Des idées proches du FN dans les années 1990

Des idées proches du FN dans les années 1990 © SIPA
Incompatibilité entre l'islam et nos lois, fermeture des frontières, suspension de l'immigration, exclusion des étrangers dans l'allocation de certaines prestations sociales... Ces propositions et leitmotivs ont été ceux du RPR, en 1990, lors d'états généraux sur l'immigration organisés à Villepinte. Le grand parti de la droite affirmait même haut et fort que "la France ne doit pas être considérée comme un simple espace géographique sur lequel plusieurs civilisations pourraient coexister". Et à cette époque, où la droite préférait parler de "clandestins" plutôt que que de "sans papiers", où elle jugeait que "l'importance numérique des enfants d'immigrés est trop forte dans certains secteurs géographiques", le secrétaire général du RPR s'appelait Alain Juppé (numéro 2 du parti).

"Je pense que c'était une erreur"

Aujourd'hui, les positions d'Alain Juppé en matière d'immigration et d'intégration des étrangers se sont recentrées. "Rétrospectivement, je pense que c'était une erreur", a-t-il concédé sur le plateau des Paroles et des Actes, en octobre 2014, interrogé sur ledit programme de 1990. Le maire de Bordeaux se démarque surtout de ses concurrents à droite sur le thème de "l'assimilation", préférant insister sur le fait que les immigrés et leur culture d'origine sont "source d'une diversité qui enrichit notre patrimoine".
Suggestions de contenus