Débat LR sur France 2 : Zemmour, Covid, immigration... Tous les temps forts

Débat LR sur France 2 : Zemmour, Covid, immigration... Tous les temps forts DEBAT LR. France 2 a organisé le dernier débat entre les candidats à la primaire LR mardi 30 novembre. Retrouvez les séquences les plus significatives de cette confrontation.

L'essentiel

Ce mardi 30 novembre, France 2 a organisé le dernier débat des candidats LR engagés dans la primaire fermée de la droite : Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Eric Ciotti, Michel Barnier et Philippe Juvin ont tenté de se démarquer. Voici dans ce fil d'actualité les moments forts de ce moment de confrontation.

En direct

30/11/21 - 23:41 - Le débat s'achève avec un propos de conclusion de chaque candidat

Exercice imposé un peu superficiel ; "une minute pour convaincre les adhérents LR", qui votent demain. "Avec moi vous choisirez une femme de conviction et d'action. Je porte un projet de franche rupture, de droite assumée. Nous ne sommes condamnés ni au désordre ni au déclin", avance Valérie Pécresse. "Je dis à tous ceux qui veulent éviter un duel Macron-Le Pen, votez pour moi. Si je gagne ce congrès, je gagnerai cette élection présidentielle", dit Xavier Bertrand. "Il y a tellement à faire, je serai à la hauteur, il faudra de l'autorité et de la ténacité. Je suis prêt", dit Michel Barnier. "Moi je veux que la France reste la France, qu'elle soit fière de son identité. [...] Je ne crois pas que nous gagnerons au centre, il faut que tous les électeurs de droite soient rassemblés", dit Eric Ciotti. "Moi ce qui me distingue c'est une attitude, moi je suis un homme mesurée, j'incarne une droite humaniste et libérale, et la droite des services publics", dit Eric Juvin.

30/11/21 - 23:33 - Temps fort de Michel Barnier sur l'international et l'UE

La droite est-elle encore attachée à l'UE et à la construction européenne ? Une question majeure qui ne trouve pas de réponse claire. Michel Barnier, sur le sujet, insiste sur la nécessité de pouvoir compter sur une Europe politique. "Si on imagine une grande table où se retrouvent tous les acteurs, il y a des gens solidement installés : le président Biden est là, le président chinois est là, le président russe, le Premier ministre indien. Nous, nous ne pouvons être présent que si nous sommes rassemblés en Union européenne parce que seul nous ne sommes pas assez fort et qu'on sera éjecté de la table. Je ne veux pas que la France soit spectatrice. [...] Je sais aussi ce qu'il faut changer à Bruxelles et comment le changer.

30/11/21 - 23:26 - Le port du voile abordé dans ce débat

Eric Ciotti s'offre une séquence identitaire sur le port du voile, en assurant que sous sa présidence, il sera interdit de prendre un bus en étant voilée - mesure en contradiction avec le principe de laïcité, principe fondamental de la République. "Nous sommes un pays laïc, nous sommes aussi un pays de tradition judéo-chrétienne et il faut conjuguer ces deux éléments. Et il ne faut pas que, depuis l'étranger, un mode de vie, une culture, une religion vienne nous faire changer ce que nous sommes. Il faudra définir les espaces de service public mais je suis pour que les usagers de service public soit astreints à une neutralité".

30/11/21 - 23:21 - Valérie Pécresse veut accorder moins de titres de séjour

"Je veux diviser par deux le nombre de titres de séjour de l'immigration légale et ce doit être fait, je l'assume, par type de pays et du donnant donnant", dit la présidente de l'Île-de-France. "Vous reprenez vos clandestins, vous aurez des visas et sinon vous n'en avez pas. Par exemple le Mali, où on donne des centaines de millions d'euros d'aide au développement".

30/11/21 - 23:16 - Michel Barnier et Philippe Juvin se rejoignent sur l'immigration et l'aide internationale

Michel Barnier indique qu'il est favorable à un moratoire sur l’immigration et à une limitation du regroupement familial. Et insiste sur la nécessité de développer un plan d'aide de grande ampleur à destination des pays africains. Philippe Juvin abonde : "Il faut un Schengen 2 avec uniquement des pays qui appliquent les mêmes règles que la France et tout faire pour "donner une chance aux Africains sur place de se construire un avenir".

30/11/21 - 23:01 - Xavier Bertrand durcit sa ligne sur l'immigration

Le président des Hauts-de-France se dit lui-aussi favorable à des conditions d'accès au territoire français plus strictes. "Quelqu'un qui vient en France devra parler français et disposer d'un passeport républicain, pas de casier judiciaire et qu'on s'engage à respecter les valeurs républicaines. Ça ne doit pas être la France qui s'adapte aux besoins de l'immigration mais l'immigration qui s'adapte aux besoins de la France".

30/11/21 - 23:01 - Eric Ciotti s'en donne à coeur joie sur le sujet de la naturalisation

La candidat le plus à droite de la soirée, Eric Ciotti, répète ce soir qu'il veut "abolir le droit du sol", une mesure toujours désapprouvée par sa famille politique en responsabilité. "Je ne veux pas qu'il se passe en métropole ce qu'il se passe à Mayotte où la population française n'est plus majoritaire. [...] La nationalité française se mérite. Être français ne doit pas être un hasard, c'est épouser notre culture et notre identité".

30/11/21 - 22:57 - "Expulsion systématique", clame Eric Ciotti pour les étrangers ayant commis un délit

"Je réclame le retour de la double peine", indique Eric Ciotti. "Lorsqu'on reçoit un titre de séjour, que la France vous fait l'honneur de vous accueillir et que vous commettez un crime ou même un délit, c'est la prison et l'avion, c'est l'expulsion systématique. Il faut mettre en place la peine plancher". Et d'ajouter cette formule répétée à chaque meeting : "Tu touches à un uniforme de la République, le soir même tu dors en prison". Philippe Juvin est favorable à ce que les délinquants étrangers réalisent leur peine de prison hors de France. "Les prisons y sont généralement moins confortables et ça aura un effet immédiat", dit-il.

30/11/21 - 22:50 - Valérie Pécresse favorable à des peines différentes selon les territoires

La présidente de l'Île-de-France assume que sous sa présidence, une grande réforme puisse aboutir à ce que des peines de justice soit plus fortes pour des faits effectués dans les quartiers défavorisés que dans des quartiers riches. "C'est totalement constitutionnel, on peut mettre en place des circonstances aggravantes. Il faut aussi des brigades coups de poing, avec le fisc et le soutien de l'armée pour sécuriser les zones", dit-elle. Michel Barnier prend de la hauteur, sans s'appesantir sur une mesure détaillée : "Il faut donner les moyens à la justice à travers d'une loi programmée sur cinq années. Pour que la justice fonctionne et sanctionne vite. Il va aussi falloir être implacable contre les trafiquants de drogue et les islamistes". Et d'ajouter : Pour parler de sécurité, il faut aussi parler de l'éducation, de l'emploi".

30/11/21 - 22:43 - Quelles mesures pour renforcer la sécurité des Français ?

Le débat passe désormais au sujet de la sécurité. "Il faudra changer la constitution et demander par référendum aux Français leur avis sur des peines minimum obligatoires en cas de récidive et quand on s'en prend physiquement à un policier, un gendarme, un pompier ou un maire", juge d'abord Xavier Bertrand, qui ajoute : "Je souhaite également que l'on mette la majorité pénale à 15 ans et qu'on construise 20 000 places de prison supplémentaires pour mettre fin à l'impunité".

30/11/21 - 22:34 - L'éolien et le nucléaire au centre du débat

"Je mettrai en suspens l'ensemble des projets éoliens et je relancerai le programme de reconstruction d'EPR car jamais ces satanées éoliennes ne remplaceront l'efficacité des centrales", indique Xavier Bertrand. Eric Ciotti abonde : "Les éoliennes ne remplaceront jamais l'énergie nucléaire". "Je ferai un moratoire sur les éolienne terrestres, on construit des éoliennes marines à distance de la côte et là où on ne les voit pas", dit Philippe Juvin, rejoint par Valérie Pécresse. "Il faudra aussi du renouvelable car on ne pourra pas faire sans le renouvelable. On peut diviser par deux l'éolien terrestre et on maintient l'éolien offshore très loin puisque ça ne gène personne". Michel Barnier indique qu'il est également d'accord de réévaluer chaque projet et ajoute un mot pour les agriculteurs, "les premiers écologistes qui en ont assez de toutes les leçons qu'ils reçoivent".

30/11/21 - 22:28 - Sur la suppression du nombre de fonctionnaires, accrochage entre Valérie Pécresse et Xavier Bertrand

"Moi, je supprimerai 200.000 postes, ça représente un départ sur trois à la retraite qui n'est pas remplacé. Je mettrai en place le 'comité de la hache'. Aujourd'hui c'est normal qu'il y est une agence du sport et un ministère des sports ? Du gaspillage il y en a.", dit la présidente de l'Ile-de-France. Michel Barnier faire remarquer sa différence sur ce point. "Je suis choqué, parce qu'on ne supprime pas des postes pour supprimer des postes, il faut que cela soit le résultat d'une politique, pas un objectif", dit-il ajoutant : "Derrière la suppression de ces postes, il y a des hommes et des femmes, il y a des familles".

30/11/21 - 22:19 - Valérie Pécresse veut diminuer les dépenses publiques

"On a 85 milliards de déficit de notre balance commerciale. Ça veut dire qu’aujourd’hui, le chèque d’Emmanuel Macron serve aux Français à acheter des téléphones coréens, des voitures allemandes et des voitures japonaises. Aujourd’hui, on importe les produits, en somme", dit Valérie Pécresse.

30/11/21 - 22:14 - Philippe Juvin ne veut pas passer le nombre de fonctionnaires

"J'assume, je ne veux pas baisser le nombre de fonctionnaires, j'assume d'être le candidat Les Républicains des services publics. Mais je vais rendre la fonction publique efficace, avec moins de postes d'administratif", dit Philippe Juvin. Auparavant, il a insisté sur la nécessité de rendre du pouvoir d'achat aux Français "en recréant de l'activité économique". "Il faut agir dès maintenant. D'abord, en abolissant la TVA qui s'applique sur les produits d'énergie, la TICPE. On enlève la TVA sur cette taxe, et on redonne six milliards d'euros aux Français".

30/11/21 - 22:06 - Xavier Bertrand s'oppose à Eric Ciotti sur les impôts

Eric Ciotti souhaite "un taux d’imposition unique à 15% pour toutes les personnes imposables, sauf pour celles qui gagnent un Smic par part fiscale". La fin de la dégressivité de l'impôt défendue par Eric Ciotti "n'est pas ma politique, parce que je souhaite qu'on mette fin aux injustices liées au travail", indique Xavier Bertrand, qui rappelle son intention d'augmenter les bas salaires notamment en mettant fin aux 35h et en augmentant la participation des salariés. "Vous retrouvez de l'espoir par le travail. Je réformerai l'assurance chômage pour qu'elle devienne une assurance de retour à l'emploi", ajoute-il.

LIRE PLUS

Débat LR sur France 2 : thématiques abordées

Le service public audiovisuel comptait se démarquer des précédents débats en consacrant davantage de temps à des sujets moins centrés sur le régalien. Il a bien été question de sécurité et d'immigration, mais aussi de santé, d'économie et de pouvoir d'achat, de relations internationales et de l'avenir de l'Union européenne.

Débat LR sur France 2 : à quelle heure ?

France 2 organisait ce débat en prime time à 21h, pour faire de cet événement politique un temps fort médiatique. Auparavant, ce sont les chaînes d'information en continu, en partenariat avec d'autres médias, qui avaient organisé les débats entre candidats LR (LCI, BFMTV puis CNews). Ce mardi 30 novembre, la diffusion du débat LR sur une grande chaîne hertzienne devrait attirer davantage de monde devant la télévision, mais force est de constater qu'un autre événement politique vient parasiter ce débat ; l'annonce de la candidature d'Eric Zemmour sur les réseaux sociaux et son interview au 20h de TF1.

Débat LR : que disent les sondages ?

Aucun sondage d'intentions de vote n'a été effectué sur cette primaire interne au parti Les Républicains, compte tenu du très faible nombre de personnes y participant, aucun panel ne peut s'avérer représentatif. Les différents instituts de sondage ont tout de même mis en évidence que Xavier Bertrand était toujours crédité de davantage de voix au premier tour de la présidentielle (aux alentours de 13-14%) que ces concurrents, sans apparaître en mesure toutefois de se qualifier au 2e tour de cette présidentielle 2022 (en savoir plus sur les sondages sur la présidentielle).