François Hollande : une brouille d'ado avec son père ressurgit

Et si François Hollande s'était engagé en politique après une rébellion contre son père qui a, un jour, décidé de jeter tous ses jouets ? C'est une thèse développée par son biographe, cité il y a peu par L'Express...

Nous sommes en 1968. Le jeune François Hollande est alors âgé de 14 ans. Une année noire puisque sa famille déménage et quitte la ville de Bois-Guillaume, près de Rouen, pour la région parisienne. Comme chaque enfant qui déménage, le futur chef de l'Etat vivra cet événement comme un traumatisme. Il perd alors tous ses amis écoliers et doit vivre pendant des semaines avec la peur de l'inconnu. Mais il y a sans doute pire : soucieux de ne pas s'encombrer d'objets inutiles lors du déménagement, son père, Georges Gustave Hollande, aurait alors décidé de jeter une bonne partie des jouets de son rejeton. A commencer par ce qu'il adorait le plus : sa collection de voitures Dinky Toys et ses petits soldats qui, année après année, avaient composé une véritable armée. Selon Serge Raffy, son biographe ("François Hollande, itinéraire secret", sorti en mai dernier), François Hollande tenait tellement à ces jouets qu'il en aurait conservé "quarante-cinq ans après", un souvenir de "désespoir" !

Dans son enquête "Ce que les politiques disent de leur père", L'Express est allé encore plus loin faisant de cet événement un acte fondateur du parcours politique de François Hollande, rien de moins. Une thèse un brin psychologisante qui veut que le futur chef de l'Etat se soit en réalité construit en opposition à son père pour prendre sa "revanche sur ses humiliations d'enfance". Les arguments de Serge Raffy et les preuves qu'il avance sont légions. D'abord, le déménagement à Neuilly-sur-Seine en 1968 serait directement lié à l'engagement politique de Georges Hollande, candidat sur une liste d'extrême droite quelques années plus tôt. Car médecin ORL, le père de François Hollande était aussi partisan de l'Algérie française et de l'OAS. De plus en plus mal vu pour ses idées politiques, il finira par vendre sa clinique, sa maison et ses appartements pour s'installer loin de Rouen.

Sans doute échaudé par cette expérience douloureuse, Georges Hollande aurait d'ailleurs longtemps tenté de dissuader son fils de se lancer en politique. Mais il semble que le jeune rejeton, contaminé très tôt par le virus, sensible aux idées de gauche et lecteur de Pif Gadget en secret, se soit évertué à aller à l'encontre des volontés de son père. L'Express cite un passage de "Changer de destin", ouvrage dans lequel François Hollande expliquait lui-même sa paisible rébellion contre son père : "Ses idées, à l'opposé des miennes, m'obligèrent à construire ma pensée, à affûter mes arguments", a-t-il par exemple confié. Ce secret de François Hollande, récemment remis sur la table, a en tout cas fait l'objet de plusieurs articles de presse et commentaires sur le Web. Et si, finalement, François Hollande avait développé un caractère de fer pour s'opposer aux "diktats aussi martiaux qu'incompréhensibles" de son père ? Un caractère mis en avant aujourd'hui alors que le chef de l'Etat s'est métamorphosé en chef de guerre au Mali ?

EN VIDEO - François Hollande est officiellement devenu le 16 mai 2012 le 7e président de la Ve République, marquant le retour de la gauche au sommet de l'Etat après 17 ans d'absence.

François Hollande

Dernière minute