Dans "Face à la rue", Zemmour face à une femme voilée : une mise en scène ?

Dans "Face à la rue", Zemmour face à une femme voilée : une mise en scène ? Le polémiste d'extrême droite était dans l'émission de Jean-Marc Morandini, sur CNews, lundi 15 octobre, intitulée "Face à la rue". Il a été confronté à une femme voilée, à qui il s'est dit "choqué" de la voir porté son tissu.

Après la polémique de l'arme pointée vers des journalistes, ce pourrait être une séquence qui ne manquera pas de faire réagir. Alors que CNews lançait ce lundi 25 octobre 2021 le premier numéro de sa nouvelle émission "Face à la rue", son présentateur, Jean-Marc Morandini, a emmené Eric Zemmour à Drancy. Une commune de Seine-Saint-Denis que connaît très bien le polémiste puisqu'il y a passé son enfance. Devant les caméras de la chaîne sur laquelle il tenait des chroniques quotidiennes, celui qui a pris "[sa] décision" pour la présidentielle a eu un drôle d'échange avec une habitante, qui portait un foulard pour cacher ses cheveux.

Vidéo : à Drancy, Eric Zemmour face à une femme voilée

L'essayiste l'a enjoint de le retirer. "Respectez uniquement la liberté, respectez la femme que je suis, non pas le foulard que je porte, juste la femme que je suis !", rétorque-t-elle. Eric Zemmour : "Mais enlevez-le si ce foulard n'a pas d'importance !", ce à quoi l'habitante lui répond : "Mais enlevez votre cravate à ce moment là !". Les deux s'exécutent, le polémiste ajoutant que "la cravate n'est pas un élément religieux donc elle ne signale rien de la religion". Pour cette habitante de Drancy, "tissu ou pas tissu, c'est le respect que l'on cherche". Alors qu'Eric Zemmour estime qu'avec ce retrait elle "respect[e] la laïcité", l'opinion est bien différente en face de lui : "Non, je me respecte moi même. Le foulard ne fait pas la religion. Vous avez la même personne en face de vous". Rappelons que le port du foulard dans la rue ne contrevient en aucun point au respect de la laïcité, contrairement à ce qu'affirme Eric Zemmour. 

Zemmour à Drancy, une mise en scène ?

Si la scène a suscité diverses réactions, certains l'applaudissant, d'autres la dénonçant, les rumeurs sont allées très vite autour de la prétendue spontanéité de cette rencontre. CNews ayant divulgué immédiatement l'identité de la femme en question, il n'en fallait pas plus à certains internautes pour chercher la trace de l'interlocutrice d'Eric Zemmour sur les réseaux sociaux. Très vite, des photos de son compte Facebook surgissent, notamment sur Twitter. Des clichés sur lesquels la personne apparaît sans voile et indique travailler pour une filiale de Vincent Bolloré, Bolloré Logistics, le même qui détient le groupe Canal et donc CNews. Rapidement, les théories sur une mise en scène supposée de la rencontre sont légion.

Le soir même, Rachida B. était présente sur le plateau de l'émission "Touche pas à mon poste", diffusée sur C8 (chaîne du groupe Canal) et présentée par Cyril Hanouna. Elle apparaît voilée à l'antenne et explique avoir été contactée dès le vendredi précédent par des amis de son frère, travaillant pour la production de l'émission "Face à la rue". En réponse à certains commentaires, elle explique porter le voile depuis le début de l'année 2021. "C’est une question de foi. C’est un cheminement vers ma religion. Je ne parle pas au nom de tous les musulmans. Chacun fait ce qu’il veut", dit-elle, confirmant avoir travaillé jusqu'à fin 2017 pour Bolloré Logistics et être désormais salariée pour le groupe Invivo. 

Le jour de l'échange avec Eric Zemmour, Rachida B. est accompagnée par des membres de l'émission, comme le rapporte Le Parisien, et a été raccompagnée par taxi à l'issue de la séquence. Elle a par ailleurs confirmée ne pas habiter Drancy. Un "casting préalable nécessaire" avant toute émission indique la chaîne au quotidien national, Cyril Hanouna, au cours de son émission, justifiant également une prise de contact nécessaire en amont de toute rencontre. Le contenu de l'échange, lui, fut à priori spontané.

Eric Zemmour échange avec un professeur à Drancy, condamné pour braquage

Lors de sa déambulation à Drancy, Eric Zemmour n'a pas simplement échangé sur la question du voile avec Rachida B. Le polémiste s'est également rendu dans une boucherie hallal et a aussi discuté avec un professeur, qui n'est pas inconnu. En effet, l'ancien journaliste s'est retrouvé face à Kamel Madani, presque la trentaine, originaire d'Angers, ex-prisonnier devenu professeur dans un lycée. En 2014, le jeune homme originaire du quartier populaire de la Roseraie est placé sous les verrous pour quatre ans, impliqué dans une affaire de braquage à main armé. Décidé à devenir professeur, il poursuit sa formation en prison. Entré avec un bac +2, il en ressort avec une licence en biologie cellulaire et un master I biologie cellulaire. Depuis, il enseigne dans un lycée d'Angers.

Eric Zemmour, lui, "l'aurai[t] renvoyé en Algérie", alors que Kamel Madani a la double nationalité franco-algérienne. "Je pense que, pour tous les gens qui ont la double nationalité, ce n'est pas normal qu'il y ait autant de délinquants qui sont issus de l'immigration. Donc je pense qu'il faut taper là où il faut. Les gens qui ont des crimes et des délits à leur actif, il faut les déchoir de leur nationalité et expulser les délinquants étrangers dans leur pays d'origine", a-t-il lancé. Bien que l'enseignant ait rétorqué avoir un père français, le polémiste a poursuivi : "Quand on est dans un pays qui vous accueille, on fait doublement attention. On fait encore plus attention. La France vous a tout donné. En échange, on lui doit le respect. Le respect, ça veut dire ne pas faire de bêtises". Et quand Kamel Madani dit avoir "l'impression que vous considérez l'Algérie et l'Afrique comme une poubelle", Eric Zemmour campe sur ses positions : "C'est la France qui n'est pas une poubelle ! La France n'a pas à accueillir et à garder tous les délinquants de l'Afrique maghrébine et de l'Afrique noire". Un échange là encore musclé à l'issue duquel aucun des deux protagoniste n'a changé sa vision des choses.

Qu'est-ce que l'émission "Face à la rue", sur CNews ?

Eric Zemmour s'est déplacé à Drancy (Seine-Saint-Denis) lundi 25 octobre 2021 dans le cadre d'une nouvelle émission lancée par CNews, "Face à la rue". La chaîne de télévision, sur laquelle officiait quotidiennement le polémiste, veut "emmener des hommes et des femmes politiques de premier plan "dans la rue" au contact de la population". Le crédo : "Pour casser la langue de bois et les discours dans un studio, face à des journalistes, la personnalité va se retrouver face aux commerçants, aux passants, face à la vraie vie et aux problèmes des Français". Eric Zemmour a donc été le premier à s'y prêter, bien qu'il ne soit ni élu, ni candidat officiellement déclaré à la présidentielle. Par ailleurs, il s'agit d'une commune dans laquelle le polémiste a passé une partie de son enfance. Historiquement, il s'agit d'une ville qui a accueilli le principal lieu d'internements des juifs entre août 1941 et août 1944 avant qu'ils ne soient déportés. Sur cette sombre période de l'histoire, Eric Zemmour a estimé que "Vichy a protégé les juifs français et donné les juifs étrangers".