Francis Lalanne : une enquête ouverte après sa tribune, que risque-t-il ?

Francis Lalanne : une enquête ouverte après sa tribune, que risque-t-il ? FRANCIS LALANNE. Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris contre le chanteur Francis Lalanne pour "provocation à la commission d'atteintes aux intérêts fondamentaux de la nation" après sa tribune publiée dans France Soir.

[Mis à jour le 23 février 2021 à 11h00] Les conséquences ne se sont pas fait attendre. Après sa tribune polémique publiée dans France Soir, une enquête a été ouverte contre le chanteur Francis Lalanne pour "provocation à la commission d'atteintes aux intérêts fondamentaux de la nation", a fait savoir lundi 22 février le parquet de Paris, confirmant les informations révélées par le Point. L'interprète d'On se retrouvera "a été entendu le 5 février dernier par les enquêteurs" de la brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP), en audition libre, selon une source proche du dossier.

Selon les informations du Point, le patron du site France Soir, Xavier Azalbert, a lui aussi été convoqué pour avoir publié la tribune de Francis Lalanne. Le chanteur lui, risque jusqu'à cinq ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende.

La tribune polémique de Francis Lalanne

Le 22 janvier dernier, sur le site controversé France Soir, le chanteur militant a publié une tribune, baptisée "J'appelle", dans laquelle il exhortait "le peuple français" à "la mobilisation générale contre la tyrannie". "Pour ce faire, je demande aux plus grands responsables militaires français de procéder, au nom du peuple français, à la mise à pied des auteurs du Coups d'Etats. Donc par voie de conséquence, de mettre fin à l'exercice du mandat de l'actuel président de la République". En clair, un appel à l'armée pour destituer Emmanuel Macron de ses fonctions pour le faire "comparaître devant un tribunal constitué en Haute Cour, pour qu'ils (avec les 'auteurs du coup d'Etat', selon ses mots, ndlr.) aient à répondre du chef de haute trahison. Une sortie qui, en plus d'avoir été publiée dans un journal réputé désormais pour diffuser diverses théories complotistes, n'était pas passée inaperçue.

Le show de Francis Lalanne dans TPMP

Après cette première polémique, Francis Lalanne a ravivé les commentaires de tous bords en répondant à l'invitation de Cyril Hanouna dans Touche pas à mon poste le 26 janvier, pour justifier son appel à un coup d'Etat. Un passage télévisé qui s'est soldé par une altercation avec le docteur Jimmy Mohamed, chroniqueur de TPMP, d'Europe 1 ou de France 5. Ce dernier lui a notamment reproché de ne pas porter de masque dans les couloirs de C8, ce à quoi Francis Lalanne a répondu que "le masque était un incubateur de microbe."

"Je sais que le Premier Ministre dit qu'il n'y a pas de traitement précoce ce qui est faux. Je sais aujourd'hui que le Premier Ministre dit qu'à part les vaccins, il n'y a aucune autre solution. Je sais qu'il y a beaucoup de gens qui veulent absolument croire à ça. Moi je dis qu'il ne faut pas croire à ça. J'ai dit tout ce que j'avais à dire maintenant vous ferez ce que vous voulez", a également lancé Francis Lalanne, avant de quitter à de nombreuses reprises le plateau (puis revenir, puis repartir, puis revenir...).

Pourquoi Francis Lalanne a-t-il choisi France Soir ?

Depuis plusieurs années, le journal France Soir fait l'objet de nombreuses attaques, notamment d'accusations de relayer des théories complotistes. Créé dans en 1944, le quotidien généraliste, très populaire dans les années 1950, n'a plus grand chose à voir avec le journal d'origine. Désormais uniquement sur internet, le média a été repris par Xavier Azalbert, un entrepreneur qui en a repris les rennes en 2019. Depuis, dans ses colonnes, le site relaie des contenus mêlant diverses thèses complotistes, encouragé par la crise sanitaire actuelle. 

C'est donc sur France-Soir que Francis Lalanne a publié, vendredi 22 janvier 2021, sa tribune appelée "J'appelle", exhortant ce fameux soulèvement de l'armée contre les autorités et le gouvernement d'Emmanuel Macron, dont il dénonce "la tyrannie".

Une pétition contre France Soir

Après ce dernier coup d'éclat du site France Soir, d'anciens membres de sa rédaction, qui critiquent la nouvelle ligne éditoriale du média, ont lancé une pétition en ligne, adressée à la ministre de la Culture Roselyne Bachelot et dirigée contre Xavier Azalbert. Les protagonistes de cette pétition dénoncent un "outrage à la mémoire des fondateurs" du journal historique et de "tous ceux qui y ont travaillé", peut-on lire dans sa description. La Société national des Journalistes juge "inadmissible que cette publication via internet puisse répandre en toute impunité de fausses informations et des thèses complotistes dangereuses pour la société" et exigent "la cessation immédiate de ces publications par tous les moyens juridiques ou autres qui s'imposent." A l'heure où nous écrivons ces lignes, la pétition "Pour que France-Soir retrouve son honneur et sa déontologie journalistique" a recueilli près de 1 300 signatures.

Les engagements de Francis Lalanne

Si la publication de la tribune de Francis Lalanne a remis de l'eau dans le moulin des critiques à l'encontre de France Soir, le chanteur n'en est pas à son premier coup d'éclat. Depuis de nombreuses années, l'interprète d'On se retrouvera s'est engagé pour de nombreuses causes, politiques, pacifistes ou écologiques. En décembre 2018, Francis Lalanne s'est rallié au mouvement des Gilets jaunes et lance un projet de liste pour les élections européennes de l'année suivante. Il y récoltera 0,53% des suffrages.

Cette adhésion au mouvement des Gilets jaune et ses critiques du gouvernement vaudront à Francis Lalanne de se voir refuser sa candidature comme réserviste de la gendarmerie nationale, "car ses propos contre le gouvernement sont jugés contraires au devoir de réserve et de neutralité", expliquait alors franceinfo.

Variété française