Donald Trump : une destitution encore possible ?

Donald Trump : une destitution encore possible ? TRUMP. A une semaine de l'investiture de son successeur, Donald Trump fait face à un désaveu sans précédent de la part d'élus républicains, qui se sont prononcés en faveur d'une destitution. Mais est-elle encore possible ?

[Mis à jour le 13 janvier 2021 à 12h46] Alors qu'il ne lui reste qu'une semaine en tant que président américain, Donald Trump pourrait trouver le temps long à la Maison-Blanche. Le milliardaire new-yorkais, déjà privé de Twitter car banni après les événements du Capitole, fait face à une procédure de destitution intentée par le camp démocrate, qui juge qu'il représente une "menace imminente" contre la démocratie et la Constitution des Etats-Unis. Mais contrairement à la première procédure d'"impeachment", déjà à l'encontre de Donald Trump en décembre 2019, cette fois certains élus républicains se sont publiquement prononcés en faveur d'une telle sentence, motivée par la possibilité que cela offre de le priver juridiquement d'une candidature en 2024.

Ces cinq élus ont expliqué leur volonté de voir Trump tomber pour "incitation à l'insurrection". Autrement dit, ils l'estiment responsable des violences du mercredi 6 janvier à Washington. Mais concrètement, qu'est-ce que cela change ? Il s'agit déjà d'un lourd désaveu politique, après quatre années au cours desquelles le Grand Old Party a paru, au moins en façade, soudé derrière son président. Ces défections, dans l'optique d'un procès au Sénat - encore à majorité républicaine -, ouvrent la voie à la possibilité que les deux tiers de la Chambre, nécessaire à la destitution du chef de l'Etat, se range derrière les démocrates.

Une destitution après le départ de Donald Trump ?

Pour cela, il faudrait non pas cinq, mais dix-sept sénateurs républicains alliés à leurs habituels rivaux. Reste la problématique majeure du temps. L'investiture de Joe Biden est toute proche et cela pourrait bien être fatale aux ambitions démocrates. Une autre possibilité serait alors d'acter la destitution de Donald Trump après son départ de la Maison-Blanche.

Mitch McConnell, le puissant chef des républicains au Sénat et selon des médias américains pas opposé à l'inéligibilité de Trump, s'est prononcé en faveur de cette option, qui relèverait, comme le note 20 Minutes, de la "zone de flou constitutionnel" puisqu'aucun texte ne la mentionne. En attendant, la Chambre des représentants vote ce mercredi la motion d'impeachment. Un vote, s'il est favorable, qui n'exige qu'une majorité simple pour décider ou non d'un procès au Sénat. La majorité républicaine, effective jusqu'au 20 janvier, pourrait une nouvelle fois sauver Donald Trump, mais après cela, l'avenir pourrait s'assombrir pour le 45e président des Etats-Unis, qui a toujours la possibilité de démissionner. C'est en tout cas, aussi, la volonté de certains élus de son parti.

Résultat des élections Etat par Etat

Si vous ne voyez pas l'infographie, cliquez ici

Nombre de grands électeurs pour Trump et Biden

 
Si vous ne voyez pas l'infographie, cliquez ici

Que prévoyaient les sondages sur Donald Trump ? 

Selon les sondages compilés par Linternaute.com en amont de ces élections américaines, Donald Trump était crédité, à l'échelle nationale, d'autour de 43% d'intentions de vote contre autour de 52% pour l'ancien vice président des États-Unis Joe Biden. Au delà de ce simple chiffre "brut", c'est l'écart entre les deux candidats qui est à noter : il s'est nettement accru en faveur du démocrate dans les dernières semaines.

 

Attention, aux Etats-Unis, l'élection du président se joue Etat par Etat, ce qui limite la portée des sondages nationaux. Pour comprendre l'évolution des intentions de vote, notamment dans les Etats clés, consultez notre article consacré aux résultats des sondages des élections américaines 2020, avec toute la méthodologie appliquée sur notre compilation de sondages.

Les pronostics des sondages de l'élection américaine

 

Quel est le programme de Donald Trump ?

Si en 2016 Donald Trump avait exprimé des propositions fortes comme la construction d'un mur à la frontière mexicaine (édifice qui est encore très loin d'être terminé), ou la suppression de l'Obamacare, pour cette élection américaine de 2020, le candidat républicain a simplement distillé quelques souhaits, de manière disparate, sans présenter un véritable programme. Lors d'une interview pour Fox News fin août, le président avait été interrogé sur ses prochains engagements, était resté très évasif en indiquant qu'il "renforcerait ce qu'il a déjà fait et qu'il ferait de nouvelles choses". Son slogan, "Keep America great" que l'on peut traduire par "Que la grandeur de l'Amérique perdure" témoigne de la volonté de Donald Trump d'inscrire "la continuité" au coeur de son programme 2020. En meeting, le milliardaire multipliait les grandes intentions floues, sans annonces précises. Quelques promesses ressortaient tout de même, formulées à l'envi, souvent sans argumentation ou détails de financement. En voici une liste non exhaustive :

  • Mettre en circulation un vaccin d'ici la fin de l'année 2020.
  • Reconstituer des stocks et se préparer pour de futures épidémies.
  • Créer 10 millions d'emplois en 10 mois.
  • Réduire les taxes.
  • Adopter des accords commerciaux qui protègent les emplois américains.
  • Lutte contre l'immigration illégale.
  • "Arrêter les guerres sans fin".
  • Ramener les troupes américaines sur le sol américain.

Biographie courte de Donald Trump 

Donald Trump est un magnat américain de renom. Il naît dans une famille aisée, d'un père d'ascendance allemande et d'une mère originaire d'Ecosse. A l'âge de 13 ans, il est enrôlé dans l'académie militaire de New York afin de canaliser son énergie débordante. Il sort de l'université de Pennsylvanie en 1968 avec un diplôme de sciences économiques et intègre la prospère entreprise de construction de son père.

En 1971, Donald Trump reprend le flambeau et transforme le nom de la compagnie en "Trump Organization". C'est le début d'une ascension hors du commun dans le domaine de la promotion immobilière. Trump possède à son actif la construction de centaines de tours, notamment le Trump World Tower, l'immeuble d'habitation le plus grand au monde. Avec la réussite vient la fortune, et Donald Trump est aujourd'hui l'un des hommes les plus riches des États-Unis. Il est également impliqué dans l'univers du show-business et participe depuis 1993 à l'émission de téléréalité "L'apprenti", dans laquelle les participants entrent en compétition pour obtenir un emploi dans la Trump Organization.Donald Trump épouse Ivana Trump (une ancienne championne de ski originaire de Tchécoslovaquie) en 1977, puis convole en secondes noces avec Marla Maples. Il est aujourd'hui marié à Melania Knauss. De ses trois mariages sont nés cinq enfants. Républicain de conviction, Donald Trump ne cache pas ses ambitions politiques. Il remporte la course à la présidentielle des États-Unis en novembre 2016. Donald Trump devient ainsi le 45ème président américain.

Elections américaines