Tariq Ramadan : comment la justice justifie la publication de son livre

Tariq Ramadan : comment la justice justifie la publication de son livre TARIQ RAMADAN - Malgré la demande de l'une des plaignantes de Tariq Ramadan, le livre de l'islamologue, qui mentionne l'identité de cette femme, sort bien en librairies ce mercredi 11 septembre.

[Mis à jour le 11 septembre 2019 à 10h44] "Devoir de vérité" trône bel et bien, depuis ce mercredi matin, sur les étagères des librairies. Le dernier livre de Tariq Ramadan aurait pu voir sa publication être reportée, la faute à une demande en référé pour interdire cette version de l'ouvrage, déposée par celle qui se fait surnommer "Christelle" dans les médias et qui accuse le Suisse de l'avoir violée en 2009. Cette plaignante souhaitait rester anonyme et déplorait que son nom soit mentionné à 84 reprises, selon son avocat, mais le tribunal de Paris a estimé que son réel patronyme avait déjà été rendu publique et qu'interdire Tariq Ramadan de publier son livre en l'état "porterait une atteinte excessive et disproportionnée à [s]a liberté d'expression", comme indique le jugement consulté par l'AFP.

Toutefois, il a été considéré que la diffusion du nom de la plaignante lui a fait subir un préjudice, pour lequel le théoricien a été condamné à lui verser un euro symbolique. L'avocat de Tariq Ramadan, maître Emmanuel Marsigny, s'est félicité auprès de l'AFP que cette demande, basée selon lui "une fois encore sur des mensonges", soit rejetée. Eric Morain, qui défend les intérêts de "Christelle", a quant à lui concédé que "Devoir de vérité" soit "publié au pays de Voltaire". "Mais ceux qui se joindront à la meute se rendront coupables de la même faute", a-t-il ajouté.

Six plaintes contre Tariq Ramadan

Tariq Ramadan est accusé par six femmes, dont quatre en France, de viol, agression sexuelle et harcèlement sexuel. Pour l'instant, deux des quatre plaintes auprès de la justice française ont abouti à des mises en examen. La première a été initiée par Henda Ayari, pour des faits qui remonteraient au 26 mai 2012, tandis que la deuxième est venue de "Christelle".

C'est précisément pour ces deux cas que Tariq Ramadan avait été incarcéré, mais après cinq demandes de remise en liberté, la chambre d'instruction a décidé de la lui accorder sous conditions : interdiction de quitter le territoire français, passeport confisqué, interdiction de rentrer en contact avec les plaignantes et certains témoins et versement d'une caution de 300 000 euros. Alors qu'il avait d'abord démenti avoir la moindre relation avec ces deux femmes lors des auditions, Tariq Ramadan, confronté à des éléments de l'enquête, a admis avoir eu des relations sexuelles consenties.

Quand Tariq Ramadan contre-attaque

Depuis presque un an, le voilà donc libre, en attendant les procès, mais cela ne l'a pas empêché de préparer sa défense. A commencer par une plainte de sa part contre les femmes qui l'ont accusé de viol. L'avocat de l'islamologue assurait même en février dernier que son client a "fait l'objet d'accusations graves, d'accusations fausses, infondées" et qu'il appartient désormais à la justice "de déterminer dans quelles conditions elles (les plaignantes, ndlr) sont allées faussement déposer plainte pour viol contre lui". Plus récemment, en août dernier, Tariq Ramadan a également contesté l'un des volets des conditions de sa liberté. Alors qu'il souhaitait rejoindre Londres pour "reprendre sa vie professionnelle, médicale et familiale", selon son avocat cité par l'AFP, l'islamologue a donc fait une demande auprès des juges pour pouvoir sortir du territoire français. Une requête rejetée par la Cour d'appel de Paris, qui a même refusé que Tariq Ramadan assiste à l'audience.

Article le plus lu - Attaque à la préfecture de police : de nouvelles révélations › Voir les actualités

Tariq Ramadan : comment la justice justifie la publication de son livre

[Mis à jour le 11 septembre 2019 à 10h44]  "Devoir de vérité" trône bel et bien, depuis ce mercredi matin, sur les étagères des librairies. Le dernier livre de Tariq Ramadan aurait pu voir sa publication être reportée, la faute à une demande en référé...

Je gère mes abonnements push