Parcoursup 2019 : les premières infos de la nouvelle session

Parcoursup 2019 : les premières infos de la nouvelle session PARCOURSUP 2019 - Alors que la dernière session d'admission post-bac sur la plateforme Parcoursup s'est achevée le 21 septembre dernier, voici les premières infos sur Parcoursup 2019...

[Mis à jour le 5 novembre 2018 à 9h02] Alors que la dernière session d'orientation post-bac sur la plateforme Parcoursup avait débuté le 15 janvier dernier pour s'achever le 21 septembre, on doit connaître le calendrier détaillé de Parcoursup 2019 "dans le courant du mois de novembre", précise le site officiel dédié. En attendant, les futurs candidats peuvent d'ores et déjà consulter des conseils et informations utiles à leur projet d'orientation et à leur prise en main de Parcoursup via l'interface du site. Les "attendus" de chacune des formations proposées, ou "connaissances et compétences nécessaires pour réussir" sont aussi consultables sur le site via son moteur de recherche depuis le 23 octobre.

La nouvelle plateforme d'admission post-bac, qui remplace la tant décriée APB cette année, a concerné près de 800 000 élèves pour sa première édition en 2018. Le site de Parcoursup proposait pour cette première mouture pas moins de 12 000 formations. En parallèle des débuts de Parcoursup, des voix se sont rapidement élevées pour dénoncer la banalisation de la sélection à l'université (voir plus bas). Découvrez les détails clés de la procédure Parcoursup dans cette page spéciale.

En guise d'améliorations pour Parcoursup 2019, voici ce que propose la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal :

Ce qui change entre APB et Parcoursup

Le maximum de voeux à inscrire n'est plus de 24 mais de 10. Il n'est plus nécessaire de les classer par ordre de préférence. Le lycéen n'est plus obligé non plus d'ajouter dans sa liste une filière non-sélective possédant un grand nombre de places disponibles (les fameuses "pastilles vertes" sur APB).

La nouveauté du "Oui si" a pour objectif de faire disparaître le tirage au sort qui avait lieu avec APB quand le nombre de candidats à une filière dépassait le nombre de places disponible. Le but associé ? Diminuer le taux d'échec en 1ère année. Le "Oui si" signifie que le candidat Parcoursup doit obligatoirement s'engager dans "un parcours personnalisé". Le contenu de ce parcours dépend ensuite des établissements, et devra être défini au niveau des universités, précise l'AFP.
"Les procédures de remise à niveau ne seront peut-être pas toutes précisées mi-janvier mais des informations de base seront données au candidat pour qu'il sache s'il se dirige plutôt vers une année de remise à niveau ou vers des modules de cours complémentaires", précise ainsi le ministère. Et si le jeune refuse ? Il sera alors exclu d'office de la filière.

Mais quel système remplace dorénavant l'algorithme tant décrié d'APB, avec sa manière de tirer au sort les candidats dans les cursus saturés ? Désormais, des critères définis par les universités elles-mêmes doivent permettre d'établir une sélection à partir de ce qui est attendu en début de cursus, et ce quelle que soit la formation demandée. De quoi classer les candidatures dans le logiciel. Avec APB, c'est l'ordre des voeux qui dictait l'affectation des élèves (les lycéens ayant désigné une formation en "voeu n°1" avaient d'autant plus de chances de l'obtenir).
Désormais, c'est le profil du postulant qui donne le la. Les meilleurs dossiers sont assurés d'être admis en priorité. Et la lourde tâche des universités quand il s'agit de déterminer ce qu'est un "bon dossier" s'est semble-t-il faite dans la précipitation. "En un jour, on est censés établir des critères transparents pour les familles. C'est tout simplement infaisable", déplore ainsi à Amiens Annabelle Allouch, spécialiste des classements scolaires et maître de conférence.

Parcoursup et ses détracteurs

Tout comme l'ancienne procédure d'admission "APB", abrogée en 2017 car jugée opaque et stressante, Parcoursup est vivement critiquée. "Le nouveau système a quand même permis de classer les élèves selon leurs dossiers scolaires plutôt que de tirer au sort les admis dans certaines filières, ce n'est pas négligeable", défend le président de l'université de Cergy-Pontoise et membre de la CPU, François Germinet, dans les colonnes du Parisien.

Bilan de Parcoursup

Les admissions de cette année via Parcoursup ont été clôturées le 21 septembre dernier. Lors d'une conférence de presse, la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal s'est exprimée sur les "chiffres Parcoursup 2018" : 27 000 étudiants supplémentaires ayant dit "oui" à une proposition d'admission par rapport à 2017 avec le système APB (ancienne version de Parcoursup, qui utilisait le tirage au sort) ; davantage de boursiers au sein des formations, notamment dans les CPGE (Classes préparatoires aux grandes écoles) ; et 955 lycéens seulement ayant dû être aidés par les commissions rectorales pour pouvoir recevoir une proposition d'admission, versus 3 279 lycéens sans affectation avec APB en 2017. Le hic : ces chiffres ne mentionnent pas clairement les élèves qui ont quitté en cours de route la fameuse plateforme (environ 15% des formations se trouvent notamment hors Parcoursup).

Parcoursup 2019

Quelles sont les dates à retenir pour ne louper aucune étape de la procédure d'orientation dans l'enseignement supérieur Parcoursup ? Voici les 3 étapes de l'an passé pour les premiers lycéens à tester le nouveau système d'orientation post-bac, dont la plateforme avait ouvert le 15 janvier, en dates clés (le calendrier Parcoursup 2019 sera dévoilé courant novembre) :

  • Janvier à mars 2018 : les voeux - Cette étape débute le lundi 15 janvier, à l'ouverture de la plateforme d'admission. Les élèves prennent alors connaissance de son fonctionnement via des tutoriels, ainsi que des infos sur les différentes offres de filières (contenu, débouchés, taux de réussite...).
    Puis du lundi 22 janvier au mardi 13 mars, les lycéens entrent leurs voeux sur la plateforme Parcoursup. Ils disposent d'une limite de 10 voeux en terme de projet, et n'ont pas besoin de les classer par ordre. 
    Du mercredi 14 mars au samedi 31 mars, le 2e conseil de classe de l'année a lieu. Il a pour rôle d'examiner les voeux des lycéens. Chaque voeu est transposé dans une fiche Avenir, annotée par les professeurs et sur laquelle le chef d'établissement appose son avis.
  • Mai à septembre 2018 : la réception et l'acceptation des propositions - Cette étape commence fin mai. Les lycéens récoltent alors les réponses concernant leurs voeux, au fur et à mesure, et "peuvent dialoguer avec les établissements d'enseignement supérieur", précise le site du ministère de l'Education. A partir du moment où il reçoit deux réponses positives, le futur étudiant doit faire un choix entre les deux, mais ne renonce pas pour autant à ses voeux en suspens.
    Mi-juin, la procédure Parcoursup s'interrompt pendant les épreuves du baccalauréat
    L'été, c'est le temps de l'inscription dans l'établissement finalement choisi.
  • Juin à septembre 2018 : la procédure complémentaire - Elle s'ouvre fin juin, dès la fin des épreuves du bac 2018.
    Puis, après les résultats du baccalauréat, une commission est chargée de proposer aux bacheliers n'ayant obtenu aucune réponse positive une affectation dans l'enseignement supérieur, sous la houlette du recteur.
    En septembre, c'est la fin des affectations. Objectif affiché du ministère de l'Education : qu'à ce moment-là, "tous les bacheliers qui le souhaitent" soient inscrits.

Inscription Parcoursup

L'inscription à Parcoursup a débuté le 15 janvier 2018. A partir du 22 janvier, les élèves concernés peuvent commencer à lister leurs souhaits d'orientation. Le nombre maximal de voeux ? 10. Mais des "sous-voeux" seront également possibles ; le total d'établissements à ne pas dépasser dans sa liste étant de 20. Un élève peut candidater à une seule filière, mais à ses risques et périls. La date limite à retenir pour l'inscription de ses voeux est le mardi 13 mars. Quelques mois à peine avant les épreuves du baccalauréat 2018.

Site Parcoursup

Le site Parcoursup.fr, dont l'interface est accessible ici, a ouvert le 15 janvier 2018. Mais comment fonctionne la nouvelle plate-forme d'orientation post-bac ? Il s'agit d'y entrer ses voeux. 10 voeux de filières par élèves, contre 24 avec APB (en tout cas pour la dernière version Parcoursup en date), mais au final 20 possibilités : un futur bachelier peut par exemple demander une prépa littéraire et lister en sous-voeux plusieurs lycées accueillant des prépas de ce type - même si c'est loin de chez lui. De même, un élève qui souhaite faire des études d'informatique pourra inscrire en sous-voeux un IUT + un BTS + une licence, le tout ne comptant que comme un seul voeu au final.

Les réponses sont reçues au fil de l'eau dès le mois de mai. "Notre objectif est que 70 % des réponses tombent avant les épreuves écrites du baccalauréat", a communiqué le ministère de l'Enseignement supérieur lors de la précédente édition. Le processus redémarre toutefois après les épreuves du bac, avec une phase complémentaire qui a débuté le 26 juin la dernière fois.

Voeux Parcoursup

Lors de la précédente édition de Parcoursup : dans leur liste de maximum 10 voeux, sans ordre de préférence et sans obligation d'ajouter une filière non-sélectives (les "pastilles vertes" du système APB), les candidats Parcoursup doivent exposer leur motivation pour chacun des voeux inscrits. Ils ont pour cela de mi-janvier à mi-mars. Une fiche "avenir" est aussi envoyées aux universités visées, contenant les notes du jeune (en première et terminale), mais aussi l'avis du conseil de classe ou encore les évaluations d'autres compétences par les professeurs...
Les lycéens ont la possibilité de postuler hors académie : "quelques places [sont] réservées dans les filières non sélectives d'une université pour les candidats venant d'une autre académie", précise l'AFP. Si l'élève choisit de limiter ses candidatures à des filières sélectives ou à des facs se situant hors de son académie, il risque de rester sans proposition et reçoit une série de messages de la plateforme Parcoursup pour l'en informer.

Le candidat a une possibilité supplémentaire dans sa besace : celle de formuler des "voeux multiples", qui sont eux limités à 20 au maximum. Ex : une licence d'informatique demandée pour l'ensemble des universités de l'académie, avec plus de chances pour l'élève d'obtenir la formation se trouvant dans la filière de son choix.

Réponses Parcoursup

L'étape tant attendue des réponses Parcoursup envoyées par les formations s'est déroulé comme suit lors de la précédente session Parcoursup, à partir du mois de mai : le candidat reçoit d'abord une alerte. Cela veut dire qu'il a une ou des réponses. Les réponses se déclinent en "oui", "oui si", ou "en attente" pour ce qui est des filières non sélectives (les licences générales). Un "non" peut uniquement être émis par des filières sélectives (prépas, IUT, BTS...).

Quand le nombre de demandes dépasse le nombre de places, soit dans les "filières en tension", les universités privilégient a priori les candidatures collant le plus à la formation proposée, en terme de compétences comme d'acquis ou de projets.

Les candidats en attente ne savent pas tout de suite quel est leur rang dans la liste. "La question n'est pas tranchée mais ils le connaîtront sans doute un peu plus tard", indique alors le ministère.

A chaque fois qu'un candidat Parcoursup reçoit deux "oui" à des formations différentes, il a pour obligation de choisir l'une des deux sur le moment, afin d'éviter un engorgement du système. Mais ledit candidat conserve en parallèle ses voeux "en attente".

Enfin, à partir des premiers retours reçus, le lycéen a une semaine pour donner sa réponse, trois jours à compter du 26 juin et 24 heures à partir du 1er août. 

Quel rôle pour le recteur ?

Le recteur d'académie sert de "pivot central" au sein du système Parcoursup. Ainsi, c'est lui qui est chargé de fixer puis de contrôler les capacités d'accueil des universités. Il peut aussi proposer des formations "proches de leurs voeux" aux candidats qui n'ont encore été pris nulle part. Selon le ministère, les recteurs d'académie sont mobilisés à partir du mois de mai, et ont pour mission ultime de "trouver une place à tout le monde".

Voir aussi : le dernier classement des universités, le dernier classement des lycées, et notre page spéciale brevet.

Article le plus lu - Gilets jaunes : encore des blocages en France › Voir les actualités

Annonces Google