Photo de Macron aux Antilles : des moqueries et des détournements

Photo de Macron aux Antilles : des moqueries et des détournements Le chef de l'Etat, en déplacement à Saint-Martin, est moqué par une partie de la classe politique pour s'être laissé prendre en photo en compagnie d'un ancien braqueur et d'un jeune homme faisant un doigt d'honneur.

[Mis à jour le 1er octobre 2018 à 12h42] La séquence est surréaliste. Emmanuel Macron, en déplacement dans les Antilles, a pris le temps, dimanche, d'aller à la rencontre des habitants de Saint-Martin, une île durement touchée par l'ouragan Irma l'an dernier. Alors que la communication du chef de l'Etat est habituellement minutieusement encadrée, Emmanuel Macron s'est offert un moment complètement improvisé, qu'il souhaitait plus libre, plus spontané, hors de tout cadre protocolaire. Et c'est peu dire que dans cette perspective, c'est assez réussi. Le Figaro rapporte que le président est parvenu à "fausser compagnie à son service de sécurité", et qu'il a profité de la pluie pour "partir en courant au milieu des habitants et des carcasses de voitures". Le président s'est retrouvé, par hasard, au domicile d'une dame qu'il ne connaissait pas, dans un quartier défavorisé, vivant avec son fils, un ancien braqueur.

Le président français, en chemise cravate, a eu de longs échanges avec cette famille. Sur une vidéo de BFMTV, on voit d'ailleurs le chef de l'Etat lui demander d'arrêter "les bêtises", le sermonnant et lui expliquant que ça mère "ne mérite pas ça". Le président s'est ensuite prêté au jeu d'une séance photos. Plusieurs clichés ont fait sourire les internautes, dont un où Emmanuel Macron, entouré de deux jeunes hommes torse-nu, semble surpris par l'assurance de l'un d'eux.

Un selfie polémique avec Emmanuel Macron

Mais l'image qui a généré un début de polémique, c'est celle où l'un des jeunes hommes pose avec le président, en faisant un doigt d'honneur (voir ci-dessous). "On ne trouve même plus de mots pour exprimer notre indignation. La France ne mérite certainement pas cela. C'est impardonnable !", a réagi Marine Le Pen sur Twitter. Son compagnon, le député RN Louis Aliot, a ajouté : "J'ai une pensée émue pour nos compatriotes de Saint-Martin et plus largement d'Outre-Mer qui sont indignés du comportement présidentiel aux côtés de ces deux individus 'bien connus des services de police'". Les critiques dépassent largement le camp du Rassemblement national. Laurence Saillet, porte-parole de LR s'est elle-aussi indignée sur CNews ce lundi matin. "Quel est le message passé à la jeunesse ? Emmanuel Macron avait enfilé les habits du président de la République au Louvre lorsqu'il a été élu,  mais depuis, lui aussi, il s'est fortement déshabillé", a-t-elle pesté.

Macron assume et se défend

Interrogé sur ces images peu académiques, en conférence de presse, Emmanuel Macron a ciblé son adversaire du second tour de la présidentielle : "Ce qui fait que je me suis battu pour être élu face à Marine Le Pen, c'est que j'aime chaque enfant de la République, quelles que soient ses bêtises, parce que bien souvent, parce que c'est un enfant de la République, il n'a pas choisi l'endroit où il est né. [...] Marine Le Pen, c'est l'extrême droite, et l'extrême droite ce n'est pas le peuple. [...] Moi, je suis président de la République française et je ne laisserai à personne le peuple". Et d'insister : "Il faut arrêter de penser que notre jeunesse, parce qu'elle est d'une certaine couleur ou à un moment a fait des bêtises, il n'y a rien à en tirer".

Le député LREM Aurélien Taché, a, lui, pris la défense du président. "Ceux qui polémiquent ne supportent tout simplement pas que la France, à tous les niveaux, change de visage... C'est précisément la raison de mon engagement derrière lui", a fait savoir le jeune élu sur son compte Twitter. Le président de La République en Marche, Christophe Castaner, a quant à lui condamné l'attitude du jeune homme sur la photo, tout en dédramatisant : "C'est un geste idiot", a-t-il estimé sur France Inter, poursuivant : "Quand je vois la polémique, je me dis qu'on mérite mieux que cela. À Saint-Martin, l'État a mis 500 millions d'euros pour reconstruire l'île et, un an après il y a encore des gens qui vivent dans des conditions scandaleuses. C'est ça qui me choque, bien plus que la photo". Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes, a jugé, quant à elle, que l'émotion de Marine Le Pen provenait du fait qu'elle était "raciste". "Ce qui la choque ce n'est pas que le président pose à côté d'un jeune. Ce qui la choque c'est la couleur de peau de ce jeune, soyons très clair. A chaque fois que le président pose avec des personnes qui sont de couleur noire, Marine Le Pen s'offusque", a-t-elle déclaré sur RTL.

Dans une interview donnée au Monde, Emmanuel Macron revient plus généralement sur les critiques formulées à son endroit sur la condescendance ou le mépris dont il ferait preuve, selon ses détracteurs. "Si j'étais méprisant, je n'irais pas parler aux gens. C'est très facile quand on est président de ne pas parler aux gens, de se contenter de serrer les mains, de dire bonjour, d'être protégé de tout vrai contact avec les Français. J'ai le respect d'être à hauteur d'homme, de parler à quelqu'un qui m'interpelle, de ne pas lui répondre avec facilité : on va voir votre dossier, on vous répondra. Mais d'aller au fond du sujet et de prendre du temps. C'est exactement le contraire du mépris", dit-il au Monde.

La photo de Macron aux Antilles moquée sur Twitter

Sur les réseaux sociaux, l'image du chef de l'Etat avec les deux jeunes habitants de Saint-Martin génère moqueries, amusements et détournements, plus ou moins inspirés, plus ou moins subtils.

Article le plus lu - Remaniement : découvrez le nouveau gouvernement › Voir les actualités

Annonces Google