Des terres agricoles dans le Berry

Sujet sensible, les terres cultivables ont trait à l'alimentation, à l'eau, aux ressources... © GUILLAUME SOUVANT / AFP
En 2015-2016, un fonds d'investissement chinois a acquis 1 700 hectares de terres agricoles. Non plus côté bordelais ou bourguignon, mais dans le Berry, région du centre de la France, à prix d'or, auprès de paysans endettés. Les Safer, pour "sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural", n'en ont rien su car la transaction concernait la quasi-intégralité des parts possédées mais pas la totalité. Ces organismes nés via la loi d'orientation agricole de 1960, et sous tutelle des ministères de l'Agriculture et des Finances, disposent d'un droit de préemption (de substitution d'acheteur) au cours de la vente d'une exploitation agricole. Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a confié à l'AFP au printemps 2016 qu'une "réforme de la constitution" serait sans doute nécessaire pour empêcher des terres cultivables d'être absorbées par des capitaux étrangers.
Suggestions de contenus