monde du showbusiness en accompagnant au violon de nombreux artistes de variété française comme Laurent Voulzy, Marc Lavoine ou Emmanuel Moire. Sur scène, elle a joué pour Obispo, Johnny ou Aznazour, ce qui lui a donné ses entrées chez les stars. Et avant même qu'ils se mettent en couple, elle n'est pas une inconnue pour Manuel Valls. Ces deux là ont se sont connus sur les bancs de la fac, avant de faire leur vie chacun de leur côté et de se retrouver 22 ans plus tard.

Quand il reprend contact avec Anne Gravoin, "un peu par hasard", Manuel Valls vient de se séparer de sa première femme (Nathalie Soulié, professeure des écoles, avec laquelle il a eu 4 enfants). Député-maire d'Evry, il est déjà pétri d'ambition. Après avoir roulé un temps pour Ségolène Royal, il veut incarner le réformisme de la gauche, avec une ligne sécuritaire et libérale qui fait grincer des dents au PS. Un Parti "socialiste" dont il veut d'ailleurs changer le nom... Au départ, Anne Gravoin facilite les rencontres de Manuel Valls avec les artistes. Mais à partir de 2010, année de leur mariage, elle passe à la vitesse supérieure. On raconte qu'Anne Gravoin aurait pris le "look" de son mari en main. Le couple n'hésite pas à s’asseoir sur le canapé rouge de Michel Drucker dans Vivement dimanche, pour parler de son "coup de foudre". People parmi les people, la musicienne aurait aussi  mis à profit son don pour le réseautage. Elle se lie d'amitié avec une certaine Valérie Trierweiler lors de la primaire socialiste de 2011. Une amitié qui aidera le duo Hollande-Valls à se former, pour remporter la présidentielle d'abord, puis pour prendre la tête de l'exécutif.

Ne surtout pas montrer son ambition

Lors de l'entrée de Manuel Valls au gouvernement en mai 2012, place Beauvau, de nombreux articles de presse soulignent ainsi l'importance d'Anne Gravoin dans l'ascension politique du nouveau ministre de l'Intérieur. Mais de son côté, l'intéressée se garde bien d'afficher une quelconque appétence pour la politique, ni même la moindre ambition pour son mari. En 2012, quand elle s'exprimait encore régulièrement dans la presse, la seconde épouse de Manuel Valls préférait revendiquer sa liberté et ne "sautait pas de joie" lorsqu'il s'agissait d'accompagner son époux aux cérémonies. "Serrer des mains à des gens qui me poussent pour approcher mon mari, ce serait ça mon quotidien ?! Moi je ne vis pas par procuration. Chacun a une vie, un cœur, un cerveau. Je suis indépendante. Je n'ai même jamais demandé un centime à mon mari", s'emporte-t-elle à l'époque dans Le Parisien.

Autre signe de cette volonté de fer de rester à l'écart de la politique : Anne Gravoin a choisi de garder son nom après son mariage avec Manuel Valls. "J'ai profité d'une loi qui venait de passer en 2010 pour garder mon nom ; je ne suis donc pas Mme Valls, mais Manuel est mon grand amour", expliquait-elle à Paris Match, toujours en 2012. On fait aussi savoir à l'époque qu'il n'est pas question pour Anne Gravoin d'habiter au ministère de l'Intérieur. Elle préfère s'installer dans le quartier de la Bastille, à Paris, dans un bel appartement avec terrasse. Beaucoup moins austère, beaucoup plus glamour...

Une série de couacs pour Anne Gravoin dès 2012

"Mme Valls", c'est pourtant bien l'étiquette qui sera accolée à Anne Gravoin dès le début du quinquennat, parfois avec la complicité manifeste de l'intéressée, de moins en moins discrète. Dès l'entrée de Manuel Valls au gouvernement, le couple s'affiche à la une des magazines people. Des clichés de balades romantiques dans Paris, ou d'un ministre admirateur transi lors des concerts de la violoniste commencent à circuler. A l'été 2013, une photo fait son petit effet : un baiser de Manuel Valls et de sa belle s'affiche en une de Paris Match. Mais l'amour ne fait pas tout...

Cette médiatisation, calculée ou subie, ne se fera pas sans quelques accrocs. A partir de 2012, Anne Gravoin s'est plusieurs fois illustrée en enchaînant les gaffes. Premier fait d'armes : une sortie peu amène sur Brigitte Ayrault, la femme du Premier ministre au début du quinquennat. "Une musicienne c'est un peu plus glamour que Mme Ayrault, prof d'allemand dans la banlieue de Nantes !", lâchera Anne Gravoin, en présence de journalistes. En l'occurrence, c'est Jean-Marc Ayrault qui est professeur d'allemand, mais qu'importe : déjà, l'envie d'en découdre pointe dans les propos d'Anne Gravoin et le premier couac du gouvernement est lancé. Une longue liste suivra. Pour cette fois, Matignon recadrera l'impétueuse épouse de Manuel Valls, mais Anne Gravoin, de son côté, va continuer à faire parler d'elle.

Le sanctuaire d'Anne Gravoin à Bastille

Dès la rentrée 2012, c'est une autre polémique qui fait la Une : le Canard Enchaîné rapporte qu'Anne Gravoin aurait fait expulser des Roms de la rue proche de la Bastille où elle vit, par le biais du ministère de l'Intérieur, dirigé alors par son mari. Un "nettoyage" qui va faire scandale. Tout comme quand l'Express va rapporter qu'Anne Gravoin fera pression sur Manuel Valls pour éviter la fermeture d'une boîte de nuit appartenant au beau-père de Johnny Hallyday, André Boudou, au Cap d'Agde. Cette boîte, aujourd'hui citée en marge du conflit sur l'héritage du rockeur, avait été le théâtre d'une violente bagarre quelques semaines plus tôt...

A Beauvau, les démentis suivront les révélations. C'est aussi le cas ce jour d'octobre 2013, quand le journal espagnol ABC publie une fausse interview de la violoniste. "Aujourd'hui, de nombreuses femmes veulent coucher avec Manuel Valls, mon grand amour", s'écriait Anne Gravoin dans le pseudo entretien. Elle était interrogée sur un sondage de l'Ifop pour Elle, qui disait que 20 % des Françaises rêvaient d'une aventure avec le ministre de l'Intérieur... Si l'interview n'a jamais eu lieu, ces confidences un brin présomptueuses seraient pourtant avérées, Anne Gravoin indiquant elle-même qu'il s'agissait d'une compilation de propos tenus "plusieurs mois" auparavant. Parmi les autres déclarations reproduites dans ABC, on trouvait aussi ce rêve qu'Anne Gravoin partagerait avec son mari : "installer un jour leur lit conjugal à l'Élysée". Un "rêve" qui fera encore jaser pendant des jours...

Mais avant l'Elysée, peut-être un jour, c'est bien à Matignon que le couple va poursuivre son ascension. Le lundi 31 mars 2014, après des municipales catastrophiques, Jean-Marc Ayrault est limogé. Manuel Valls est nommé Premier ministre lors du remaniement ministériel. Le couple franchit alors un pas supplémentaire dans la "pipolisation". Pour preuve : Paris Match consacre de nouveau sa une au couple Valls-Gravoin, enlacé, fixant l'objectif de concert. Sur ce magazine, ce titre : "Manuel Valls relève le défi de Matignon" ; et cette accroche : "Anne sera à ses côtés pour cette mission d'urgence".

Anne Gravoin dans le collimateur des rumeurs

Evidemment, Anne Gravoin ne va pas tarder à subir la rumeur. Un an après l'arrivée de Manuel Valls à Matignon, la popularité du Premier ministre s'effrite, les critiques et les dossiers sensibles s'accumulent. Et ce dernier se sent obligé de répondre à des bruits propagés sur son compte. Dans le "Supplément" de Canal+, le 5 avril 2015, puis quelques jours plus tard, dans "Conversations secrètes" face à Michel Denisot sur la même chaîne, le chef du gouvernement appelle à ne "jamais croire" les "rumeurs". L'ancien maire d'Evry, annonce qu'il refuse de "vivre avec ça", qu'il va "résister" à des calomnies pouvant être "destructrices", " faire mal", "déstabiliser", "blesser l'entourage"... Flou sur le motif de ce discours très inhabituel, Manuel Valls va lancer bien des spéculations.

On exhumera finalement un article du Midi Libre, relayé par Closer, dans lequel la propriétaire d'un hôtel de charme situé dans le Gard indiquait que Manuel Valls, Najat Vallaud-Belkacem et Emmanuel Macron avaient passé la nuit tous les trois dans son établissement, lors de la campagne pour les élections départementales. Une relation de Manuel Valls avec Najat Vallaud-Belkacem est lourdement suggérée sur les réseaux sociaux. Une crise de couple du Premier ministre avec Anne Gravoin également. On rappelle aussi que la violoniste a déjà avoué avoir traversé des séparations avec son bouillonnant époux, mais toujours, jusqu'à présent, la passion avait fini par triompher.

Anne Gravoin, critiquée pour ses fréquentations

Avant ces rumeurs totalement infondées, Anne Gravoin avait déjà été la cible d'une autre attaque, tout aussi odieuse et inattendue. En février 2015, l'ancien ministre de François Mitterrand et ancien président du Conseil Constitutionnel Roland Dumas s'était épanché au micro de Jean-Jacques Bourdin sur une prétendue "influence juive" de Manuel Valls. L'avocat sulfureux laissait entendre alors que le Premier ministre était "marié avec quelqu'un.... quelqu'un de très bien du reste, qui a de l'influence sur lui". Le délire complotiste de Roland Dumas ira bien plus loin encore, prenant appui sur l'histoire de Manuel Valls, de son père ou encore sur le conflit israélo-palestinien.

Une femme, juive, mariée au Premier ministre. Il n'en fallait donc pas beaucoup plus pour réveiller les pires réflexes antisémites. Anne Gravoin n'a jamais mis en avant - sans non plus les cacher - ses origines et l'itinéraire de son père, médecin et violoniste juif, qui a fui l'URSS de Staline. Dès 2013, le magazine "Elle" décrivait d'ailleurs son mariage, trois ans plus tôt, comme un "joyeux mélange d'hommes qui portaient la kippa, venus de Manhattan ou de Londres, et d'imams de l'Essonne".

L'Alma Chamber Orchestra d'Anne Gravoin dans le collimateur

Ce n'est pas nouveau : vivre avec un homme politique de premier plan ne sera jamais un long fleuve tranquille. Mais pour Anne Gravoin, le sort semble s'être acharné comme rarement, jusqu'au bout. En janvier 2016, le quinquennat de François Hollande a déjà des airs de fin de règne. Manuel Valls affiche désormais clairement son ambition pour la présidentielle alors que sa popularité est au plus bas. Et une nouvelle polémique éclate sur son épouse. Premier violon et codirectrice artistique de l'Alma Chamber Orchestra, Anne Gravoin est alors violemment prise à parti dans Le Figaro par le chroniqueur Christian Merlin. Ce dernier s'est rendu à un concert à la Philharmonie de Paris et décrit une "réunion de mercenaires", jouant un "programme tout ce qu'il y a de conventionnel", fait de "sonorité froide et lisse, sans densité ni grain sonore"... Les mots sont durs. A propos d'Anne Gravoin spécifiquement, le critique musical la dit "imbattable dans l'art de réunir des musiciens pour les spectacles des stars de variétés" et estime qu'elle a participé au "retour en force des orchestres de cachetonneurs".

L'Alma Chamber Orchestra fera aussi l'objet d'une enquête de L'Obs la même année, qui le suspectait d'être "au cœur des réseaux de la Françafrique"... Autour de ce "drôle d'orchestre de Madame Valls" selon les mots de l'hebdomadaire, gravitaient "un marchand d'armes proche du président congolais Denis Sassou-Nguesso ; un vieux routier de la Françafrique décoré [...] des insignes d'officier de la Légion d'honneur par Manuel Valls en personne ; un raider boursier reconverti dans la vente de tenues militaires, plusieurs fois épinglé par la justice et l'Autorité des Marchés financiers". Une fois encore, Anne Gravoin est au coeur d'une polémique. Une fois encore, son lien avec Manuel Valls fait désordre.

Le coup de grâce à l'été 2017 ?

Tous ces coups et tout ce chahut ont-ils eu raison de la relation qu'Anne Gravoin entretenait avec Manuel Valls ? Un dernier coup dur aura en tout cas certainement compliqué la vie amoureuse du couple : démissionnaire le 5 décembre 2016 de Matignon, Manuel Valls sera candidat à la primaire de la gauche en vue de la présidentielle 2017. Un véritable chemin de croix. Enfariné sous les yeux de sa compagne à Strasbourg, sifflé ici et là par des militants de gauche, moqué lors des débats de cette primaire, Manuel Valls paiera au prix fort la politique menée depuis 2014 en étant sévèrement battu par Benoît Hamon.

Et il ira très loin, peut-être trop loin lors de cette campagne. Fustigeant l'idée de "revenu universel" de son adversaire, se montrant ambigu sur les accusations de complaisance de Benoît Hamon vis-à-vis de l'islamisme radical, Manuel Valls refusera de soutenir le vainqueur lors de l'élection. Une violation des règles de la primaire qui finiront de ternir son image dans l'opinion. Avec la suite qu'on connait : un départ du Parti socialiste et un chemin douloureux vers la macronie, qui sera loin, très loin, de l'accueillir à bras ouverts. La fin tragique du rêve présidentiel pour Manuel Valls, donc, et peu être aussi la fin du rêve d'un couple pour le pouvoir.

Article le plus lu : Coupe du monde 2018 : actu et résultats : voir les actualités

Annonces Google