Dominique Tapie : la femme de Bernard Tapie, "pilier de la famille" dans l'épreuve

Dominique Tapie : la femme de Bernard Tapie, "pilier de la famille" dans l'épreuve De l'aveu même de son époux, Dominique Tapie était pour son mari un soutien infaillible, un repère inconditionnel.

La mort de Bernard Tapie, survenue dimanche 3 octobre, a suscité une vague d'émotion dans le pays, des milliers de réactions, témoignant du sentiment d'affection ou de fascination que provoquait l'homme d'affaires dans l'opinion. Son épouse, Dominique, était à son chevet au moment où il s'est éteint : c'est le communiqué transmis par la famille, pour annoncer le décès, qui aura rendu publique cette indiscrétion, dimanche. Ce n'est pas une surprise, Dominique Tapie a été durant près d'un demi-siècle l'épaule sur laquelle Bernard Tapie pouvait se reposer. Les derniers jours de septembre, elle a dû se résoudre à perdre selon qui était devenu son alter-ego, comme l'a rapporté le 4 octobre Jean-Louis Borloo, ami intime de la famille, sur BFMTV. "Je l'ai entendu chuchoter à Dominique, je crois, 'c'est fini'. Je crois qu'il a senti pour la première fois la mort arriver", a-t-il confié au micro de Jean-Jacques Bourdin. Dimanche soir, Stéphane Tapie a donné quelques nouvelles de sa belle-mère Dominique, sur RTL. "Elle a passé cinquante ans de sa vie à ses côtés, ce n'est pas rien. Et cinquante ans à ses côtés à lui, ça l'est encore moins. [...] Évidemment qu'elle est touchée, mais le clan se ressoude autour d'elle". 

Dominique Tapie, un soutien sans failles

Bernard Tapie se marie à Dominique le 23 mai 1987, mais ils se connaissaient déjà très bien : leur rencontre date de la fin des années 1960, alors qu'elle est une jeune femme de 19 ans travaillant dans sa société. Pas très à l'aise avec lui, plutôt prompte à couper court à toute approche au départ, comme Dominique Tapie le racontera plus tard dans les médias, elle finit par tomber sous le charme ce cet homme charismatique, fêtard et grande gueule. Pour elle, Bernard Tapie mettra fin à la plupart de ses vices : tabac, alcool, adultères... Dominique Tapie parviendra à le transformer.

Dominique Tapie était devenue au fil des années une amie irremplaçable, un soutien hors norme, notamment lorsque les "affaires" et les déboires avec la justice sont devenues un lot quotidien. La femme de Bernard Tapie était attentive à tout ce qu'il se passait en coulisses. "Oui, j'assiste à toutes les réunions avec les avocats, j'écoute et j'essaie de comprendre" expliquait-elle dans les colonnes du magazine Paris Match en 2013. "Comme toutes les femmes, je suis un peu le pilier de la famille" estimait alors celle qui disait être "à l'initiative des réunions familiales, tout le temps". Pour Dominique Tapie, il ne faisait alors aucun doute que l'innocence de son époux serait finalement démontrée, alors que doit s'achever ce dossier judiciaire dans les prochains jours : "Sur ce dossier, j'affirme que nous avons la conscience tranquille, que nous sommes les volés pas les voleurs, et que les ­voleurs, c'est la banque" déclarait-elle dans les colonnes de Paris Match, ajoutant : "Si je me fie aux toutes dernières réunions avec les avocats et les professeurs de haut niveau, ils disent à l'unanimité qu'un recours en annulation de cet arbitrage est impossible. Parce que, comme l'a dit Mme Lagarde, toutes les règles de droit ont été absolument respectées".

Dominique Tapie derrière de nombreuses décisions

Lorsque la justice a décidé de saisir une partie des biens de luxe de Bernard Tapie, l'homme d'affaires a crié au scandale, estimant se faire dérober ses biens sans preuve aucune de sa culpabilité, puisque aucun jugement n'a été prononcé suite à sa mise en examen. La justice entendait par cette décision disposer d'un patrimoine minimum pour une éventuelle indemnisation des parties civiles si l'homme d'affaires est condamné. Une décision qui a mis en lumière les choix d'investissement du couple Tapie. La plupart des biens immobiliers avaient été achetés au nom de Dominique Tapie : un hôtel particulier à Neuilly-sur-Seine, acheté 15,2 millions d'euros en octobre 2012, une maison achetée 1,33 million d'euros en 2008 à Asnières-sur-Seine et offerte à leur fils Stéphane Tapie, un appartement de 213 m² à Neuilly-sur-Seine, acheté 2,65 millions d'euros en 2010 puis offert à leur fille Sophie, ou encore un appartement situé à Marseille, d'une valeur de 270 000 euros en 2009. Bernard Tapie possède à son nom d'autres biens immobiliers, comme une villa à Saint-Tropez ou une résidence à Combs-la-Ville. Mais c'est bien son épouse qui restait maîtresse de la majorité du patrimoine.

Lorsque Bernard Tapie rachète en décembre 2012 des titres de presse dont La Provence et Nice-Matin, les médias lui prêtaient alors très vite des ambitions pour les municipales à Marseille. Si l'homme d'affaires a eu des velléités en ce sens, son épouse Dominique l'en a probablement dissuadé. "Cette fois, j'ai mis des butoirs. Il n'est pas question qu'il y retourne. Ni à ­Marseille ni nulle part ailleurs. Il casserait notre couple. On a trop souffert, et il se retrouverait tout seul" expliquait-elle dans Paris Match.

Biographie