Solstice d'hiver : découvrez les secrets de notre entrée dans l'hiver !

HIVER 2017 - 2018 - Que cache l'événement astronomique du solstice d'hiver 2017 ? Voici des réponses clés sur son fonctionnement et ses subtilités...

[Mis à jour le 22 décembre 2017 à 11h51] En une seconde, nous sommes entrés dans l'hiver 2017-2018 (astronomique, le météorologique débutant le 1er décembre) hier 21 décembre. C'était à 17h27 et 58 secondes heure de Paris, dans notre hémisphère Nord, au moment du solstice d'hiver 2017. En compagnie des équinoxes de printemps et d'automne et du solstice d'été, le solstice d'hiver représente une date VIP de notre calendrier astronomique.

Cette événement fait en effet partie de ceux qui rythment le tour de la Terre autour du Soleil. Avec le solstice d'hiver, "la Terre n'est pas plus éloignée du Soleil qu'en été, c'est même le contraire, mais c'est l'axe de rotation de la Terre qui penche "du mauvais côté" !", explique Alain Cirou, directeur de rédaction du magazine Ciel et Espace et directeur général de l'Association française d'astronomie, sur Europe 1. Résultat :  "C'est l'hiver, les ombres sont rasantes et la durée de la nuit est maximale."

Le passage à l'hiver (à ne pas confondre avec le passage à l'heure d'hiver, qui a lieu en automne) se produit donc à une seconde bien précise, déterminée par l'Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE). Un calcul que l'Observatoire de Paris tient à jour jusqu'en... 2 999 ! "Le solstice d'hiver correspond à l'instant où la longitude apparente géocentrique du Soleil est égale à 270°", précise l'IMCCE. Traduction : au moment du solstice d'hiver, la position de la Terre par rapport au Soleil va atteindre son inclinaison maximum, avec, encore une fois, un ensoleillement rasant du côté de l'hémisphère nord.

Le changement sans doute le plus concret amorcé par le solstice d'hiver, c'est l'heure à laquelle le soleil se couche : si mardi 19 décembre, il s'est par exemple couché à 16h55 à Paris après s'être levé à 8h40, l'astre se lèvera à 8h42 demain vendredi, lendemain du solstice d'hiver, pour se coucher à 16h56, nous faisant gagner une petite minute de lumière en fin de journée. Le jour du nouvel an, à l'heure de se souhaiter une bonne année, il se lèvera à 8h44 pour se coucher à 17h03. Nous aurons alors gagné près de 10 minutes de "jour" du soir. Vous l'aurez compris, le solstice d'hiver marque le point de départ des journées qui rallongent, jusqu'au solstice d'été du 20 juin.

Fait surprenant, le rallongement des jours a en fait commencé depuis le 13 décembre, jour de la Sainte-Lucie : à partir de ce jour-là, le soleil s'est mis à se coucher de plus en plus tard. Un dicton imagé existe d'ailleurs, qui dit "à la Sainte Luce, le jour croit du saut d'une puce". Il date du 14e siècle, quand l'on se référait encore au calendrier Julien instauré par Jules César... et dans lequel le solstice d'hiver avait lieu aux alentours du... 13 décembre ! Mais revenons-en à notre solstice d'hiver à nous : depuis le 13 décembre, le soleil a aussi rallongé ses grasses mat', se levant de plus en plus tard. Ce qu'il continuera à faire jusqu'au mardi 2 janvier, tout en se couchant par contre à chaque fois un peu plus tard au fil des jours. De quoi y gagner des jours plus longs pour de vrai, cette fois.

Cette  luminosité augmentée apporte de quoi faire la peau à la dépression saisonnière. Elle débute aussi lors de la plus longue nuit de l'année, qui est aussi celle accolée à... la Journée mondiale de l'orgasme, à quelques jours de Noël. Selon de nombreux experts, les fêtes païennes qui avaient lieu au moment où l'on célèbre Noël aujourd'hui honoraient alors le soleil. Pour marquer la naissance de Jésus-Christ, la religion chrétienne s'en est inspirée, avec le "succès" que l'on connaît.

Le solstice d'hiver, date clé chez les romains et les celtes

Avant le solstice d'hiver, le soleil est blafard et ne chauffe plus beaucoup, il se lève de plus en plus vers le sud-est et est très bas sur l'horizon à midi. Selon le site Futura Sciences, les Romains, mais aussi d'autres cultures, craignaient à cette période sombre de l'année que le Soleil meure et ne revienne jamais, laissant derrière lui ténèbres et désolation. C'est pourquoi le solstice de décembre, du latin solsticium qui veut dire littéralement "arrêt du Soleil" (statum, immobile) est un évènement majeur du calendrier.

Cette période marque en effet pour les cultures celtes, germaniques et romaines le renouveau, la renaissance, le retour de la lumière. En effet, après quelques jours d'immobilité, et le jour le plus court de l'année, le point de lever et de coucher du Soleil au-dessus de l'horizon se décale de nouveau vers le nord. Les jours grandissent et la lumière revient. Chez les Celtes, des tombeaux de souverains, comme à Newgrange (vers 3.200 avant J.-C.), en Irlande, étaient construits de telle manière que l'entrée et la chambre funéraire au cœur de l'édifice soient illuminées uniquement ces jours-ci, au lever du soleil.

Article le plus lu : Chaînes, punitions, hygiène... Le calvaire des enfants Turpin : voir les actualités

Noël / Astronomie

Annonces Google