Salaire du président de la République : combien gagne-t-il exactement ?

"Salaire du président de la République : combien gagne-t-il exactement ?"

Salaire du président de la République : combien gagne-t-il exactement ? SALAIRE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Ce dimanche 24 avril a lieu le second tour de l'élection présidentielle. En pleine période électorale ces dernières semaines, beaucoup se sont questionnés sur le revenu du chef de l'État. Entre idées reçues et véritables avantages, Linternaute fait le point sur le salaire perçu par le président de la République.

Alors que nous découvrons ce soir à 20h les résultats de la présidentielle et le nom de notre futur(e) président(e) pour les cinq années à venir, Linternaute a trouvé utile de répondre à une question phare : combien gagne le président de la République ? Le sujet est toujours l'occasion de nombreux débats dans la vie politique française. Mais aussi de fantasmes, certains extrapolant parfois les avantages du chef de l'Etat. Du Général Charles-de-Gaulle à Emmanuel Macron en passant par François Mitterand, les présidents de la Ve République touchent bien une rémunération à chaque fin de mois, à l'image d'un employé moyen (mais avec une rémunération relativement confortable). Contrairement à certains pays où aucune réponse officielle n'est donnée, le salaire du président français, lui, est public.  

Le salaire du président de la République

L'information est accessible à toutes et à tous. Emmanuel Macron, le président sortant, a perçu, en 2021, 15 203,81 euros bruts par mois comprenant une indemnité de base (11 808,78 €), une indemnité de résidence (354,26 €) et une indemnité de fonction qui, elle, n'est pas soumise à l'impôt sur le revenu (3 040,76 €). Ce qui fait un salaire annuel de 182 400 euros (162 000 euros net).

Puisque cette information est publique en France, le président peut y répondre à tout moment. La question lui avait été posée par une écolière marseillaise, le 2 septembre 2021. Sous les rires des autres enfants, le chef de l'État avait répondu qu'il était payé comme président de la République, avant le prélèvement à la source, environ 13 500 € , et de détailler qu'il restait 8 500 € après le prélèvement de l'impôt. 

L'évolution de la rémunération des chefs d'État en France 

Les rémunérations perçues par les prédécesseurs d'Emmanuel Macron ont évolué au gré des présidents. En 2007, Nicolas Sarkozy avait augmenté la rémunération présidentielle pour l'aligner sur celle du Premier ministre qui, en France, gagne plus que le président : 21 300 euros brut, soit 16 614 nets.

En adéquation avec l'une de ses promesses de campagne, François Hollande avait décidé par décret, dès l'été 2012, de baisser de 30 % les salaires des ministres, du Premier ministre et du président de la République. Le décret publié au Journal officiel le 24 août 2012 a acté la baisse de la rémunération des membres du gouvernement, qui était alors passé de 21 300 euros bruts par mois pour le président de la République et le Premier ministre à 14 910 euros.

Lors de son élection en 2017, Emmanuel Macron a décidé de se contenter de cette rémunération, tout en renonçant également à siéger au Conseil constitutionnel. Un rôle qui aurait pu lui rapporter une indemnité mensuelle de 13 500 euros après son départ de l'Élysée. Les résultats de ce soir, 20h, nous indiqueront si son successeur (ou lui-même) décidera de conserver ce salaire.

À noter que le cumul des revenus est impossible. Les éléments de rémunération du président de la République sont exclusifs de tout autre traitement, pension, prime ou indemnité, hormis celles à caractère familial. 

Une retraite confortable

Les deux anciens présidents de la République, Nicolas Sarkozy et François Hollande, profitent depuis leur départ du palais de l'Élysée d'avantages matériels et humains à vie pris en charge par l'État. Un ancien président touche une retraite équivalente à celle d'un conseiller d'État ordinaire, soit 6 220 euros bruts mensuels, qui s'ajoutent aux éventuels salaires et pensions auxquels il a droit pour ses activités professionnelles autres que la présidence. S'il décide de siéger au Conseil constitutionnel, comme il en a le droit, il touche en plus 13 500 euros par mois. Aucun des deux anciens présidents n'est présent dans cette institution chargée de veiller au respect des droits et libertés. Ce soir à 20h, nous saurons si Emmanuel Macron deviendra un ancien président, auquel cas il jouira des mêmes avantages que ses prédécesseurs. Nous découvrirons également s'il décide de siéger au Conseil Constitutionnel, sachant qu'il ne l'a pas fait durant sa présidence. 

Election présidentielle