RTBF : des fuites sur les résultats des élections françaises

"RTBF : des fuites sur les résultats des élections françaises"

RTBF : des fuites sur les résultats des élections françaises Emmanuel Macron est annoncé gagnant du 2e tour de l'élection présidentielle ce dimanche 24 avril selon les premiers résultats publiés à 20 heures. Le président sortant obtient 58% des voix contre 42% après une journée marquée par des fuites sur de nombreux médias étrangers comme la RTBF.

Les résultats de la présidentielle près de chez vous

Emmanuel Macron est donc réélu à la tête de la présidence de la République avec un écart légèrement plus élevé que ce qu'annonçaient les sondages depuis le début de la campagne. Le président sortant s'impose avec plus de 58% des suffrages contre 42% pour Marine Le Pen (58,8% contre 41,2% selon l'institut Ipsos-Storia pour France 2), candidate qui enregistre néanmoins un score historique pour l'extrême droite. Suivez notre direct ci-dessous avec tous les chiffres, les réactions et ce qui se profile pour la suite.

La radio télévision belge francophone, la RTBF, avait diffusé sur son antenne des résultats présentés comme des estimations des résultats finalement publiés dans la soirée, à partir de 20 heures en France. Ces résultats, que Linternaute.com ne pouvait diffuser avant 20 heures, ont été présentés comme des estimations en provenance de "deux instituts de sondages" aux identités non précisées. Peu de sources donc, ce qui devait inciter à la prudence... Si l'identité du vainqueur de ce 2e tour était bon, l'écart annoncé autour de 55 à 58% se rapproche effectivement des premières estimations données à 20 heures par les médias français et confiant un score de 58,2% pour Emmanuel Macron selon l'Ipsos-Sopra Steria pour France 2 comme pour l'institut Elabe pour BFM TV.

La radio télévision belge (RTBF) avait déjà publié dans l'après-midi des résultats présentés comme "définitifs" pour plusieurs départements et territoires d'outre-mer. La Guyane, Saint-Pierre-en-Miquelon, la Guadeloupe, la Polynésie Française en font partie. Comme tous les médias français, Linternaute.com ne peut vous donner de résultats avant 20 heures. Pour rappel, Linternaute.com vous fera vivre toute la soirée électorale avec tous les résultats officiels publiés en provenance directe de nos envoyés au ministère de l'Intérieur.

Ce petit jeu, auquel la RTBF est devenue experte, dure déjà depuis quelques quinquennats en réalité. Depuis 2007 en particulier, certains médias francophones à l'étranger, à commencer par la radio-télévision publique, se font un malin plaisir de doubler leurs homologues hexagonaux en publiant sur leurs sites internet des chiffres sur le résultat du scrutin suprême avant 20 heures, heure légale de fermeture des derniers bureaux de vote en France.  Le tout, en pleine période de réserve pour les médias français, qui ont interdiction de dévoiler le moindre chiffre ou la moindre tendance jusqu'à la fin complète du scrutin.

La RTBF l'assume et dévoilait ainsi sur son site internet ce dimanche 24 avril au matin qu'elle diffuserait plusieurs vagues de résultats. Avant 19 heures ce dimanche, elle comptait diffuser de premiers sondages mais met en garde : "Les principaux instituts de sondage en France ont cependant conclu un accord cette année avec la commission des sondages pour ne plus effectuer ces coups de sonde. Le professionnalisme des sondages effectués cette année est donc sujet à caution." La RTBF rappelle aussi que ces sondages ne sont qu'une 'photographie à un temps t" du scrutin et que les écarts peuvent alors être importants avec le score final. En revanche, le média belge précisait également vouloir diffuser de premières estimations de résultats "aux alentours de 19h30". Pour la RTBF, ces estimations "correspondent à ceux donnés à 20 heures par les médias français." Les électeurs impatients pourraient donc avoir de premiers résultats avant 20 heures mais il conviendra d'être prudent.

Ces résultats publiés avant 20 heures sont-ils fiables ?

Mais la RTBF est-elle une source fiable pour prendre connaissance des résultats de la présidentielle 2022 en France ? Il y a quinze jours, pour le premier tour, la Radio télévision belge francophone avait publié des estimations du résultat dès la fin d'après-midi, violant la période de réserve imposée aux médias français pour ne pas biaiser l'issue du scrutin. Sur son site Internet où elle suivait l'élection dans un live, ainsi que sur les réseaux sociaux, la RTBF annonçait avant 19 heures "Emmanuel Macron et Marine Le Pen au coude-à-coude, avec 24% des voix". Elle affinait son estimation quelques minutes plus tard, créditant le président sortant de 24,7% et la candidate du RN de  23,5%.

La RTBF mentionnait alors "un sondage à la sortie des urnes", sans préciser l'institut lui ayant fourni cette estimation des résultats. Un procédé déjà employé en 2017 quand, dès le début d'après-midi, elle avait désigné Emmanuel Macron et Marine le Pen comme les deux finalistes de la présidentielle. Mais son estimation du premier tour de la présidentielle 2022 pose problème a bien des égards. D'abord, si elle a bien donné à l'avance le duo qui figure ce dimanche au 2e tour de scrutin, son estimation chiffrée s'est révélée assez largement inexacte. Emmanuel Macron a finalement distancé Marine Le Pen lors du premier round de l'élection avec près de 28% des suffrages contre un peu plus de 23% pour sa rivale. Un résultat bien éloigné du "coude-à-coude" annoncé.

La réponse de la commission des sondages

Sans doute un peu échaudée, la Commission des sondages a donc répliqué sans tarder. Le jour même du premier tour de la présidentielle, elle a annoncé avoir contacté l'institut Harris Interactive "pour s'assurer que l'engagement pris de ne pas réaliser de sondage sortie des urnes avait été respecté". Alors que le sondeur faisait partie des instituts français s'étant engagés à ne pas réaliser ce genre d'enquête, des questionnaires soumis à des des électeurs dans la journée ont circulé sur les réseaux sociaux. A ce stade Harris n'a pas communiqué sur cette question.

Le mépris de la RTBF et des belges, la réaction des autorités françaises

Les mises en garde voire les menaces des instances encadrant l'élection en France n'y feront pourtant rien. La RTBF n'a d'ailleurs pas été la seule à narguer la CNCCEP. La Libre Belgique diffusera les mêmes estimations que ses confrères le 10 avril. Le journal le Soir pour sa part annoncera dès le matin du premier tour, dans un article publié sur son site Internet et intitulé "#RadioLondres: pourquoi les médias belges peuvent diffuser les résultats de la présidentielle avant 20h", son intention de publier de premières tendances dès 18 heures, ou en tout cas quand l'information serait "recoupée, fiable et sérieuse"...

Autre manquement de la RTBF : le défaut de source. Si la Radio télévision belge francophone assurait mordicus de la fiabilité de ses chiffres, jamais elle ne précisera où ni comment ceux-ci ont été obtenus. Et pour cause : tous les instituts de sondages français s'étaient engagés auprès de la Commission des sondages à ne pas réaliser et communiquer de "sondages sortie des urnes" le jour du scrutin. Si les sondeurs ont tenu parole (ce qui reste à prouver), alors les estimations diffusées le 10 avril sont des estimations "hors-sol", qu'aucune enquête crédible ne semble pouvoir justifier. Ou, pour le dire plus de manière plus triviale, des "informations trompeuses se présentant abusivement comme des sondages", comme avait prévenu la Commission nationale de contrôle de la campagne électorale en vue de l'élection présidentielle (CNCCEP) dans un communiqué quelques jours plus tôt, anticipant ce genre de publication.

La Commission des sondages avait pour sa part rappelé elle aussi, à cinq jour du vote, que "tous les chiffres qui seraient diffusés avant 20 heures seraient faux". Début avril dans un autre communiqué, elle indiquait en effet avoir obtenu "des 8 principaux instituts de sondages (BVA, Elabe, Harris Interactive, Ifop, Ipsos, Kantar, Odoxa, OpinionWay) l'assurance qu'aucun d'entre eux ne réalisera le 10 avril de sondages "sortie des urnes"". En conséquence, "toute référence, le jour du scrutin, à de tels sondages ne pourra être que le fruit de rumeurs ou de manipulations et partant, [...] aucun crédit ne devra leur être accordé", ajoutait-elle. De fait, l'histoire confirmera le caractère erroné des estimations de la RTBF.

Elections législatives