Joe Biden : biographie, programme, discours... Ce qu'il faut savoir sur le président américain élu

Chargement de votre vidéo
"Joe Biden : biographie, programme, discours... Ce qu'il faut savoir sur le président américain élu"

Joe Biden : biographie, programme, discours... Ce qu'il faut savoir sur le président américain élu BIDEN. Joe Biden, élu 46e président des Etats-Unis à l'issue d'élections américaines mouvementées, se prépare déjà à mettre en place un programme ambitieux...

Joe Biden a été élu 46e président des Etats-Unis à l'issue de l'élection américaine du 3 novembre 2020. Donald Trump n'a toujours pas reconnu sa défaite : il entend organiser des rassemblements de partisans pour contester publiquement l'élection de son rival démocrate, il a par ailleurs lancé des procédures pour contester le comptage des voix par correspondance.

Joe Biden a néanmoins prononcé son premier discours de président élu le 7 novembre, dans lequel il a notamment précisé : "je serai honorée de servir aux côtés d'une fantastique vice-présidente - Kamala Harris - qui entrera dans l'histoire en tant que première femme, première femme noire, première femme d'origine sud-asiatique et première fille d'immigrants jamais élue à une fonction nationale dans ce pays". Le démocrate a appelé les Américains à ne plus traiter leurs "opposants comme des ennemis". Il est "temps de panser les plaies" du pays et d'en finir avec les "diabolisations", a-t-il lancé (voir le discours en vidéo | lire le discours traduit en intégralité). Il s'est surtout mis au travail. Joe Biden a déjà mis en place une cellule de crise pour élaborer un vaste plan national de lutte contre le coronavirus aux Etats-Unis. Sur le plan international, il a par ailleurs indiqué qu'il allait faire revenir les Etats-Unis dans l'accord de Paris sur le climat et reprendre des relations normalisées avec l'Otan.

Quel est le programme de Joe Biden ?

Lors de la campagne pour l'élection américaine, chaotique, Joe Biden a changé de ton, s'en prenant d'une part avec une virulence croissante au fil des semaines à Donald Trump, et fait des annonces que lui-même qualifiait de trop radicales il y a quelques mois. Avec des propositions plus à gauche et un plan de relance que son ancien rival Bernie Sanders observe d'un bon oeil. Il s'est aussi fixé comme priorité la lutte contre le coronavirus aux Etats-Unis. Voici les points principaux du programme de Joe Biden.

  • Investissement massif pour endiguer le Covid-19 - Joe Biden souhaite mettre en place un corps de santé de 100 000 employés consacré à la lutte contre le virus, constituer des stocks de vaccins et lancer d'immenses dispositifs de dépistages sur tout le pays.
  • Hausse des impôts des plus fortunés -  Le candidat à la Maison Blanche entend augmenter les impôts - alors que Donald Trump les a considérablement baissés - en ciblant les plus aisés du pays, pour récupérer au total près de 4 000 milliards de dollars sur 10 ans. Selon les calculs de l'American Enterprise Institute, les 1% les plus riches paieraient les trois quarts de la facture.
  • Salaire minimum doublé - Joe Biden a fait sienne cette proposition du "socialiste" Bernie Sanders : faire passer le salaire minimum fédéral de 7,25 dollars de l'heure à 15 dollars. Du jamais vu dans l'histoire moderne des Etats-Unis.
  • Financement du système de santé et de retraite sur les revenus les plus élevés - La "Social Security américaine" est actuellement financée par une taxe de 12,4% répartie entre employés et employeurs, sur les revenus allant jusqu'à 137 700 dollars. Joe Biden entend supprimer ce plafond, ce qui implique que les Américains aux plus forts revenus seront ceux qui seront les plus mis à contribution.
  • Renforcement des aides sociales pour financer les études des jeunes résidant dans un foyer gagnant moins de 125 000 dollars par an.
  • Augmentation de la taxe sur le capital, pour la faire passer de 23,8% à 39% sur les revenus au-delà d'un million de dollars. Joe Biden, en revanche, ne propose pas de taxer les plus-values boursières et un impôt sur la fortune, au grand dam de l'aile gauche démocrate.
  • Augmenter de taux d'imposition sur les profits des entreprises, avec une disposition spéciale pour les profits réalisés à l'étranger, encore davantage ciblés (avec un taux doublé, pour le fixer à 21%).
  • Consacrer 2 000 milliards de dollars à la lutte contre le réchauffement climatique, sur l'ensemble de son mandat, avec deux mesures phares : atteindre la neutralité carbone dans la production d'électricité en 2035 et mettre en place un gigantesque plan de rénovation du parc immobilier.

Le discours de victoire de Joe Biden en intégralité

Nous avons passé le discours de Joe Biden, ce samedi 7 novembre 2020, à Wilmington, dans le Delaware, au traducteur. Voici l'intégralité de l'allocution du nouveau président américain élu (voir aussi le discours en vidéo ici).

"Mes chers compatriotes américains, le peuple de cette nation a parlé.
Il nous a offert une victoire claire. Une victoire convaincante.
Une victoire pour "Nous, le peuple".
Nous avons remporté la victoire avec le plus grand nombre de votes jamais exprimés pour un ticket présidentiel dans l'histoire de cette nation - 74 millions.
Je suis honoré de la confiance que vous m'avez accordée.
Je m'engage à être un président qui ne cherche pas à diviser, mais à unifier.
Qui ne voit pas d'États rouges et bleus, mais des États-Unis.
Et qui travaillera de tout son cœur pour gagner la confiance de tout le peuple.
Car c'est cela, l'Amérique : Le peuple.
Et c'est de cela qu'il s'agira pour notre administration.
J'ai sollicité cette fonction pour restaurer l'âme de l'Amérique.
Pour reconstruire l'épine dorsale de la nation - la classe moyenne.
Pour que l'Amérique soit à nouveau respectée dans le monde entier et pour nous unir ici chez nous.
C'est l'honneur de ma vie que tant de millions d'Américains aient voté pour cette vision.
Et maintenant, la tâche de concrétiser cette vision est la tâche de notre temps.
Comme je l'ai déjà dit à plusieurs reprises, je suis le mari de Jill.
Je ne serais pas ici sans l'amour et le soutien inlassable de Jill, Hunter, Ashley, de tous nos petits-enfants et de leurs conjoints, et de toute notre famille.
Ils sont mon cœur.
Jill est une mère - une mère de militaire - et une éducatrice.
Elle a consacré sa vie à l'éducation, mais l'enseignement n'est pas seulement ce qu'elle fait, c'est ce qu'elle est. Pour les éducateurs américains, c'est un grand jour : Vous allez avoir l'un des vôtres à la Maison Blanche, et Jill va devenir une grande Première Dame.
Et je serai honorée de servir aux côtés d'une fantastique vice-présidente - Kamala Harris - qui entrera dans l'histoire en tant que première femme, première femme noire, première femme d'origine sud-asiatique et première fille d'immigrants jamais élue à une fonction nationale dans ce pays.
Cela aurait dû être fait depuis longtemps, et cette soirée nous rappelle tous ceux qui se sont battus si dur pendant tant d'années pour que cela se produise. Mais une fois de plus, l'Amérique a plié l'arc de l'univers moral vers la justice.
Kamala, Doug - que cela vous plaise ou non - vous êtes de la famille. Vous êtes devenus des Bidens honoraires et il n'y a pas de débat.
À tous ceux qui se sont portés volontaires, qui ont travaillé dans les bureaux de vote au milieu de cette pandémie, aux responsables des élections locales - vous méritez un remerciement particulier de la part de cette nation.
À mon équipe de campagne, et à tous les bénévoles, à tous ceux qui ont donné tant d'eux-mêmes pour rendre ce moment possible, je vous dois tout.
Et à tous ceux qui nous ont soutenus : Je suis fier de la campagne que nous avons construite et menée. Je suis fier de la coalition que nous avons mise en place, la plus large et la plus diverse de l'histoire.
Démocrates, Républicains et Indépendants.
Progressifs, modérés et conservateurs.
Jeunes et vieux.
Urbains, banlieusards et ruraux.
Homosexuels, hétérosexuels et transsexuels.
Blancs. Latino. Asiatiques. Amérindien.
Et surtout dans les moments où cette campagne était au plus bas - la communauté afro-américaine s'est à nouveau levée pour moi. Ils me soutiennent toujours. Je vous soutiendrai.
J'ai dit dès le début que je voulais une campagne qui représente l'Amérique, et je pense que c'est ce que nous avons fait. Maintenant, c'est à cela que je veux que l'administration ressemble.
Et à ceux qui ont voté pour le président Trump, je comprends votre déception ce soir.
J'ai moi-même perdu quelques élections.
Mais maintenant, donnons-nous une chance.
Il est temps de mettre de côté la rhétorique dure.
De faire baisser la température.
De se revoir.
De s'écouter à nouveau.
Pour progresser, nous devons cesser de traiter nos adversaires comme nos ennemis.
Nous ne sommes pas des ennemis. Nous sommes des Américains.
La Bible nous dit qu’il y a une saison pour tout - un temps pour construire, un temps pour récolter, un temps pour semer. Et un temps pour guérir.
C'est le temps de guérir en Amérique.
Maintenant que la campagne est terminée, quelle est la volonté du peuple ? Quel est notre mandat ?
Je crois qu'il est le suivant : Les Américains nous ont demandé de mobiliser les forces de la décence et les forces de l'équité. De rassembler les forces de la science et les forces de l'espoir dans les grandes batailles de notre temps.
La bataille pour contrôler le virus.
La bataille pour construire la prospérité.
La bataille pour assurer les soins de santé de votre famille.
La bataille pour obtenir la justice raciale et éradiquer le racisme systémique dans ce pays.
La bataille pour sauver le climat.
La bataille pour restaurer la décence, défendre la démocratie et donner à chacun dans ce pays une chance équitable.
Notre travail commence par la maîtrise du COVID.
Nous ne pouvons pas réparer l'économie, restaurer notre vitalité ou savourer les moments les plus précieux de la vie - embrasser un petit-enfant, les anniversaires, les mariages, les remises de diplômes, tous les moments qui comptent le plus pour nous - tant que nous n'aurons pas maîtrisé ce virus.
Lundi, je nommerai un groupe de scientifiques et d'experts de premier plan comme conseillers de transition pour reprendre le plan Biden-Harris COVID et le convertir en un plan d'action qui débutera le 20 janvier 2021.
Ce plan s'appuiera sur des bases scientifiques. Il sera fondé sur la compassion, l'empathie et la préoccupation.
Je ne ménagerai aucun effort - ni aucun engagement - pour inverser la tendance de cette pandémie.
Je me suis présenté comme un fier démocrate. Je serai désormais un président américain. Je travaillerai aussi dur pour ceux qui n'ont pas voté pour moi - que pour ceux qui l'ont fait.
Que cette sinistre ère de diabolisation de l'Amérique commence à s'achever - ici et maintenant.
Le refus des démocrates et des républicains de coopérer entre eux n'est pas dû à une force mystérieuse qui échappe à notre contrôle.
Il s'agit d'une décision. C'est un choix que nous faisons.
Et si nous pouvons décider de ne pas coopérer, alors nous pouvons décider de coopérer. Et je crois que cela fait partie du mandat du peuple américain. Ils veulent que nous coopérions.
C'est le choix que je vais faire. Et j'invite le Congrès - les démocrates comme les républicains - à faire ce choix avec moi.
L'histoire américaine est celle d'un élargissement lent mais constant des possibilités.
Ne vous y trompez pas : Trop de rêves ont été reportés pendant trop longtemps.
Nous devons faire en sorte que la promesse du pays devienne une réalité pour tout le monde - quelle que soit sa race, son origine ethnique, sa foi, son identité ou son handicap.
L'Amérique a toujours été façonnée par des points d'inflexion - par des moments où nous avons pris des décisions difficiles sur qui nous sommes et ce que nous voulons être.
Lincoln en 1860 - venu pour sauver l'Union.
FDR en 1932 - promettant un New Deal à un pays assiégé.
JFK en 1960 - promettant une Nouvelle Frontière.
Et il y a douze ans, quand Barack Obama a écrit l'histoire et nous a dit : "Oui, nous le pouvons".
Nous nous trouvons à nouveau à un point d'inflexion.
Nous avons la possibilité de vaincre le désespoir et de construire une nation prospère et déterminée.
Nous pouvons le faire. Je sais que nous pouvons le faire.
J'ai longtemps parlé de la bataille pour l'âme de l'Amérique.
Nous devons restaurer l'âme de l'Amérique.
Notre nation est façonnée par la lutte constante entre nos meilleurs anges et nos pulsions les plus sombres.
Il est temps que nos meilleurs anges l'emportent.
Ce soir, le monde entier regarde l'Amérique. Je crois qu'à son meilleur niveau, l'Amérique est un phare pour le monde entier.
Et nous ne dirigeons pas par l'exemple de notre puissance, mais par la puissance de notre exemple.
J'ai toujours cru que nous pouvons définir l'Amérique en un mot : Possibilités.
Qu'en Amérique, chacun devrait avoir la possibilité d'aller aussi loin que ses rêves et que la capacité donnée par Dieu le lui permettra.
Vous voyez, je crois en la possibilité de ce pays.
Nous sommes toujours tournés vers l'avenir.
Vers une Amérique plus libre et plus juste.
Une Amérique qui crée des emplois avec dignité et respect.
Une Amérique qui guérit les maladies, comme le cancer et la maladie d'Alzheimer.
Une Amérique qui ne laisse jamais personne derrière.
Face à une Amérique qui n'abandonne jamais, qui ne cède jamais.
C'est une grande nation.
Et nous sommes un bon peuple.
Il s'agit des États-Unis d'Amérique.
Et il n'y a jamais rien eu que nous n'ayons pu faire quand nous l'avons fait ensemble.
Dans les derniers jours de la campagne, j'ai pensé à un hymne qui signifie beaucoup pour moi et pour ma famille, en particulier pour mon fils Beau, décédé. Il capture la foi qui me soutient et qui, je crois, soutient l'Amérique.
Et j'espère qu'il pourra apporter un peu de réconfort et de réconfort aux plus de 230 000 familles qui ont perdu un être cher à cause de ce terrible virus cette année. Je suis de tout cœur avec chacun d'entre vous. J'espère que cet hymne vous apportera aussi du réconfort.
« Et il vous élèvera sur les ailes de l'aigle,
Vous porter au souffle de l'aube,
Vous faire briller comme le soleil,
Et te tenir dans la paume de Sa main ». (passage de la bible – NDLR)
Et maintenant, ensemble - sur des ailes d'aigle - nous nous lançons dans l'œuvre que Dieu et l'histoire nous ont demandé d’accomplir.
Le cœur plein et les mains fermes, avec la foi en l'Amérique et les uns dans les autres, avec l'amour de la patrie - et une soif de justice - soyons la nation que nous savons pouvoir être.
Une nation unie.
Une nation renforcée.
Une nation guérie.
Les États-Unis d'Amérique.
Que Dieu vous bénisse.
Et que Dieu protège nos troupes."

Résultat des élections Etat par Etat en temps réel

 
Si vous ne voyez pas l'infographie, cliquez ici
 
Si vous ne voyez pas l'infographie, cliquez ici

Que prédisaient les sondages concernant Joe Biden ?

Le candidat démocrate était favori de l'élection présidentielle américaine 2020 et ce bien avant le scrutin. Les instituts de sondage américains donnaient un avantage certain à Joe Biden. Mais le résultat du scrutin s'annonçait tout de même incertain. Voir le détail dans notre papier consacré aux résultats des sondages de l'élection américaine.

 

Si vous ne voyez pas l'infographie, cliquez ici

Les Français, quant à eux, se sont montrés nettement plus favorables à l'élection de Joe Biden qu'à une réélection de Donald Trump. Selon le sondage YouGov pour Linternaute, réalisé avant le scrutin, ils étaeint même 52% à souhaiter que le démocrate remplace l'actuel président et seulement 10% à préférer une victoire du chef d'Etat sortant.

Qui est Joe Biden ? Biographie express

Joe Biden est né le 20 novembre 1942 à Scranton, en Pennsylvanie. Il a occupé pendant 36 ans ans le poste de sénateur du Delaware, de 1973 à 2009, avant d'entrée dans la lumière en devenant le vice-président de Barack Obama. Il restera à ce poste pendant les deux mandats du 44e président des Etats-Unis, jusqu'en 2017. De confession catholique et d'origine modeste, Joe Biden étudie l'histoire et les sciences politiques dans le Delaware, où sa famille s'est installée. Il poursuit ses études de droit à New York et devient juriste.

Agé aujourd'hui de 77 ans, il débute sa carrière en politique en 1970, lorsqu'il devient élu au conseil du comté de New Castle avant, deux ans plus tard, de devenir sénateur. Il décide de se présenter à la primaire démocrate de 2020 en vue de la présidentielle face, notamment, à Bernie Sanders. Ce dernier, issu de l'aile gauche du parti, débute fort et Joe Biden essuie plusieurs déconvenues, avant de rééquilibrer les débats grâce aux soutiens nombreux des candidats de l'aile centriste. La pandémie de coronavirus aura raison de la candidature de Bernie Sanders, qui abandonnera la course.

Le candidat à l'élection présidentielle de 2020 a connu plusieurs moments dramatiques dans sa vie privée. Après avoir rencontré sa femme Neilia Hunter très jeune, à l'université, le couple donnera naissance à trois enfants. En 1972, ces derniers et son épouse sont victimes d'un grave accident de la route, provoquant la mort de sa fille Naomi Christina, treize mois, et de Neilia Hunter, âgée de 30 ans. Le démocrate se retrouve avec ses deux fils, Beau, décédé en 2015 des suites d'un cancer au cerveau, et Hunter, qu'il éduque seul, jusqu'à son remariage avec Jill Tracy Jacobs en 1977 et avec qui il partage encore sa vie aujourd'hui. Le couple a donné naissance à une fille, Ashley, née en 1981.