Résultat de Jean Lassalle : écarté du second tour, son don financier aux partis déchus

"Résultat de Jean Lassalle : écarté du second tour, son don financier aux partis déchus"

Résultat de Jean Lassalle : écarté du second tour, son don financier aux partis déchus LASSALE. Jean Lassalle sort de l'élection présidentielle 2022 avec plus de 1,1 millions de votes. Pour sa deuxième participation, l'élu béarnais fait bien mieux qu'en 2017 mais n'obtient pas un score suffisant pour rembourser ses frais de campagne.

A l'issue du premier tour de la présidentielle 2022, le candidat de Résistons fini à 3,1% des suffrages et à la 7ème place sur 12 candidats. Lors de la dernière présidentielle, Jean Lassalle avait obtenu 1,21% des voix seulement. Pour ce personnage au verbe haut, toujours prompt à défendre les territoires ruraux et la voix du "peuple" (on se souvient notamment de ses prises de parole sur le pass sanitaire ou les gilets jaunes), le tour de France en bus effectué durant cette campagne n'aura pas été vain, lui permettant de dépasser les 1,1 million de soutiens. A l'issue de son discours du dimanche 10 avril au soir, le candidat a indiqué qu'il ne donnerait pas de consigne de vote pour le second tour de la présidentielle.

Le discours de Jean Lassalle à l'annonce des résultats

C'est sous un tonnerre de "Bravo" et de "plus de 3!" que le candidat Jean Lassalle a débuté son discours du dimanche 10 avril au soir, réuni avec ses soutiens dans un restaurant parisien à l'annonce des résultats du premier tour. Dans un contexte détendu, les blagues fusant, il a tenu à remercier tous ceux qui lui ont "fait confiance" dans ce "scrutin difficile". Il a loué la "résistance" de ses adhérents, l'expression "souriante, radieuse" de la France qui veut "renaître". "Je n'oublierai pas ces jours magnifiques vécus" aux côtés d'une "équipe authentique, à la Française", s'est-il ému. "Qu'est-ce qu'on s'est éclaté avec ce bus!" a-t-il lancé, en référence à son tour du pays "à la rencontre des Français" durant la campagne. Il a dit avoir été "à l'écoute" de ceux qui pensent n'avoir "aucune place" dans "l'expression publique" du pays. Pour lui, prendre ce bus était "nécessaire" puisqu'il n'a "pas pu s'exprimer dans les médias".

"Nous ne pouvons pas continuer à nous américaniser comme nous le faisons", a-t-il poursuivi, estimant que "les grandes fortunes" n'ont "rien à faire" à la tête des grands médias français, mais aussi que les "instituts de sondages" mériteraient d'être dissous au plus vite. Il a ensuite abordé la "manipulation", l'"instrumentalisation" et le "façonnage de la finale" du second tour par les "grands dirigeants", une rhétorique qu'on lui connaît bien. En revanche, il a remercié les maires de France qui n'ont fait "aucune manie" et qui lui ont immédiatement "accordé les parrainages". "Les maires croient encore à notre magnifique pays", s'est-il enthousiasmé, avant de parler de son projet de "reconstruction" de la France "des territoires", mais aussi des priorités que l'on trouvait dans son programme, comme l'investissement dans la recherche, dans l'énergie renouvelable et dans la santé, mais aussi la refonte des institutions. 

Pas de consigne de vote pour le défenseur du vote blanc

"Nous voterons blanc le temps que le peuple reprenne pleinement son pouvoir, celui qui lui est dû", le temps que "nous menions les transformations qu'il convient de mener". Dans un communiqué de presse le 11 avril, il a expliqué qu'il n'y avait à ses yeux "rien de plus choquant que de considérer les Français comme incapables de choisir par eux-mêmes". "Comme si, dans ce domaine là, encore, nous n'étions pas des citoyens libres et responsables à part entière", a-t-il écrit.; "Je laisse à ceux qui m'ont fait confiance leur libre-choix pour le dimanche 24 avril", précisant qu'il "voterait blanc". Ainsi, pour Jean Lassalle, laisser le choix à ses électeurs relève davantage de son éthique et de sa croyance en les vertus du vote blanc que d'une volonté de les orienter vers l'un ou l'autre des candidats. 

Le don financier de Jean Lassalle au lendemain des résultats

Seuls 4 partis en lice pour le premier tour de l'élection ont obtenu un résultat supérieur à 5% des voix leur permettant d'obtenir un remboursement quasi-complet de leurs frais de campagne. Les 8 autres candidats se retrouvent ainsi en difficulté financière, en particulier les partis traditionnels le PS et LR qui ont beaucoup investi dans cette campagne, mais aussi EELV. C'est pourquoi, le lundi 11 avril, Jean Lassalle a annoncé sur son compte Twitter : "Devant les difficultés financières du PS, LR et EELV, Résistons! a décidé de faire un don équivalent à chacun d'eux afin de respecter le principe d'égalité qui m'est si cher et qui a prévalu tout au long de cette campagne". Avant d'ajouter, non sans ironie, "On a souvent besoin d'un plus petit que soi", notamment en référence à son score plus élevé que la candidate socialiste Anne Hidalgo qui n'a obtenu qu'1,7% des voix et aux appels au don formulés par Yannick Jadot et Valérie Pécresse lors de leurs discours du 10 avril au soir.

Election présidentielle