L'aéroport de Toulouse-Blagnac

Le rachat chinois de l'aéroport a provoqué la fronde des actionnaires locaux. © PASCAL PAVANI / AFP
Dans la foulée de sa privatisation partielle, l'aéroport de Toulouse-Blagnac a été racheté en 2015 par un consortium chinois baptisé Symbiose (un consortium étant une association de sociétés constituée pour réaliser des opérations ensemble, pendant un temps donné). L'Etat français a alors cédé 49,99 % de la société d'exploitation de l'aéroport aux groupes chinois Shandong Hi-Speed Group et Friedmann Pacific Asset Management. Si le gouvernement avait hésité plusieurs semaines avant de trancher, l'opération lui a rapporté 308 millions d'euros. L'Etat conserve 10,01 % du sixième aéroport français. Un pourcentage à additionner aux 40 % restants, gardés par les collectivités locales et la chambre de commerce et d'industrie de Toulouse.
Suggestions de contenus