Guerre en Ukraine : "se battre contre des civils plutôt que des soldats", nouvelle stratégie de la Russie ?

"Guerre en Ukraine : "se battre contre des civils plutôt que des soldats", nouvelle stratégie de la Russie ?"

Guerre en Ukraine : "se battre contre des civils plutôt que des soldats", nouvelle stratégie de la Russie ? GUERRE EN UKRAINE. Entre la nomination d'un commandant des opérations à la réputation sulfureuse et des frappes sur des villes épargnées, depuis quelques temps, par la guerre, la Russie semble vouloir changer son fusil d'épaule et semer la terreur sur les civils en Ukraine.

Des frappes tous azimuts, qu'importe les cibles et les victimes, nouvelle "stratégie" de la Russie en Ukraine ? C'est ce que croit Ihor Zhovkva, chef adjoint du bureau du président ukrainien Volodymyr Zelensky, ainsi qu'il l'a déclaré à la BBC, dans une interview diffusée mardi 11 octobre 2022. Selon le diplomate, l'armée de Vladimir Poutine prévoirait de "se battre contre des civils plutôt que contre des soldats." Une nouvelle escalade de plus dans un conflit dont le point d'orgue ne serait finalement pas l'annexion de quatre régions ukrainiennes par la Russie ? Il y a fort à parier que le conflit parte dans cette direction.

Les civils, cibles des frappes russes

Les craintes ont trouvé leur origine dans les représailles lancées par le Président russe après la frappe qui a touché le pont de Crimée. Nouvelle cible du belligérant : Kiev. Depuis plusieurs semaines, la principale ville ukrainienne était épargnée par la guerre. Mais le chef du Kremlin a décidé de frapper fort et de marquer à nouveau les esprits, lui dont l'armée est acculée sur le front. La capitale a été visée par des missiles, lundi, lesquels sont tombés en plein centre de la ville, à un carrefour particulièrement fréquenté, mais aussi près d'une université ou encore d'un jardin d'enfants. Au moins cinq personnes auraient été tuées. D'autres frappes ont également été perpétrées à travers le pays, dont le bilan fait état, au total, de 19 victimes civiles, et de plus d'une centaine de blessés.

Dans un communiqué, le ministère russe de la Défense n'a jamais fait mention de la capitale ni des cibles civiles : "Les forces armées russes ont mené aujourd'hui (lundi, ndlr) une attaque massive de haute précision et à longue portée contre les systèmes de commandement militaire, de communication et d'énergie de l'Ukraine. L'objectif de l'attaque a été atteint. Tous les objets désignés sont affectés." L'Ukraine a confirmé que certains de ses équipements avaient été touchés.

Un nouveau commandant russe sans états d'âme 

Cette offensive russe ne devrait pas rester sans lendemain. Dmitri Medvedev, numéro 2 du Conseil de sécurité de la Russie, a annoncé que ce n'était que le "premier épisode". Des propos qui interviennent au moment de la prise de fonctions du nouveau commandant en chef des opérations de la Russie en Ukraine, Sergueï Sourovikine. Ce dernier, qui a déjà connu de pareilles fonctions en Syrie, est notamment accusé d'avoir organisé un bombardement à l'aveugle de la ville d'Alep. "Il s'est illustré par une brutalité et une violation répétée des droits de l'homme, par des bombardements de zones résidentielles et d'infrastructures civiles", explique Dimitri Minic, docteur en histoire des relations internationales et chercheur au centre Russie/NEI de l'Ifri (Institut français des relations internationales) au Parisien.

L'homme est également impliqué dans la mort de trois manifestants russes, opposés au putsch pour destituer Mikhaïl Gorbatchev, en août 1991. ""Il est hautement symbolique que Sergueï Sourovikine, le seul officier qui a ordonné de tirer sur les révolutionnaires en août 1991 et qui a effectivement tué trois personnes, soit maintenant en charge de ce dernier effort pour restaurer l'Union soviétique", a déclaré sur Twitter, samedi, Grigory Yudin, politologue et sociologue russe. En Ukraine, le virage brutal pris par Vladimir Poutine envers les civils pourrait donc s'accentuer dans les jours et semaines à venir avec une telle nomination au commandement des opérations.

Ukraine