Valérie Pécresse : résultats des sondages, programme... La campagne se poursuit

Valérie Pécresse : résultats des sondages, programme... La campagne se poursuit PECRESSE. La candidate se concentre sur sa campagne et présente tour à tour les différents volets de son programme. Dans les sondages, Valérie Pécresse se dispute la seconde place avec Marine Le Pen mais l'accès au second tour n'est pas garanti.

L'essentiel
  • Affichée comme la "principale rivale" d'Emmanuel Macron, Valérie Pécresse s'est présentée comme la seule candidate en mesure de prendre le pouvoir à Emmanuel Macron. Pourtant elle ne grimpe plus dans les sondages et se retrouve systématiquement au coude-à-coude avec Marine Le Pen, avec 16% des intentions de vote contre 17%.
  • Depuis son investiture, la présidente de la région Île-de-France multiplie les déplacements et rencontres en France avec l'ambition de conforter "l'unité" de sa famille politique.. Première femme à représenter la droite à l'élection présidentielle, Valérie Pécresse veut faire entendre sa ligne libérale sur le plan économique et plutôt ferme sur les questions régaliennes.
  • Valérie Pécresse est tour à tour donnée en deuxième ou troisième position dans les sondages. La candidate des Républicains est au coude-à-coude avec Marine Le Pen pour obtenir le ticket pour le duel du second tour.
  • Toutes les actualités principales de la campagne présidentielle, ainsi que les derniers sondages, sont à retrouver dans notre article dédié au scrutin national.
Dernières actus

La hausse de 10% des salaires maintenue mais adaptée

La hausse de 10% des salaires maintenue mais adaptée - Valérie Pécresse ©Jacques Witt/SIPA

Chronique de campagne du 27 janvier. 11h41. La hausse de 10% des salaires les plus modestes est une mesure forte de programme de Valérie Pécresse. Si la proposition convainc les salariés, elle n'est pas aussi bien accueillie par les patrons et leurs mécontentements à contraint la candidate de la droite à revoir sa copie. Il a été annoncé et l'objectif de l'augmentation de 10% des salaires de la classe moyenne reste d'actualité assure l'équipe de campagne de la candidate. En revanche, la méthode pour financer la mesure diffère. A l'origine du projet, Valérie Pécresse comptait transférer le poids des cotisations salariales vieillesse des salariés gagnant moins de 2,2 SMIC aux entreprises. L'Etat devait prendre en charge deux-tiers des mesures, soit l'équivalent de 25 millions d'euros pour laisser les entreprises financer les 8 millions restants. Désormais, la candidate propose de baisser de 2,4% les cotisations sociales de tous les salariés pour atteindre les 10% sur cinq ans. Cette diminution des cotisations aurait pour effet d'augmenter les salaires du même pourcentage. Dans sa nouvelle formule, la mesure serait entièrement financée par les finances publiques donnant donc aux patrons gain de cause.

18 millions de salariés devrait être concernés par cette mesure 2.0 sur la hausse des salaires. Si l'objectif des 10% est fixé sur un plan quinquennal, Valérie Pécresse prévoit un palier intermédiaire avec une augmentation de 5% obtenue en deux ans soit en 2023. Si la candidate compte sur la bonne volonté du patronat, elle précise que d'autres leviers pourraient être actionnés pour que les entreprises remplissent leur part. "Notre impulsion initiale avec la baisse des cotisations salariales doit servir à lancer une dynamique entretenue par les entreprises elles-mêmes", a expliqué Frédéric Lemoine, chargé du programme de Valérie Pécresse.

Valérie Pécresse devancée par Marine Le Pen dans le dernier sondage

Si vous ne voyez pas l'image, cliquez ici

Chronique de campagne du 26 janvier. 15h20. Dans le dernier sondage sur les intentions de vote au premier tour de l'élection présidentielle, réalisé par Harris Interactive, paru mercredi 26 janvier 2022, Valérie Pécresse est créditée 15% des voix. De tels résultats la placeraient derrière Marine Le Pen (17%).

Investie début décembre par le parti de droite, la présidente de la région Île-de-France est la première femme de l'histoire à représenter LR au scrutin national. La "dame de faire", comme elle aime le répéter, veut s'afficher en principale opposante à Emmanuel Macron, en dépit des critiques à son égard sur son positionnement "Macron-compatible" aux yeux de certains. Libérale économiquement, elle se veut ferme sur les questions régaliennes et devra composer tout au long de la campagne avec un Eric Ciotti arrivé deuxième de la primaire, porté par des propositions très droitières sur la sécurité et l'immigration qu'il entend bien faire intégrer dans le programme de la candidate.

Avec Valérie Pécresse, Les Républicains espèrent reprendre des couleurs à la faveur d'un congrès qui s'est déroulé sans accroc entre les candidats et tourner la page de cinq ans de déclin depuis la défaite de François Fillon en 2017 pour ne pas manquer le rendez-vous national et être, une nouvelle fois, défait au scrutin élyséen pour la troisième fois de suite, ce qui n'est jamais arrivé dans l'histoire du parti.

La candidate veut "redonner les moyens à l'autorité judiciaire"

La candidate veut "redonner les moyens à l'autorité judiciaire" - Valérie Pécresse ©Jacques Witt/SIPA

Chronique de campagne du 25 janvier. 15h58. "Je veux faire de ma présidence celle de l'impunité zéro". Valérie Pécresse affiche clairement ses objectifs en matière de justice ce mardi 25 janvier. En déplacement à Tours, la candidate de la droite poursuit sa campagne et elle s'attaque à un gros morceau de son programme : un plan sur cinq ans visant à "redonner les moyens à l'autorité judiciaire", "pour accélérer les procédures, et adapter le droit à la réalité de la délinquance". Les mots de la présidente de la région Ile-de-France sont durs pour qualifier le système judiciaire français qu'elle juge "noyé" sous trop de procédures traitées dans des délais trop longs. Pour redresser la justice, Valérie Pécresse compte augmenter de 50% les moyens des tribunaux pour les porter à 9 milliards d'euros par an, la mesure se mettrait en place conformément au plan quinquennal de la candidate. Le nombre de magistrats serait lui aussi augmenter de 50%. Elle souhaite par ailleurs que les jugements pour les "délits du quotidien" soient rendus en 6 mois. Le délai serait encore réduit pour les violences conjugales et intrafamiliales qu'elle souhaiterait voir instruites en 72 heures et jugées en 15 jours. Ces délais serait tenus grâce à la création d'une juridiction spécifique.

La candidate lie le volet judiciaire de son programme avec le volet sécuritaire. Elle surfe d'ailleurs sur le thème et le sentiment d'insécurité pour rappeler sa volonté de "redéfinir une politique pénale d'une grande fermeté". La "fermeté" un mot que l'on entend souvent dans la bouche de la candidate que se présente comme une politique avec une main ferme mais juste, notamment à la tête de la région francilienne. Pour revenir sur le système judiciaire, la candidate estime que la "paupérisation de nos institutions judiciaires ne permet plus de faire face à l'insécurité" et qu'il est temps de développer "une justice moderne face à des voyous connectés". Les délinquants connectés seraient donc mieux appréhendés tout comme les jeunes puisque la candidate souhaite abaisser la majorité pénale à 16 ans. Il ne s'agit pas seulement de juger mais aussi de faire respecter des peines dans le programme de la candidate, ce point appuie sur la question des places de prisons : Valérie Pécresse explique vouloir doubler le nombre de centres éducatifs fermés pour les mineurs et construit 20 000 nouvelles places de prison.

Valérie Pécresse veut "supprimer les droits de succession pour 95 % des Français"

Valérie Pécresse veut "supprimer les droits de succession pour 95 % des Français" - Valérie Pécresse © Jacques Witt/SIPA

Chronique de campagne du 24 janvier. 11h51. Les annonces de la candidate de la droit ont eu un effet coup de poing. Valérie Pécresse s'appuie sur des propositions de taille pendant sa campagne et s'attaque aux droits de succession. "Je fais partie de ceux qui voient la succession comme le fruit du travail d’une vie déjà surtaxée tout au long des âges. Notre pays, qui fait partie des pays dont la fiscalité reste la plus lourde, a besoin d’un choc des transmissions", défend-elle dans un entretien accordé au Figaro. Ce choc tient en deux mesures phares, la première consiste à faciliter la donation entre vivants : "Chaque parent pourra donner 100.000 euros de manière totalement défiscalisée, tous les six ans et non plus tous les quinze ans". La candidate souhaite aussi élargir le champ d'action de la mesure en l'étendant aux petits-enfants pour permettre le "saut générationnel" et dans une moindre mesure aux neveux, nièces et aux fratries. Pour ces liens de parenté, la donation pourra s'élever à 50 000€. La candidate estime que l'argent accumulé pendant toute une vie doit servir à la réalisation des projets des générations futures.

C'est surtout la deuxième annonce qui a secoué la campagne présidentielle. La candidate compte "supprimer les droits de succession pour 95 % des Français" et permettre aux enfants de pouvoir hériter de 200 000€ de manière défiscalisé, soit deux fois plus qu'aujourd'hui. Cette mesure portera uniquement sur les héritages en lignes directes puisque pour les lignes indirectes l'abattement sera réduit à 100 000€. En marge de ces deux propositions, Valérie Pécresse a promis de ne pas toucher au régime fiscal de l’assurance-vie et a fait part de sa volonté de faire naître "une France de propriétaires" notamment en généralisant "le prêt à taux zéro pour les primo-accédants sur tout le territoire français".

La "troisième voix" alliant France et Union européenne de Valérie Pécresse

La "troisième voix" alliant France et Union européenne de Valérie Pécresse - Valérie Pécresse ©TARDIVON JC/SIPA

Chronique de campagne du 20 janvier. 9h51. Les campagnes présidentielles vivent une semaine européenne. Ce jeudi 20 janvier, au lendemain du discours d'Emmanuel Macron devant le Parlement européen, c'est au tour de Valérie Pécresse de présenter sa vision de l'Union européenne. Au micro de France Inter la candidate a d'abord pris le temps de scruter le discours du président de la République pour mieux l'attaquer, l'accusant de ne pas "être à la hauteur des enjeux". "Il n'y avait rien sur la politique énergétique européenne ni le contrôle des frontières. [...] Emmanuel Macron fait en Europe la même chose que ce qu'il fait en France, des déclarations tonitruantes qui crispent, qui divisent et qui fait que cela bloque l'avancée d'une défense européenne", critique-t-elle. Sur les quatre objectifs énoncés par le président de l'Union européenne, à savoir la régulation des GAFAM, la taxe carbone, le contrôle des frontières et la réforme de Schengen, Valérie Pécresse regrette l'annonce de "pétitions de principe" et l'absence de concret : "L'Europe attend des actes".

La politique européenne d'Emmanuel Macron n'est pas donc pas satisfaisante aux yeux de Valérie Pécresse mais qu'elle est la vision de la candidate de la droite sur l'Union européenne ? Léa Salamé a pointé un point commun entre le projet de Valérie Pécresse et celui de Marine Le Pen : la défense de la souveraineté juridique de la France. Une affirmation dont la candidate se défend avant de repréciser ses ambitions. En utilisant la polémique et la métaphore des drapeaux, Valérie Pécresse décrit Emmanuel Macron comme fédéraliste derrière le drapeau européen et Marine Le Pen comme nationaliste défendant le seul drapeau français quand elle veut adopter une "troisième voix" unissant France et Union européenne. "Dans cette troisième voix il y a une hiérarchie des normes. Je considère qu'il y a la jurisprudence européenne et l'Etat de droit mais il y a aussi l'identité constitutionnelle des peuples. Dans l'Etat de droit, l'identité constitutionnelle des peuples est importante et elle peut être opposée à une jurisprudence européenne", estime la candidate LR. Mise face à la situation de la Pologne sanctionnée par la Commission européenne pour le non-respect du droit européen, Valérie Pécresse trouve encore à répondre : "Il y a la question juridique "est-ce qu'on peut opposer son identité constitutionnelle à la jurisprudence européenne ?" et il y a la question politique "est-ce que l'identité constitutionnelle des Etats membres est contraire ou non aux valeurs de l'Europe ?" Je crois la Pologne contrevient au principe fondamentaux de l'UE, je considère que la France n'y contrevient pas.

Valérie Pécresse souhaite développer la filière de l'apprentissage

Chronique de campagne du 19 janvier. 16h21. Hier soir et pendant deux heures, la candidate de la droite a exposé les propositions fortes de son programme tout en répondant aux questions des Français dans l'émission politique de BFMTV, La France dans les yeux. L'exercice, inévitable en période de campagne, se poursuit aujourd'hui alors que Valérie Pécresse est en déplacement à Cahors dans le Lot. Si hier les thèmes abordés étaient variés, aujourd'hui l'accent est mis, entre autres, sur une filière de l'éducation : l'apprentissage. En bonne présidente de région et forte de cette expérience, Valérie Pécresse a fait part d'un premier vœux : "Je souhaite que les lycées professionnels soient confiés aux régions et que les régions, avec les chambres des métiers et les chambres de commerce, puissent faire l'orientation des jeunes dès le collège". La candidate en a profité pour démarquer sa politique de celle menée par Emmanuel Macron : "Je sais que le président de la République se targue d'avoir développé l'apprentissage mais la vérité c'est que c'est surtout de l'apprentissage post-bac. Or il faut commencer dès le pré-bac, dès le CAP."

Vouloir développer une filière est une chose, présenter les moyens envisagés pour le faire en est une autre. Ceux qu'a évoqué les candidate de la droite s'apparente à des mesures d'incitation à l'embauche d'apprentis à l'égard des professionnels et chefs d'entreprise. "J'enlèverai toutes les charges patronales pour les entreprises de moins de 10 salariés qui prendront des apprentis, dans tous les domaines", a déclaré la politique. Sans donner d'autres détails sur les mesures envisagées, Valérie Pécresse conclu : " "L'idée c'est que cette filière exceptionnelle de réussite soit encore encouragée."

La séquence de la prise de parole de Valérie Pécresse sur l'affaire Bourdin postée sur son compte Twitter

Vidéo. Alors que Valérie Pécresse est l'invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV ce mardi, la candidate à la présidentielle des Républicains a souhaité débuter l'émission par une prise de parole sur l'enquête pour agression sexuelle ouverte à l'encontre de Jean-Jacques Bourdin, le présentateur de l'émission. Rappelant son combat contre le harcèlement sexuel et les violences faites aux femmes, Valérie Pécresse a posté sur son compte Twitter la séquence de l'émission.

Valérie Pécresse s'exprime sur l'enquête ouverte à l'encontre de Jean-Jacques Bourdin

Invitée de l'émission politique "La France dans les yeux" sur BFMTV, ce mardi, la candidate des Républicains à l'élection présidentielle, Valérie Pécresse, s'est expérimée au début de l'émission au sujet de l'enquête qui concerne Jean-Jacques Bourdin, l'animateur de l'émission. "Je me suis clairement posé la question de ma participation à cette émission ce soir à la suite de l'ouverture d'une enquête, par la justice, à la suite d'une plainte déposée contre monsieur Bourdin", a-t-elle indiqué, avant d'ajouter être venue par respect pour les Français. Elle a réaffirmé son attachement au combat contre le harcèlement sexuel et les violences faites aux femmes. "La loi du silence, c'est fini" avant de conclure que "Présidente, (elle) ne laisserai aucune femme avoir peur de porter plainte."

Une soirée pleine d'enjeu pour la candidate de la droite

Dans la course à l'Elysée, Valérie Pécresse occupe plutôt une place de challenger comme le confirme le sondage Elabe pour BFMTV publié ce mardi 18 janvier et dans lequel seuls 14% des sondés voient la candidate l'emporter, contre 48% pour Emmanuel Macron. Connue à droite, surtout dans la sphère politique francilienne, Valérie Pécresse doit se faire apprécier des Français après avoir chatouillé leur curiosité. L'enjeu de la candidate de la droite ce soir est de se démarquer, de mettre en avant des propositions qui parlent aux Français et répondent à leurs besoins quotidiens, tout cela dans l'objectif de convaincre plus largement les électeurs. Si la candidate pense vraiment être la seule à pouvoir battre le président sortant il faut qu'elle prouve qu'elle pourra faire mieux que lui.

Que pourrait dire Valérie Pécresse en introduction de l'émission ?

La candidate a expliqué a différentes reprises faire du combat contre les violences faites aux femmes une de ses priorités. Alors comment réagir face à au journaliste accusé d'agressions sexuelles ? Valérie Pécresse ne peut pas ignorer la présomption d'innocence et considérer Jean-Jacques Bourdin comme coupable sans que la justice ait tranché. La candidate ne devrait donc pas s'en prendre au journaliste dans ses propos. Toutefois, elle pourrait se montrer ferme, condamner plus généralement toutes les formes de violences susceptibles d'être perpétrées à l'encontre des femmes et apporter son soutien ou accorder du crédit aux témoignages des femmes supposées victimes d'agressions sexuelles.

Une femme anti-IVG à la tête du Parlement européen, la réaction de Valérie Pécresse

La politique maltaise Roberta Metsola a été nommée présidente du Parlement européen ce 18 janvier, une décision contestée par certains en raison du positionnement anti-avortement de la parlementaire. Valérie Pécresse a préféré féliciter la nomination d'une femme a occupé ce poste, la troisième seulement depuis l'accession de Simone Vieil à la tête du Parlement européen, sans se prononcer sur la pensée anti-IVG de Roberta Metsola. "Je travaillerai main dans la main avec elle pour une Europe démocratique prenant en compte les aspirations des nations et des citoyens", a poursuivi la candidate de la droite à l'élection présidentielle dans un tweet. Le message a déjà suscité de vives réactions des internautes.

Face à face entre les Français et Valérie Pécresse

Qui sont les Français qui feront face à la candidate de la droite ce soir ? La plupart viennent de Corrèze, lieu où l'émission est enregistrée, ils arrivent plus généralement de la région et présentent le profil du "Français moyen". Valérie Pécresse va donc répondre aux questions et aux attentes des Français "qui travaillent, de ceux qui ont des difficultés pour boucler les fins de mois, de ceux qui ont des difficultés dans sa carrière professionnelle, de ceux qui ont des difficultés pour élever ses enfants, de ceux qui s'interrogent sur la situation sanitaire, de ceux qui s'interrogent sur la vie de la nation, du Français qui ne sait pas pour qui il va voter ou de celui qui sait pour qui il va voter", a énuméré Jean-Jacques Bourdin depuis son duplex à Uzerche.

Pourquoi Valérie Pécresse n'annule pas l'émission ?

Le nouveau rendez-vous politique de BFMTV est une occasion en or pour les candidats invités, à commencer par Valérie Pécresse qui inaugure l'émission. Face à 80 Français prêts à la questionner sur son programme présidentiel, la candidate de la droite pourra défendre ses idées et son projet mais aussi améliorer son image politique et convaincre de nouveaux électeurs. L'émission prend finalement les traits d'un meeting rassemblant des électeurs de tous les horizons, la chance est trop belle pour la laisser passer et c'est certainement une des raisons qui poussent Valérie Pécresse à maintenir sa venue, malgré les accusations qui portent sur Jean-Jacques Bourdin.

Valérie Pécresse conditionne sa venue à un propos introductif

Valérie Pécresse est la première invitée de l'émission politique de BFMTV, La France dans les yeux, ce soir à20h50. Le journaliste Jean-Jacques Bourdin animera l'émission conformément au choix de la chaine de "maintenir l'émission et son interviewer au nom de la présomption d'innocence". Face à cette décision, la candidate de la droite à conditionner sa venue à un propos introductif autour de la polémique et de l'enquête qui entoure l'animateur, selon une information du Figaro. Pour rappel, Jean-Jacques Bourdin a été accusé d'agression sexuelle par une ancienne journaliste de BFMTV et le parquet de Paris a ouvert une enquête contre le journaliste.

En savoir plus

Quand Valérie Pécresse s'est-elle déclarée candidate à la présidentielle ?

Valérie Pécresse a annoncé sa candidature en juillet 2021 dans un entretien accordé au Figaro. "Je suis candidate à la présidence de la République pour restaurer la fierté française", a-t-elle expliqué en précisant se présenter aux élections en candidate et en "femme libre". Un clin d'oeil au parti Soyons Libres qu'elle a fondé en 2017 après avoir tourné la page des Républicains. Pourtant la première étape de sa campagne a été la primaire de la droite organisée par Les Républicains et dont elle est sortie victorieuse.

Quel a été le résultat de Valérie Pécresse à la primaire de la droite ?

Valérie Pécresse est sortie victorieuse de la primaire de la droite après avoir disputé le second tour contre le député des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti. En acceptant de participer à cet évènement la candidate de Soyons Libres a permis une réconciliation avec son ancien parti politique.

Quel est le programme de Valérie Pécresse ?

Valérie Pécresse veut, selon ses propres propos, "remettre le pays en ordre" et "restaurer la fierté française" à travers une réforme du système politique. La candidate a rendu public son projet présidentiel sur son site de campagne et elle défend ses propositions fortes auprès des Français lors de ses déplacements. Son poste de présidente du conseil régional d’Île-de-France met en avant de grands axes à exploiter, cela vaut pour l’investissement massif de fonds publics dans le secteur de la santé, ainsi que dans la formation et l’insertion des jeunes.

  • Sur l'immigration, un thème fort de la campagne de la candidate de droite, elle affirme vouloir dire "stop" et réguler fortement les flux migratoires grâce à un projet de loi constitutionnelle déjà rédigé. Ce projet compte la mise en place de "quotas d'accueil par métier et par pays" votés chaque année ou encore la "suspension de la délivrance de nouveaux visas d'entrée aux ressortissants de pays [...] qui refusent le retour de leurs ressortissants clandestins". En même temps la candidate assure "renforcer l'intégration".
  • Pour le pouvoir d'achat, la candidate a indiqué qu'elle "défiscaliserait complètement toutes les heures supplémentaires sans restriction ni plafond et permettrait également de convertir les RTT en salaire, sans limite ni charges patronales." De manière générale sur les sujets économiques et le travail, Valérie Pécresse prône une économie libérale et surtout libérée de la bureaucratie.
  • Quant à la transition écologique, la candidate souhaite atteindre la neutralité carbone d'ici 2050 et mise sur les énergies non-carbonées dont le nucléaire avec le relancement des centrales existantes et le lancement de 6 EPR. Les énergies renouvelables sont aussi inclues dans le projet notamment l'hydrogène vert.
  • En matière de santé, elle met l'accent sur la lutte contre la désertification médicale et la volonté de "donner un nouveau souffle à l'hôpital" avec le recrutement de 25 000 soignants en 5 ans dans l'hôpital public ou encore la revalorisation des carrières du monde médical.
  • La candidate a affirmé que la lutte contre les violences faites aux femmes était un combat personnel qu'elle plaçait au premier plan. "La lois du silence, c'est fini", avait-elle même lancé le 18 janvier en introduction de l'émission La France dans les yeux face à Jean-Jacques Bourdin.

Quels sont les résultats des sondages pour Valérie Pécresse ?

Valérie Pécresse se dispute la seconde place avec la candidate du Rassemblement nationale, Marine Le Pen. Les deux prétendantes à l'Elysée sont données à égalité ou à quelques petits points d'écart par tous les sondages. L'hypothèse d'un duel de la candidate des Républicains face à Emmanuel Macron n'est donc ni exclue, ni garantie.

Quel résultat de Valérie Pécresse à la Présidentielle 2022 ?

Si avant d'obtenir l'investiture LR, Valérie Pécresse oscillait entre 8 et 11% dans les sondages sur le premier tour de la présidentielle, son statut de candidate de la droite l'a faite changer de dimension. Immédiatement donnée au coude-à-coude avec Marine Le Pen, elle serait même en mesure de se hisser au second tour avec 20% des voix et pourrait battre Emmanuel Macron, même si le match s'annonce très serré.

La campagne de Valérie Pécresse sur Twitter

Biographie de Valérie Pécresse

Valérie Pécresse est née le 14 juillet 1967, à Neuilly-sur-Seine. Dès le début de sa carrière, elle enchaîne les postes à responsabilité. Conseillère de Jacques Chirac, maître des requêtes du Conseil d’Etat… Suite à sa victoire aux élections législatives de 2002, elle est également députée. La carrière politique de Valérie Pécresse a connu un tournant le 18 décembre 2015 lorsqu’elle est élue présidente du conseil régional d’Île-de-France. Elle succède ainsi à Jean-Paul Huchon et voit sa notoriété croître. En 2018, elle devient également présidente du Grand Paris Aménagement. Parmi les projets notables qu’elle a soutenus, on peut évoquer l’aménagement francilien du RER vélo en 2020. Le 2 juillet 2021, elle décroche un nouveau mandat pour les mêmes fonctions. Avant de devenir présidente du conseil régional d’Île-de-France, elle occupe le poste de ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Elle fonde son propre parti, Soyons Libres, en 2017.

Election présidentielle