Sarah Knafo : la femme qui va propulser Zemmour comme candidat ?

Chargement de votre vidéo
"Sarah Knafo : la femme qui va propulser Zemmour comme candidat ?"

Sarah Knafo : la femme qui va propulser Zemmour comme candidat ? SARAH KNAFO. Elle œuvre depuis plusieurs semaines dans l'ombre pour Eric Zemmour. Sarah Knafo, conseillère du polémiste, organise la pré-campagne et parvient à enrôler dans ses filets plusieurs spécialistes. De quoi propulser l'ex-journaliste vers l'Elysée ?

[Mis à jour le 8 octobre 2021 à 15h01] L'agitation médiatique autour de sa personne est redescendue, mais son influence dans l'ombre n'est pas pour autant retombée. Elle s'est même renforcée. Sarah Knafo, conseillère spéciale d'Eric Zemmour, ne défraie plus la chronique depuis la parution de photos du polémiste dans Paris Match et Voici aux côtés de la jeune énarque de 28 ans. Pourtant, celle qui s'est mise en disponibilité de la Cour des comptes œuvre au quotidien pour accompagner l'ex-chroniqueur dans son chemin vers l'Elysée. Elle est de tous les déplacements, s'affichant en retrait mais toujours non loin de celui qu'elle veut accompagner jusqu'au palais. Surtout, c'est elle qui ferait garder la raison à un vrai-faux candidat décrochant jusqu'à 17 % des suffrages dans les sondages. Geoffroy Lejeune, directeur de la rédaction de Valeurs actuelles, publie un livre sur Eric Zemmour jeudi 14 octobre 2021. Dans "Zemmour président, de la fiction à la réalité", le journaliste se fait l'écho de l'évolution de la réflexion du polémiste quant à une éventuelle candidature. Et lorsque la machine s'est emballé, il précise, selon un extrait consulté par Le Point : "On a dit qu'il était marabouté par une petite cour et qu'il avait perdu la boule. La raison tenait peut-être à la présence et à l'influence de Sarah Knafo, jeune énarque de 27 ans, conseillère d'Éric et grande ordonnatrice de ce début de campagne."  

C'est Sarah Knafo qui est, entre autres, à l'origine du ralliement du préfet Gilbert Payet à Eric Zemmour. Représentant de l'État dans les Pyrénées-Atlantiques entre août 2017 et janvier 2019, le désormais retraité de 68 ans a rallié les rangs du polémiste, après un intermédiaire réalisé par la conseillère du possible candidat à la présidentielle. La jeune femme et le haut fonctionnaire se sont connus lorsque la première était stagiaire au sein de ses services dans le Béarn. Dans une interview accordée à France Bleu Béarn, il explique avoir été "sollicité pour apporter un appui à la fois juridique, technique, notamment par rapport à la mécanique des comptes de campagne, puisque je suis un ancien chef du bureau des élections du ministère de l'Intérieur." Selon un portrait que lui a consacré Paris Match, Sarah Knafo est également à l'origine de l'arrivée du communiquant Olivier Ubeda dans l'entourage d'Eric Zemmour ou encore de la mise en place des pôles de travail thématiques et du déploiement départemental des soutiens. Bref, une femme de l'ombre qui ambitionne désormais que son champion soit définitivement dans la lumière.

Des photos de Sarah Knafo et Eric Zemmour dans Paris Match 

En Une de Paris Match jeudi 23 septembre 2021, on voit Sarah Knafo et Eric Zemmour se baigner ensemble, presqu'enlacés, sur une plage de la Seyne-sur-Mer. La photo de paparazzi digne de celles volées d'ordinaire aux stars de cinéma, a été captée le week-end du 18 septembre, en marge d'un déplacement du polémiste entre Nice et Toulon pour promouvoir son nouveau livre "La France n'a pas dit son dernier mot". Le reportage se poursuit dans les pages intérieures, avec d'autres clichés du polémiste et de sa conseillère en communication. On y voit entre autres l'ancien chroniqueur de CNews en peignoir avec la jeune femme. Le magazine a même osé des photos d'Eric Zemmour en maillot de bain.

Dans l'article qui accompagne les clichés, Paris Match présente Sarah Knafo tour à tour comme "celle qui murmure à l'oreille d'Eric Zemmour", sa "radieuse directrice de campagne" ou encore "la doublure, souriante et collégiale, du sexagénaire peu habitué au fonctionnement collectif". Une "femme de l'ombre" au sens professionnel du terme donc, mais sans doute un peu plus que cela, suggère très ostensiblement l'hebdomadaire.

Paris Match a été suivi par plusieurs magazines people qui ont aussi dévoilé des photos "exclusives" de Sarah Knafo et Eric Zemmour, dont Public, qui a consacré sa couverture au duo vendredi. Disponible uniquement en kiosque, le magazine montre sur sa couverture une photo du polémiste et de la magistrate tout sourire, en train de marcher dans une rue parisienne. Sur son site Internet, Public, détenu par le groupe CMI France du milliardaire tchèque  Daniel Kretinsky (propriétaire de Marianne et au capital du Monde), explique que ses photos ont été prises le 20 septembre dernier, sur une terrasse parisienne. Selon le magazine, le duo serait coutumier de ces "tête-à-tête" qui se déroulent "bien après les heures de bureau".

Eric Zemmour réagit et porte plainte

Dès le mercredi 22 septembre au soir, alors que les premières photos de Paris Match ont fuité sur les réseaux sociaux, Eric Zemmour rédige un tweet indigné. "Il faut croire que je commence à inquiéter suffisamment pour que Paris-Match, le caniche du pouvoir, essaye de me nuire. Je ne me laisserai pas intimider", peut-on lire. L'homme politique et sa conseillère décident d'attaquer l'hebdomadaire en justice, tout comme le magazine Voici qui lui avait emboîté le pas. L'information est été révélée par l'avocat du potentiel candidat à la présidentielle, Maître Prado. Dans un communiqué relayé sur Twitter, il écrit que "rien ne peut justifier ce type de publication, si ce n'est la volonté de nuire. En conséquence, nous engageons sans délai des procédures à l'encontre de ces publications". L'animateur de CNews Pascal Praud avait auparavant confirmé cette attaque en justice, affirmant s'être entretenu directement avec Eric Zemmour à ce sujet.

Présent sur l'antenne de BFM TV jeudi 23 septembre, l'avocat du polémiste a martelé qu'il y avait une véritable intention de porter atteinte à son client. "Les photos sont là dans un but, l'intention de nuire, l'intention de faire mal, l'intention de porter une atteinte à la vie privée. Eric Zemmour n'a jamais mis en avant sa vie privée (...) Là, il s'agit véritablement d'une volonté d'abimer, une volonté de déstabiliser, ça ne marchera pas mais c'est dommage de la part de Paris Match (...) Qu'est ce que ces photos apportent à l'intérêt public ? Qu'est ce que ça peut faire pour le débat intellectuel et politique comment Eric Zemmour se baigne, comment est-il en maillot à la plage ? Ca ne sert strictement à rien", regrette l'avocat.

Pour Paris Match, Zemmour "essaie de se victimiser"

Bruno Jeudy, rédacteur en chef de Paris Match, a pour sa part défendu le choix de l'hebdomadaire dès mercredi sur BFM TV. "Notre photographe était sur la plage. Je lui ai demandé de faire des photos. Pour l'enquête précédente, nous avions demandé à Eric Zemmour de faire des photos, mais il ne voulait pas. Nous avons sollicité Sarah Knafo pour un rendez-vous, le lundi. Notre photographe, qui ne fait pas partie de BestImage, l'agence de "Mimi" Marchand, fait partie de Paris Match et je lui ai demandé de faire des photos", précise-t-il, glissant que le duo était au milieu "de dizaines de baigneurs sur la plage des Sablettes" au moment des faits.

"Sarah Knafo est le sujet de cette enquête. Nous nous sommes intéressés à cette femme car elle est peu connue du grand public, mais elle est déterminante dans la décision d'Eric Zemmour de passer de polémiste au Figaro et CNews à candidat bientôt déclaré. C'est un peu sa directrice de campagne, officieuse pour l'instant. C'est la personne qui est contactée par les médias par exemple pour des débats. Elle est au coeur de la montée en puissance d'Eric Zemmour et nous avons voulu en savoir plus sur cette femme brillante de 28 ans, sortie de l'ENA", s'est justifié le journaliste, assurant qu'Eric Zemmour ne pouvait pas ignorer la médiatisation de sa conseillère. "Il le sait très bien, on a déjà signé une enquête au début de l'été, il ne l'avait pas contesté, et en était même content d'après son avocat, je ne comprend pas trop sa réaction. Je pense qu'il essaie de se victimiser. C'est souvent comme cela, les politiques qui entrent en campagne. Mais le point de départ, ce n'est pas d'enquêter sur la vie intime d'Eric Zemmour, c'est enquêter sur Sarah Knafo".

La photo de baignade à la Seyne-sur-Mer interroge

Sarah Knafo et Eric Zemmour ont-ils été imprudents ou ont-ils orchestré la paparazzade qu'ils dénoncent aujourd'hui ? La question se pose depuis que les toutes premières images ont été dévoilées. Outre les explications de Bruno Jeudy qui indique qu'"il s'agit d'une photo volée" et nie tout arrangement, la journaliste qui a signé l'enquête sur Sarah Knafo en a dit plus sur les conditions dans lesquelles elle a réalisé son travail. "Le lecteur qui a lu mon article ne peut pas penser que je parle d'un couple, mais d'un duo politique", a d'abord tenu à mettre au clair Emilie Lanez dans l'émission C à Vous, sur France 5, mercredi soir. Pour justifier cette intrusion dans les coulisses de la campagne d'Eric Zemmour, la reporter souligne que le polémiste avait invité "63 médias" à le suivre entre Nice et Toulon le week-end des 18 et 19 septembre, pour le lancement de son livre.

En marge de l'événement, Sarah Knafo et Eric Zemmour n'ont absolument pas caché leur proximité selon elle. "Sur une plage publique, pendant un week-end médiatique, un personnage public et sa conseillère choisissent d'aller se baigner, c'est leur choix", argumente encore la journaliste. Alors photos volées ou assumées ? Selon le journal Libération, qui a enquêté sur le scoop de Paris Match, l'auteur des clichés de ce "week-end provençal", habitué des pages de Paris Match, aurait suivi les deux protagonistes de l'affaire "avec leur accord". Libé souligne aussi les liens d'Eric Zemmour avec Hervé Gattegno, le directeur de Paris Match, ainsi que le soutien de Vincent Bolloré au polémiste quand il était sur CNews. Un Bolloré en passe de prendre le contrôle de Lagardère et donc de l'hebdomadaire... Selon un article du Monde daté du vendredi 24 septembre, la publication des photos de Sarah Knafo et Eric Zemmour aurait d'ailleurs provoqué un certain émoi dans la rédaction de l'hebdomadaire.

Zemmour et Sarah Knafo sont-ils en couple ?

Volées ou assumées, les photos d'un candidat ou d'une candidate avec sa moitié, en Une de Paris Match, sont comme un passage obligé ou en tout cas une tradition des pré-campagnes électorales. Les photos diffusées dans Paris Match le jeudi 23 septembre s'inscrivent dans ce type de rendez-vous et laissent donc clairement penser qu'Eric Zemmour et Sarah Knafo sont en couple, même si le magazine se garde de l'écrire noir sur blanc. Dans son dossier, Paris Match parle du rôle indispensable de Sarah Knafo auprès d'Eric Zemmour. "On la voit se préparer avec lui dans la loge, marcher à côté dans les rues. Elle l'accompagne, l'observe, le conseille. Lors de ces deux séances de signatures (...) elle sait être filmée, photographiée, vue à chaque instant, et semble y prendre goût, radieuse directrice de campagne sous le feu des dizaines de caméras présentes. C'est elle qui organise les 23 pôles thématiques, c'est elle aussi qui conçoit le maillage du territoire pour collecter les indispensables signatures, c'est elle encore qui recrute des militants, des conseillers, des communicants".

Selon les informations des magazines people Public et Voici, qui ont rebondi sur le scoop de Match, Eric Zemmour, 63 ans, et sa conseillère de 28 ans vivraient bel et bien une "idylle". "Dans le milieu politico-journalistique, l'idylle entre Zemmour et Sarah Knafo n'étonne personne. C'est même un classique que de mélanger boulot et vie privée chez les politiques, comme ça les relations illégitimes passent inaperçues", aurait confirmé une source proche du duo à Voici.

Public n'hésite pas, dans son édition de vendredi, à qualifier "Sarah" de compagne d'Eric Zemmour, la considérant comme la "deuxième femme de sa vie". Selon la publication, il y a des "regards complices qui ne trompent pas". A la fin d'une soirée privée, le magazine écrit que "ce n'est pas la jeune magistrate à la Cour des comptes qui compose son code d'accès pour entrer chez elle, mais bel et bien le journaliste...".

Sarah Knafo et Eric Zemmour n'ont pour leur part jamais publiquement évoqué une quelconque relation. Eric Zemmour s'est marié dans les années 1980 avec Mylène Chichportich, avocate et mère de ses trois enfants. Celle-ci a toujours veillé à se tenir à l'écart de la carrière mais aussi des propos du polémiste.

Qui est Sarah Knafo, la femme dans l'ombre d'Eric Zemmour ?

Des origines et une vision communes. Née en 1993 aux Pavillons-sous-Bois (93), Sarah Knafo est issue d'une famille juive sépharade et a étudié dans un lycée privé intégré au réseau de l'Alliance israélite universelle. Elle a déjà évoqué ces origines dans un livre du journaliste Alexandre Devecchio ("Les nouveaux enfants du siècle", éditions du Cerf) en 2016 et y voyait déjà une approche commune à celle d'Eric Zemmour. "En tant que Française israélite, je me reconnais dans son parcours d'assimilation et dans son détachement par rapport à l'identité juive. Je suis de confession juive, mais je me sens de culture chrétienne. Chez moi, Charles Péguy est aussi important que la Torah."

Une brillante Enarque. Sarah Knafo est diplômée de l'ENA depuis 2017 et a effectué un bref passage dans des ambassades et dans l'agence de communication Publicis pendant ses études. "C'est une brillante énarque, elle est sortie de la promotion Molière en 2019, et dans la botte, c'est-à-dire dans les premiers postes attribués à la sortie de l'ENA. La "botte" propose toujours le même dilemme aux heureux élus : choisiront ils le Conseil d'État, l'Inspection générale des Finances, le Quai d'Orsay ou la Cour des Comptes pour débuter leur carrière de hauts fonctionnaires ?", écrit l'hebdomadaire Marianne au sujet de ses débuts.

Une éphémère magistrate à la Cour des comptes. Sarah Knafo a opté pour la Cour des comptes. "Elle y a été intronisée magistrate en janvier 2020", explique Louis Hausalter, journaliste à Marianne. Mais sa mission aura tourné court. Elle s'est mise en disponibilité de ce poste en septembre 2021, oeuvrer à la campagne d'Eric Zemmour étant devenu incompatible avec le code de déontologie de l'institution, en charge de contrôler la régularité des comptes publics.

Conseillère de Zemmour depuis 2016. Côté politique, Sarah Knafo a débuté en 2016 aux côté d'Henri Guaino. Mais l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, souverainiste convaincu, verra vite ses ambitions personnelles contrariées. C'est donc auprès d'un autre animal politique qu'elle va se faire une place. Il y a a quelques années, alors qu'Eric Zemmour était encore chroniqueur de l'émission "On n'est pas couché", Sarah Knafo organisait des réunions à son domicile, réunissant des personnalités de droite comme Nicolas Dupont-Aignan ou Laurent Wauquiez, tout en tentant "de lui attacher les services de jeunes talents", comme l'explique L'Express. Un rapprochement d'Eric Zemmour et de Marion-Maréchal Le Pen aurait un temps été envisagé.

Mise en avant dans un reportage de BFM TV en juin dernier, Sarah Knafo a été présentée comme "fermement convaincue du destin national" d'Eric Zemmour. Elle estime que la victoire du polémiste dans cette présidentielle 2022 est une vraie possibilité. "Elle y croit beaucoup, elle en parle beaucoup avec lui évidemment", affirme Louis Hausalter. Désormais bras droit de sa campagne, la magistrate accompagne le possible candidat dans tous ses déplacements.

Une eurosceptique convaincue. Sarah Knafo, avant d'être diplômée de la prestigieuse école de l'ENA, était élève à Sciences Po. Durant son passage, elle deviendra l'une des fondatrices de de l'association étudiante : "Critique de la raison européenne" (CRE). Cette association avait pour but de défendre des positions souverainistes et eurosceptiques. Dans ce cadre associatif, Sarah Knafo rencontre Hubert Védrine, Jean-Pierre Chevènement, Régis Debray, Alain Finkielkraut ou encore Marie-France Garaud, dont elle serait devenue très proche. C'est également à Sciences Po et en créant cette association qu'elle rencontre et se lie d'amitié avec Henri Guaino, alors député, dont elle est brièvement la collaboratrice parlementaire stagiaire.

Un penchant très jeune vers l'extrême droite. Avant sa rencontre avec Eric Zemmour, Sarah Knafo était déjà proche des idées de l'extrême droite. En 2015, alors qu'elle était une simple adhérente de l'UMP, l'énarque se déclare favorable à la création d'une section étudiante du Front national à Sciences Po. Mais lors de la primaire française de la droite et du centre de 2016, elle devient responsable des "Jeunes avec Henri Guaino", tout en gardant ses idées.

L'association Alexandre & Aristote. Très récemment, en 2021, Sarah Knafo a lancé un nouveau projet en fondant avec le romancier Alexandre Galien (auteur de très nombreux romans policiers), l'association "Alexandre & Aristote". Le but de l'association est de "diffuser la culture en donnant des conseils de lecture personnalisés  au travers d'un algorithme d'intelligence artificielle." D'après un article de l'Humanité datant de février dernier, l'association avait réussi à signer un partenariat avec la ville du Blanc-Mesnil, obtenant une subvention de 20 000 euros afin d'acheter 4000 ouvrages répertoriés pour la médiathèque Édouard Glissant. Le hic selon l'Huma : "l'algorithme, qui fonctionne avec une base de 8000 ouvrages, a le cœur très à droite". Interrogée à ce sujet, Sarah Knafo s'était justifiée avec philosophie... "L'influence d'un livre ou d'un auteur peut être capital dans une vie".

Contemporain