Présidentielle américaine : mode d'emploi Les Etats stratégiques

Le nombre de grands électeurs dépend, pour chaque Etat, de sa population. Les Etats les plus peuplés sont donc stratégiques. Mais les plus intéressants, pour un candidat, sont surtout les Etats indécis, qui peuvent faire basculer l'élection. 

La Californie, avec 38,5 millions d'habitants et 55 grands électeurs, est l'Etat qui pèse le plus lourd. Si elle a longtemps été plutôt favorable aux Républicains (les présidents Ronald Reagan et Richard Nixon en sont deux grandes figures), la Californie vote, depuis 1992, pour le candidat démocrate.

Le Texas, deuxième Etat le plus peuplé des Etats-Unis avec 22,5 millions d'habitants, élit 38 grands électeurs. Historiquement démocrate, le Texas, fief de la famille Bush, est depuis une vingtaine d'année largement gagné à la cause républicaine. En 2012 encore, l'Etat a très largement voté pour le candidat républicain.

L'Etat de New York, avec 19 millions d'habitants, peut compter sur 29 grands électeurs. Traditionnellement démocrate.

La Pennsylvanie. Cinquième état le plus peuplé des Etats-Unis, l'état de Pennsylvanie peut apporter 20 grands électeurs à l'un des deux candidats. Il est donc, par définition, très important. Considéré comme acquis aux démocrates.

Le Michigan. Avec ses 16 grands électeurs, le Michigan est un état des plus importants pour l'élection. En 2012 encore, cet Etat a largement voté en faveur de Barack Obama.

Les indécis

La Floride. Les 16 millions d'habitants de la Floride sont représentés par 29 grands électeurs. L'Etat n'avait voté qu'une seule fois pour un candidat démocrate depuis 1980 (Bill Clinton, 1996). Cependant, les élections de 2000 et de 2004 ont rappelé que la Floride pouvait facilement basculer d'un côté ou de l'autre. En 2008, c'est Barack Obama qui s'y est imposé, et de nouveau en 2012, mais de seulement quelques dizaines de milliers de voix.

L'Ohio. C'est l'Etat qui s'était retrouvé sous les projecteurs en 2004 après avoir fait basculer l'élection en faveur de George Bush. L'Ohio compte une vingtaine de délégués, ce qui fait chaque année de cet Etat une zone cruciale pour les équipes de campagne. En 2008, il a voté plus nettement en faveur de Barack Obama, tout comme en 2012.

La Caroline du Nord. La Caroline du Nord et ses 15 délégués ont voté pour George Bush en 2000 et 2004. Pourtant, Barack Obama a pu compter ici sur la forte communauté noire (21 % de la population) pour s'imposer en 2008. En revanche, en 2012, c'est le vote républicain qui a été le plus important.

Le Wisconsin. Avec 10 grands électeurs, le Wisconsin peut peser sur l'élection. L'Etat, plutôt rural, avait voté pour Barack Obama en 2008 et 2012. Un vote démocrate suivi assidûment depuis la fin des années 1980.

La Virginie. Après 40 années de règne sans partage sur la Virginie, le Parti républicain a déposé les armes en 2008. La communauté noire représente 20 % de la population de cet Etat. La capitale, Washington, et ses banlieues ont très vite été acquise à Barack Obama en 2008, mais l'écart s'est resserré en 2012.

Missouri. Le Missouri, représenté par 10 grands électeurs, a toujours été le reflet, ou presque, des votes au niveau national. Il faut dire qu'il compte autant de grandes villes que de zones rurales et que sa population, bigarrée, est un bon échantillon du peuple américain. L'Etat est donc stratégique du point de vue politique, même si les démocrates n'ont pas connu la victoire en 2008 ni en 2012.

L'Indiana. Malgré le très net avantage de George Bush en 2000 et 2004, Barack Obama l'a emporté en 2008 dans cet Etat où les démocrates ont concentré une majeure partie de leurs efforts. Dans cet Etat industriel, ils n'avaient pas gagné depuis 1964. La situation s'est inversée en 2012, avec la nette victoire du candidat républicain.

Le Colorado. L'immigration est un enjeu important dans cet Etat composé de près de 20 % d'Hispaniques, frustrés des lois anti-immigration des républicains. Les républicains étaient sortis vainqueurs en 2000 et 2004, mais c'est le démocrate Barack Obama qui s'est imposé en 2008 et de nouveau en 2012.

Le Nevada. C'est l'un des Etats où l'élection est la plus serrée depuis 2000. George Bush y a remporté ces deux combats électoraux de justesse en 2000 et 2004. Hispaniques, jeunes et écologistes ont fait basculer l'élection du côté démocrate en 2008. En 2012, c'est de nouveau le camp démocrate qui l'avait emporté.

L'Iowa. S'il ne compte plus que 6 grands électeurs, contre 8 dans les années 1980 (la faute à un déclin démographique important), l'Iowa peut être un état clé en cas de score serré car profondément indécis. Républicain jusque dans les années 1980, il est devenu démocrate jusqu'aux années 2000. En 2004, il avait nettement penché pour George W. Bush mais a fini par basculer massivement en direction de Barack Obama depuis 2008. 

Le New Hampshire. Etat peu influent numériquement, le New Hampshire, avec ses quatre grands électeurs pourrait, comme l'Iowa, faire la différence en cas de vote très serré. Traditionnellement plutôt tourné vers les démocrates, c'est cet état qui, pourtant, aurait provoqué la défaite d'Al Gore en 2000. En 2012, moins de 40 000 voix ont séparé les deux candidats. 

Elections américaines / Etats-Unis