Il aurait pu mourir à la guerre

Paul Bocuse exhibait son tatouage de guerre, un coq sur le bras. © PINAUD / AFP
Paul Bocuse aurait pu mourir durant la Seconde Guerre mondiale. Et c'est son tatouage sur l'épaule gauche qui le lui rappelait sans cesse.

Lors de l'attaque de son régiment en Alsace à la Libération, il reçut une balle ennemie à quelques centimètres à peine du coeur. Les Américains le soignèrent à coup d'abondantes transfusions de sang d'un GI dans un hôpital de campagne, puis lui tatouèrent un coq sur l'épaule gauche. Dans Mémoires de chefs de Nicolas Chatenier, il confessait : "La France tatouée par des Américains. C'est ça aussi l'Histoire".
Suggestions de contenus