Xavier Bertrand : énorme désillusion, la présidentielle, c'est fini !

Xavier Bertrand : énorme désillusion, la présidentielle, c'est fini ! BERTRAND. Xavier Bertrand est écarté de la présidentielle 2022 : il ne se qualifie pas pour le 2e tour de la primaire LR, il n'aura donc pas l'investiture du parti Les Républicains.

L'essentiel
  • Ce mercredi 2 décembre, les résultats du premier tour de la primaire LR ont été communiqués vers 14h45. Xavier Bertrand, donné favori et se présentant depuis des semaines comme "le seul à pouvoir battre Emmanuel Macron" a été éliminé, il n'arrive qu'en 4e position. Les deux qualifiés sont Eric Ciotti et Valérie Pécresse. Michel Barnier est 3e et également éliminé.
  • Le candidat apparaissait pourtant comme celui en mesure de récolter le plus de voix au premier tour du vote élyséen en comparaison avec les autres prétendants à l'investiture.
  • Xavier Bertrand appelle à voter pour Valérie Pécresse au 2e tour de cette primaire LR.
En direct

Les résultats du premier tour de la primaire LR communiqués à 14h30

Les résultats du premier tour de la primaire LR communiqués à 14h30 - Xavier Bertrand - Présidentielle 2022 ©UGO AMEZ/SIPA

Le premier tour de la primaire fermée aux militants se clôt à 14h, impossible de voter ensuite, en vertu des règles fixées par le parti. C'est à 14h30 que sont annoncés les résultats, par le président du parti Les Républicains, Christian Jacob. Linternaute donne ici même les résultats obtenus par les candidats dès promulgation officielle. Xavier Bertrand espère être premier de ce premier tour, tout autre résultat serait une forme de désaveu : rappelons que certain d'être le meilleur candidat de la droite, il avait d'abord refusé de participer à un vote et appelé ses concurrents à se ranger derrière sa candidature. Le président des Hauts-de-France a changé d'avis et s'est rallié à ce mode de désignation, car une candidature à la présidentielle nécessite un financement important et un réseau de soutien que seul pouvait lui donner le parti Les Républicains. Mais Xavier Bertrand est très exposé : s'il n'est pas placé en tête, cela signifierait que les militants auront désapprouvé le message qu'il fait passé depuis des semaines, un autre candidat peut être davantage apprécié que lui. Réponse dans quelques minutes.

Xavier Bertrand déjà tourné vers une confrontation avec Emmanuel Macron

Xavier Bertrand déjà tourné vers une confrontation avec Emmanuel Macron - Xavier Bertrand - Présidentielle 2022 ©ISA HARSIN/SIPA

Chronique de campagne du 1er décembre. 16h15. Le dernier débat LR, qui s'est déroulé ce mardi 30 novembre, a été l'occasion pour Xavier Bertrand d'attaquer à de multiples reprises le président sortant. Lançant notamment : "Il vaut mieux redresser le pays plutôt que sa cote de popularité", il s'est montré particulièrement virulent à l'encontre de ce qui est, pour lui, "la politique de gouvernement de monsieur Macron", soit "vous avez un chèque, soyez content", affirme-t-il. La politique sur l'hôpital public menée par le gouvernement Macron a également été visée : l'ex-ministre de la Santé et des Solidarités sous Nicolas Sarkozy a notamment dénoncé la promesse du nombre de lits devant être créés mais n'ayant jamais vu le jour. Somme toute, ce débat a une constitué opportunité, pour le président des Hauts-de-France, de se poser déjà en seul adversaire d'Emmanuel Macron, posture assumée mais qui pourrait donner l'impression d'un candidat brûlant les étapes, le résultat du congrès LR n'étant pas encore tombé.

Dernier sondage : Xavier Bertrand crédité de 14% des intentions de vote

 
Si vous ne voyez pas l'image, cliquez ici

Chronique de campagne du 30 novembre. 14h50.Le dernier sondage, réalisé par Harris Interactive pour Challenges et publié mercredi 30 novembre, crédite Xavier Bertrand de 14% des intentions de vote. Il se placerait ainsi derrière Emmanuel Macron et Marine Le Pen, mais devant Eric Zemmour. Même s'il serait loin du second tour, il reste le candidat de la droite qui recueillerait le plus de suffrages, en comparaison avec une candidature de Valérie Pécresse ou Michel Barnier.

Candidat au congrès LR, il ne parvient pas à créer de dynamique de campagne sur son nom, au contraire d'Eric Zemmour, qui commence à s'imposer comme candidat sérieux au sein de la droite nationaliste et souverainiste. Le président des Hauts-de-France cite pourtant régulièrement les sondages pour affirmer qu'il est le mieux placé à droite pour pour porter les couleurs de son camp, jugeant "décisif" le "mouchoir de poche" qui le distingue de Valérie Pécresse donnée à un point ou deux derrière.

Xavier Bertrand espérait que les sondages puissent convaincre ses rivaux à droite de se ranger derrière lui et convaincre l'appareil du parti Les Républicains de ne pas organiser de vote interne des militants. Mais force est de constater que celui qui se présente en "3e homme" de cette présidentielle n'est pas parvenu à imposer sa candidature. Seul un sondage l'a donné jusque-là en capacité de se qualifier au 2e tour de l'élection. Il devra se plier aux règles du congrès LR le 4 décembre s'il veut l'investiture de sa famille politique pour cette élection présidentielle 2022. 

Xavier Bertrand se projette "sur le second tour de la présidentielle"

Xavier Bertrand se projette "sur le second tour de la présidentielle" - Xavier Bertrand - Présidentielle 2022 ©SYSPEO/SIPA

Chronique de campagne du 29 novembre. 18h32. Il voulait être le candidat naturel, il n'est finalement pas sûr de rafler la mise. Xavier Bertrand va devoir batailler jusqu'au bout avant le début du congrès LR afin de se démarquer de ses concurrents. S'il est, pour l'heure, le candidat de droite qui recueillerait le plus de suffrages au premier tour de la présidentielle (13%), il serait cependant loin d'accéder au second tour. Pourtant, le président des Hauts-de-France est convaincu de sa force. "Je connais les Français, je vis avec eux", lâche-t-il au Point. Héraut de "la République des territoires", il milite pour un Etat qui "doit s'occuper de beaucoup moins de choses [...] en laissant dans les territoires une marge d'adaptation des lois et règlements nationaux en fonction de leurs spécificités locales". Avec comme mesure phare une fusion des conseillers régionaux et départementaux en conseillers territoriaux. 

S'affichant comme celui qui tient tête à Emmanuel Macron devant les caméras le 20 novembre dernier concernant le devenir de l’aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord) en lui serrant la main durant trois minutes, Xavier Bertrand assure qu'il peut venir perturber le duel entre le chef de l'Etat et Marine Le Pen promis au second tour, notamment en raison de ses propositions sur le pouvoir d'achat : "plus aucun salarié à temps plein ne gagnera moins de 1500 euros. [...] Toutes les heures travaillées au-delà de la 35e heure seront exonérées d'impôt sur le revenu et de charges sociales". Mais la "montée en puissance très nette" de Xavier Bertrand selon le député Damien Abad se traduira-t-elle dans les résultats ? L'ancien ministre de la Santé jouera ses dernières cartes mardi soir lors de l'ultime débat sur France 2. Mais voit déjà plus loin, comme il le rapporte Le Parisien : "je me projette sur l’après-Congrès et même le second tour de la présidentielle".

Premier face-à-face entre les candidats à l'investiture LR ce lundi soir, Xavier Bertrand donné favori

Premier face-à-face entre les candidats à l'investiture LR ce lundi soir, Xavier Bertrand donné favori - Xavier Bertrand - Présidentielle 2022 ©UGO AMEZ/SIPA

Chronique de campagne du 8 novembre. 16h41. Xavier Betrand a rendez-vous sur LCI ce lundi 8 novembre à 20h45, où il fera face à Valérie Pécresse, Michel Barnier, Éric Ciotti et Philippe Juvin, dans un premier débat où le candidat devra se différencier des autres, sans pour autant ébranler l'unité du parti. A l'approche du jour J, le président du conseil régional des Hauts-de-France avait déclaré au Figaro : "Je dis à ceux qui s'attendent à une foire d'empoigne, qu'ils changent de chaîne lundi soir". Premier jour en tant que président de la République à décrire en une minute chronomètre en main, sécurité, pouvoir d'achat, économie, immigration, réparation d'une société fracturée, place de la France en Europe et dans le monde...les quatre aspirants au titre de candidat LR pour les élections présidentielles de 2022 se succéderont face à Ruth Elkrief et David Pujadas, pour tenter de convaincre les militants au parti de voter pour eux le 4 décembre prochain. Pour le moment, Xavier Bertrand est toujours favori selon plusieurs enquêtes d'opinion.

Le premier débat des quatre candidats briguant l'investiture LR est à retrouver dès 20h45 en direct sur notre page dédiée.

Comment Xavier Bertrand veut-il relancer l'industrie française ?

Comment Xavier Bertrand veut-il relancer l'industrie française ? - Xavier Bertrand - Présidentielle 2022 ©Jacques Witt/SIPA

Chronique de campagne du 22 octobre. 14h59. Invité ce vendredi 22 octobre sur France Bleu Belfort Montbéliard, Xavier Bertrand a réaffirmé son envie de "mettre le paquet sur l'industrie" suite à une question de Philippe Petitcolin, représentant syndicaliste de General Electric Belfort, qui lui avait demandé comment la France pouvait "reprendre sa place", après avoir "délocalisé les centres de décision, les profits, les brevets, maintenant les emplois". En réponse, le candidat au congrès LR a réaffirmé sa proposition de baisser les impôts de production, ceux "qu'on paye avant même de savoir si on va gagner de l'argent", selon lui. Le but ? Accélérer les délais d'implantation de sites industriels. Le président du conseil régional des Hauts-de-Seine a également assuré vouloir mettre l'accent sur la formation et le financement des projets de recherche. Afin d'illustrer son propos, il a cité l'exemple de la pénurie de semi-conducteurs, dont la production à l'étranger freine la reprise et la production de plusieurs industriels, notamment dans le secteur de l'automobile : ce phénomène est, pour lui, la conséquence des "erreurs du passé". Xavier Bertrand a également accusé les dirigeants français d'avoir négligé l'industrie au profit des services. Le candidat à l'investiture LR a enfin rappelé la confiance qu'il a envers la filière nucléaire, gage d'indépendance selon lui. Cette volonté de relancer l'industrie s'inscrit dans le souhait de "mettre au cœur de cette campagne la question du niveau de vie des Français".

Qu'est-ce que la prime au travail que veut mettre en place Xavier Bertrand s'il est élu ?

Qu'est-ce que la prime au travail que veut mettre en place Xavier Bertrand s'il est élu ?  - Xavier Bertrand - Présidentielle 2022 ©Jacques Witt/SIPA

Chronique de campagne du 22 octobre. 14h39. Xavier Bertrand était invité sur le plateau de Good Morning Business ce jeudi 21 octobre à l’occasion du Tour de France de la reprise, qui faisait alors étape à Lille. Il y a détaillé l’une des mesures phares de son programme électoral : la prime au travail. Son objectif ? Soutenir les personnes qui travaillent et qui touchent de faibles revenus, comme le fait la prime d’activité actuellement en vigueur. Pour Xavier Bertrand, il s’agit, avec ce complément de revenus qui s’adresserait également aux travailleurs indépendants, de faire en sorte que “plus aucun salarié à temps complet [ne] touch[e] moins de 1.500 euros net par mois”, d’ici fin 2022. Le président des Hauts-de-France souhaite substituer cette prime à l’actuelle prime d’activité, qui “touche plus de 4 millions de foyers” mais “ne marche pas bien”, avait-il affirmé le 30 septembre dernier lors du journal de 20 heures de France 2. Le dispositif de la prime au travail de Xavier Bertrand se différencie de celui de la prime d’activité sur plusieurs points. Concernant les travailleurs dont le salaire est inférieur ou égal à 2000 euros net par mois (contre 1798 euros net pour la prime d'activité), la prime sera individualisée et indépendante des revenus du foyer (qui sert de base de calcul à la prime d'activité, excluant certains ménages). “La prime au travail ne sera pas familialisée mais individualisée : on ne prendra donc pas en compte les revenus de tout le foyer mais celui de chaque travailleur pour déterminer son montant. Par exemple, un couple où chacun perçoit le Smic ne peut pas toucher la prime d’activité aujourd’hui car on considère qu’ils [le couple, ndlr] gagnent trop. Avec notre mesure, ils percevront cette prime au travail pour atteindre chacun jusqu’à 1.500 euros net par mois. Soit 242 euros net en plus par mois pour chaque personne composant le couple [le Smic s’élève actuellement à 1.258 euros net par mois, ndlr]”, détaille à Capital Franck Morel, ancien conseiller social du Premier ministre Edouard Philippe et ex-conseiller de Xavier Bertrand lorsqu’il était ministre du Travail, dont il a rejoint l’équipe de campagne. Grâce à cette individualisation, la prime au travail pourrait concerner "la moitié des salariés français et une grande partie des travailleurs indépendants", selon des propos tenus par Xavier Bertrand sur Sud Radio, ce mercredi 20 octobre. Elle sera également dégressive en fonction du revenu des bénéficiaires mais sera indépendante des heures supplémentaires, qui pourraient ponctuellement faire baisser la prime. Une augmentation de la charge de travail ne serait pas prise en compte dans son calcul. Enfin, pour éviter un effet de déperdition (ceux qui ont droit à une prime mais qui n'en font pas la demande), la prime à l'emploi sera automatiquement versée aux salariés sur leurs fiches de paie. L'Etat remboursera alors les entreprises. "Ça ne coûtera rien aux chefs d'entreprise", affirme également le Président des Hauts-de-France, puisque ce sera à l’Etat de débourser 5 milliards d'euros par an, qui viendraient s'ajouter aux 10 milliards de la prime d'activité.

Xavier Bertrand va finalement reprendre sa carte d'adhérent

Chronique de campagne du 15 octobre. 14h10. Il avait dit non à la primaire, non au Congrès et qu'il ne changerait pas d'avis. Il participera finalement à cette primaire fermée. Il avait indiqué qu'il ne reprendrait pas sa carté d'adhérent... Xavier Bertrand va finalement la reprendre. Selon les informations de plusieurs médias comme BFM TV et LCI, le président des Hauts-de-France va récupérer sa carte d'ici le 16 novembre prochain. Une décision qui fait suite à celle prise par Valérie Pécresse ce jeudi.

"Christian Jacob a précisé les choses, au nom de la cohérence et de la clarté, je prendrai part au vote et donc adhérerai de nouveau au parti. À partir du moment où j’accepte les règles du congrès, les choses sont claires. Ce qui ne m’empêchera pas de solliciter le soutien de l’UDI", a déclaré Xavier Bertrand au micro de BFM TV en réponse donc à la déclaration de Christian Jacob sur les réseaux. "Il n’y a pas l’obligation d’être adhérent LR pour concourir au congrès de désignation de notre candidat sinon celle de se reconnaître dans les valeurs de la droite et du centre. Mais je pense que la cohérence pour se présenter devant les militants est d’être soi-même adhérent à LR".

Xavier Bertrand ne reprendra pas sa carte aux Républicains

Lors de son échange avec des sénateurs Les Républicains mardi 12 octobre 2021, Xavier Bertrand a annoncé qu'il ne reprendrait pas sa carte au parti auquel il demande pourtant l'investiture en vue de la présidentielle, rapporte Public Sénat. "J’ai quitté mon parti, à l’époque je m’en suis expliqué. Je n’ai pas quitté ma famille politique, je n’ai jamais rejoint un autre parti, ni créé un autre parti. Et moi, je n’ai pas trahi non plus. Et ça c’est aussi quelque chose de très important", s'est-il justifié. Xavier Bertrand ne pourra donc pas prendre part au vote mais il espère bien représenter LR et obtenir surtout le financement nécessaire à la campagne.

Xavier Bertrand devant les sénateurs LR

Au lendemain de l'officialisation de sa participation au congrès LR, Xavier Bertrand s'est rendu au Sénat, mardi 12 octobre 2021, pour rencontrer les sénateurs de son ex-famille politique, auprès de laquelle il soumettra sa candidature en vue de la représenter à l'élection présidentielle. Le président des Hauts-de-France est venu pour "expliquer la stratégie de rassemblement qui est la mienne", indique-t-il à Public Sénat, se disant "convaincu que ce sont les solutions d'une droite républicaine et populaire qu'il faut pour le pays". Alors que des rumeurs laissaient penser à un cavalier seul de l'ancien maire de Saint-Quentin, ce dernier se défend de ce changement de position : "Je fais cavalier seul, on me le reproche. Je joue le rassemblement, on me le reproche. Faut choisir. Et bien moi j'ai choisi. C'est le rassemblement !"

Baisse d'audience sur TF1 pendant l'interview de Xavier Bertrand

Une politique à la télévision et le téléspectateur zappe ? Si le phénomène ne semble pas propre à sa personne, Xavier Bertrand a été boudé par une partie des habitués du JT de TF1 à 20 heures, lundi 11 octobre 2021. Alors que le président des Hauts-de-France avait choisi la première chaîne pour annoncer sa participation au congrès LR, 225 000 personnes ont changé de chaîne lorsqu'il a pris la parole, selon une mesure de l'audimat, audience répercutée sur le JT de France 2. Toutefois, TF1 a devancé sa concurrente avec 5,99 millions de téléspectateurs en moyenne (26,3% de part d'audience), contre 4,81 millions en moyenne sur France 2.

Le Congrès LR du 4 décembre : cinq candidats pour une tête d'affiche

À l'occasion du Congrès LR qui aura lieu le 4 décembre prochain, les adhérents du parti seront les seuls à pouvoir élire le candidat des Républicains qui les représentera à l'élection présidentielle de 2022. Cinq candidats s'opposeront pour briguer la course à l'Élysée : Xavier Bertrand, qui l'a annoncé ce lundi 11 octobre 2021 sur le plateau du JT de TF1, Valérie Pécresse, Éric Ciotti, Michel Barnier ou encore Philippe Juvin. 

Pour Julien Aubert, Xavier Bertrand "part avec un handicap et un avantage"

Julien Aubert s'est également exprimé après les déclarations de Xavier Bertrand au micro du JT de TF1. Le député LR du Vaucluse et président "d'Oser la France" rappelle dans l'émission de Natacha Polony sur BFMTV que Michel Barnier est le seul à être resté fidèle à sa famille politique alors que Xavier Bertrand et Valérie Pécresse s'en étaient éloignés assez clairement. Cependant, Julien Aubert estime que si le président de la région Hauts-de-France est dans une position défavorable auprès des militants LR en raison de son annonce tardive de participer au Congrès, il reste "le mieux placé" dans les sondages.

Philippe Juvin salue également la décision de Xavier Bertrand

Les réactions continuent de s'enchaîner. "C'est une sage décision", a réagi sur LCI Philippe Juvin, candidat au Congrès LR pour la présidentielle. Et le médecin anesthésiste-réanimateur de poursuivre : "Nous allons avoir des débats entre nous, et nous allons peut-être donner envie de droite. Nous allons faire des propositions aux Français. Et le 4 décembre, il y aura un seul candidat."

Christian Jacob : "Lorsque la droite est unie et rassemblée, elle gagne"

Après l'annonce faite par Xavier Bertrand au micro du JT de TF1 ce lundi 11 octobre 2021, les réactions n'en finissent pas de pleuvoir. Christian Jacob, le président des Républicains, s'est également exprimé sur Twitter et se "félicite" du changement de cap de Xavier Bertrand qui participera finalement au Congrès du 4 décembre prochain. Celui-ci désignera le candidat de la droite à la présidentielle. "Ce soir, la droite est rassemblée. En décembre, nos adhérents désigneront notre candidat à la présidentielle parmi des personnalités de talent", écrit Christian Jacob. Et de conclure : "Lorsque la droite est unie et rassemblée, elle gagne."

LIRE PLUS
En savoir plus

Bertrand candidat à la présidentielle 2022 

La candidature de Xavier Bertrand à l'élection présidentielle 2022 est prévue de longue date. Dès août 2020, il confiait à Corse Matin "se préparer" à l'échéance électorale. C'est finalement le 6 juillet 2021 qu'il a officialisé se présenter devant les électeurs, dans une interview sur TF1, ajoutant qu'il refuserait de participer à une primaire ouverte de la droite (lire plus bas). Alors que le parti a finalement validé l'organisation d'un congrès fermé, Xavier Bertrand s'y soumettra finalement afin d'obtenir l'investiture. Pourtant, cette décision intervient comme une surprise : "Il aimerait qu'on ne vote que sur un seul nom au congrès", avait glissé un cadre de LR au Parisien. L'élu de 56 ans se prenait alors à rêver d'un scénario similaire à 2006 où seul Nicolas Sarkozy était candidat à la première primaire, fermée, de l'UMP. Déjouant les pronostics, il a finalement annoncé lundi 11 octobre 2021 au micro du JT de TF1 qu'il participerait au Congrès LR, cette primaire réservée aux sympathisants LR qui aura lieu le 4 décembre prochain : "Oui, je participerai à ce congrès", a déclaré Xavier Bertrand avant d'expliquer la nécessité pour la droite de se rassembler en vue de gagner la présidentielle de 2022. Dans les sondages, il est pour l'instant le candidat le mieux placé de la droite incarnée par les Républicains.

Programme et idées de Xavier Bertrand

S'il est élu à l'Elysée, Xavier Bertrand assure que ce ne sera que pour un seul quinquennat. "Je suis candidat pour un mandat de cinq ans et c'est tout. Ce que vous ne lancez pas dans les 18 premiers mois, vous ne le lancez jamais", avait-il annoncé à Marseille début septembre, lors d'un déplacement évoqué par CNews. Et parmi les grands chantiers, l'accélération de la décentralisation, se disant porteur d'une "République des territoires". Il souhaite, entre autres, mettre en place un conseiller territorial unique, fusion des postes de conseillers départementaux et régionaux. 

Axe majeur de sa campagne, la sécurité est un thème cher à Xavier Bertrand. Dans ce domaine, il propose, comme le relais Le Point, la création de 20 000 places de prison, d'abaisser la majorité pénale à 15 ans ou encore de rétablir les courtes peines de prison et assure vouloir expulser "systématiquement" les délinquants étrangers en fin de peine. Et de proposer que les amendes pénales "soient saisies directement sur les salaires ou, le cas échéant, sur certaines prestations sociales, comme le RSA".

Partisan des référendums locaux, il prend également l'engagement, dans une interview à Paris Normandie, qu'il "n'y aura plus aucune fermeture de classe en milieu rural".

Dans une interview accordée au Figaro, jeudi 30 septembre, puis dans un entretien donné à France 2 ce même jour, dans le "20h22", Xavier Bertrand a évoqué la baisse du pouvoir d'achat des Français. Pour y remédier, le président des Hauts-de-France propose "trois décisions". La première : créer pour les Français qui gagnent moins de 2 000 euros par mois "une 'prime au travail' qui sera versée directement par l'employeur". Prime qui ne coûtera rien aux patrons et "ne dépendra plus de la composition familiale du foyer, mais des seuls revenus de la personne". Objectif affiché : aller plus loin que l'actuelle prime d'activité et tout faire pour qu'"aucun salarié à temps plein ne gagn[e], en France, moins de 1 500 euros net par mois".

Deuxième "décision" : "Que les heures travaillées au-delà des 35 heures rapportent plus aux salariés." Et de développer : "Concrètement, les heures travaillées au-delà de la 35e seront totalement défiscalisées et déchargées et l'entreprise bénéficiera, dès la 35e heure, d'un allégement de cotisations patronales de deux euros par heure." Enfin, en troisième proposition, le candidat à la présidentielle souhaite qu'"une entreprise qui fait des bénéfices [partage] la valeur créée grâce aussi à ses salariés". Au programme, prime facultative sans impôt ni charge, participation et autre intéressement... De quoi rappeler la désormais célèbre prime Macron ?

Parti politique de Xavier Bertrand

Encarté au RPR dès 1981 alors qu'il est âgé de 16 ans, Xavier Bertrand est resté fidèle au parti jusqu'en 2017, adhérant tour à tour à l'UMP puis aux Républicains. Mais en 2017, à l'issue d'une campagne présidentielle chaotique, Laurent Wauquiez est promu à la présidence du parti. Le jour de l'élection du nouveau patron, Xavier Bertrand quitte LR, reprochant au successeur de Nicolas Sarkozy de ne pas avoir clairement appelé à voter Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle. Depuis, c'est en candidat divers droite qu'il dirige la région Hauts-de-France. Mais il vise le soutien de son ex-famille politique.

Bertrand et la primaire de la droite

"J'ai toujours dit que ma primaire, c'étaient les élections régionales dans les Hauts-de-France", déclarait il y a quelques semaines Xavier Bertrand. C'est une position sur laquelle le président de la région Hauts-de-France a longtemps campé avant de changer d'avis lundi 11 octobre au micro du 20h de TF1. Selon lui, en étant rassemblés, "on [les Républicains] peut gagner". Dans cette même interview il a pourtant réaffirmé son opposition à une primaire ouverte, laquelle avait été abandonnée au profit d'une primaire interne qui prendra la forme d'un Congrès LR le 4 décembre prochain. À l'issue de celui-ci, les sympathisants LR investiront leur candidat pour l'élection présidentielle de 2022.

Résultats des sondages pour la présidentielle

Selon un dernier sondage réalisé par l’institut Ifop-Fiducial pour Sud Radio et publié lundi 11 octobre 2021, Xavier Bertrand arriverait en seconde position, avec 16% des suffrages, se positionnant à égalité avec Marine Le Pen et à 9 points d'Emmanuel Macron qui récolterait 25% au premier tour. Eric Zemmour, quant à lui, reste stable avec 14% des sondages pendant que les candidats de gauche peinent à atteindre les 10%. Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise) se situerait entre 7 et 8 % des suffrages, l’écologiste Yannick Jadot à 8 % et la socialiste Anne Hidalgo à 6 %.

Par ailleurs, si Xavier Bertrand est considéré par l'opinion comme l'homme qui représente le mieux "les valeurs de droite", cela ne concerne que 31% des sondés d'une enquête Elabe publiée le 29 septembre. En deuxième réponse, une personne sur quatre estime qu'aucun des candidats au congrès (Pécresse, Barnier, Ciotti, Juvin, Payre) n'incarne véritablement les valeurs de la droite.

Biographie courte de Xavier Bertrand

Né le 21 mars 1965 à Châlons-sur-Marne, Xavier Bertrand commence à militer pour le RPR dès l'âge de 16 ans. Après ses études de droit, il devient agent d'assurance tout en s'impliquant dans la politique. En 2002, il devient député dans la deuxième circonscription de l'Aisne. En 2004, il est secrétaire d'État de l'Assurance-maladie puis ministre de la Santé et des Solidarités.

Après avoir soutenu Nicolas Sarkozy dans sa campagne pour la présidentielle de 2007, Xavier Bertrand est nommé ministre du Travail, des Relations sociales et de la Solidarité dans le gouvernement de François Fillon. En 2010, il devient ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé et maire de la ville de Saint-Quentin.

Après l'élection de François Hollande à la présidence de la République en 2012, Xavier Bertrand a quitté son portefeuille ministériel, mais il a été réélu député de la 2e circonscription de l'Aisne. Ancien secrétaire général de l'UMP (2008-2010), il reste maire de Saint-Quentin. Lors des élections municipales de 2014, il est réélu dès le premier tour à la tête de la mairie avec 52,73% des voix.

Lors des élections régionales de 2015, il est propulsé candidat dans la nouvelle grande région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Il fait fasse à Marine Le Pen (FN) et Pierre de Saintignon (PS). Contre toute attente, le Front national arrive en tête du premier tour. Le parti socialiste décide alors de retirer son candidat pour contrer Marine Le Pen. Xavier Bertrand est finalement élu au second tour avec 57,77% des suffrages. Il prend ses fonction de président de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie en janvier 2016 et est réélu en juin 2021 avec 52,37% des suffrages.